C’était un des évènements série les plus attendus de ce début d’année. Le « Sherlock » de Steven Moffat et Mark Gatiss est revenu mercredi soir sur BBC 1, avec un carton à la clé (9 millions de téléspectateurs). Revue de tweets avec quelques sériephiles (attention, spoilers).

On savait Sherlock vivant à la fin de « The Reichenbach Fall », mais on ne savait pas comment il avait réussi à s’en tirer. Ajoutons à cela deux ans d’attente et une cote qui a explosé pour Benedict Cumberbatch, entre son rôle dans « Star Trek Into Darkness », « Le Cinquième Pouvoir » ou encore la voix de Smaug dans le deuxième volet du « Hobbit ». Et on se retrouvait avec des twittos ou twittas bien décidés à ne rien savoir de ce nouvel épisode avant de s’installer pour le regarder. Et les avertissements étaient créatifs.

 

Et les 90 minutes suivantes ont récolté des impressions assez mitigées. Il y a d’abord cette ouverture, entre Bond et « Mission : Impossible » , où un hypnotiseur endort Watson tandis que des complices déguisent Moriarty en Sherlock et qu’il s’enfuit en brisant une vitre et embrassant Molly. Une ouverture grandiloquente qui  n’était que dans la tête d’un adepte des théories du complot. Mais un basculement dans le thriller à la « Bourne », même pour de faux, qui a eu du mal à passer avec moi. Peu importe, finalement, car Gatiss a tenté de mettre les réfractaires de son côté, grâce à l’arme ultime : les références méta.

Le méta est furieusement mis en avant, quelquefois à très bon escient, mais il devient souvent assez lourd : le retour de Sherlock à Baker Street est accompagné d’une pluie de hashtags #sherlocklives sur l’écran… qui était également le point d’orgue de la campagne sociale de la BBC dans les dernière semaines.Cela fait partie des réserves de @sebolo_64 .

 

Ce qui n’empêche pas Mark Gatiss de servir un des épisodes les plus tendus, mais aussi les plus marrants de la série sur sa durée. La dynamique Sherlock-Watson est totalement chamboulée, avec un Sherlock qui souhaite démanteler un réseau terroriste au plus vite mais doit le faire sans son partenaire. Les retrouvailles dans le restaurant sont absolument anthologiques, entre un Watson colérique et consterné et un Sherlock lapidaire et hautain dans ses explications.

En voulant en faire trop, « The Empty Hearse » prend le risque de se retrouver nulle part, mais se rattrape grâce à son duo principal. L’enquête en elle-même met du temps à démarrer, mais apporte son lot de faux-semblants et de tension (Watson manque de se faire brûler vif!) Mais Gatiss et Moffat ont largement le temps de se rattraper avec les deux autres téléfilms pour rétablir l’équilibre comme le rappelle Livia de My Télé Is Rich :

 

Le deuxième épisode sera diffusé dimanche soir (oui déjà) sur BBC One.

Bande annonce ci-dessous: