Après un épisode grand format en 2008 et un film navrant Dragon Ball Evolution, DBZ revient sur les écrans japonais avec Battle Of Gods , supervisé par Akira Toriyama, le monsieur Dragon Ball !

Battle Of Gods

©Tōei animation

 

Bills, le Dieu de la destruction se réveille après un rêve prémonitoire. Il doit combattre le Super Sayan God. Il va sur Terre pour trouver les Sayans. A ce moment là, Bulma fête son anniversaire et tous les héros de la série sont réunis. Personne ne connait le Super Sayan God, Vegeta et Sangoku vont devoir se battre contre Bills, un des plus puissants adversaires que l’univers est connu.

Placé après la fin de la série et la défaite de Boo, Battle Of Gods reprend donc Sangoten et Trunks gosses, Videl et Sangohan en couple et Krilin marié avec C17.
Evidemment, on se retrouve avec un concours de zizis puisqu’il faut à chaque fois que l’adversaire soit plus fort que le précédent. A chaque combat, Sangoku et les autres gagnaient en puissance, trouvaient de nouvelles compétences et amenaient le super guerrier à un nouveau niveau. Et pour ce Battle Of Gods, le Super Sayan God va donc être le nouveau niveau supérieur du super guerrier.

Battle of gods

©Tōei animation

Loin du rythme de la série où les dialogues plombaient chaque épisode et que rien n’avancait vraiment, le film avance vraiment bien, n’ennuie jamais sauf quand il se permet d’introduire Pilaf et ses sbires pour une histoire stupide de vol de boules de cristal. Anyway, nous retrouvons un peu le côté humoristique de la série à travers ces personnages et certaines scènes avec notamment Vegeta qui n’a jamais été aussi ridicule mais bizarrement, la situation le permet. On ne trouve rien d’incohérent. On pourrait etre pointilleux avec Sangohan qui se transforme en superguerrier alors qu’il a passé quasiment toute son adolescence à ne plus l’être…

Evidemment, rien de bien surprenant, le Super Sayan God sera bien là (sans vous révéler son identité) et le combat ne sera pas si spéctaculaire que ça. On notera l’ajout des séquences (les décors, les effets) générées par ordinateur qui rendent les scènes de combat proches de celle de Man Of Steel (qui rappelait d’ailleurs DBZ, comme quoi). Le dessin est très propre, beau, on retrouve avec plaisir tous les ingrédients de Dragon Ball Z, il n’y a vraiment que l’aspect un peu inutile du film qui fait tache. L’enjeu n’a pas la taille suffisante pour jsutifier une telle réunion DBZ mais ne boudons pas notre plaisir, film inoffensif, Battle Of Gods réussit quand même le pari de nous faire retourner dans les années 90 car DBZ ne vieillit pas.