Timeless 2013 par Mylène Farmer : provocateur d’émotions inattendues. Je suis très loin d’être une fan de Mylène Farmer. Quelques chansons me touchent, mais je l’écoute rarement. Aller la voir en concert était loin de mes préoccupations, quand je me suis laissée entraîner par un groupe d’amis. Je n’ai pas honte de dire que ça a été pour moi une véritable découverte.

mylene-farmer-timeless« La voir en concert te rend fan », m’avait dit un certain membre de la rédaction… Oui bien sûr ! Comment peut-on subitement devenir fan de Mylène Farmer, alors qu’elle n’est pas à la base une de nos artistes préférés ? Alors que ce Timeless 2013 Tour ne promet que futurisme, robots et décors blancs immaculés, carrément mégalo et loin de l’univers sombre et discret qu’on apprécie chez la chanteuse.

Premier truc hallucinant : les fans. Ils sont partout. Dans les rues alentours, dans le métro, les cafés environnants Bercy… Impossible de siroter ta bière au soleil sans être assaillie de spéculations et souhaits sur le concert à venir. Liste des produits dispo en merchandising, rumeurs sur la playlist, sur les costumes : tout y passe. Cliché, le public de Mylène Farmer se compose d’une grande majorité de gays, filles ou garçons, et pas mal de quarantenaires et cinquantenaires. Le même public qui aura les larmes aux yeux tout au long du show. Qui chantera à tue-tête, qui lèvera les bras, qui acclamera sa reine. Un truc plutôt incroyable, que je n’avais encore jamais vu en concert.

Le Timeless 2013 show commence à 20h50 tapantes. Le public salue dans la tribune VIP les Pascal Nègre, Anggun, Max Boublil. Ce dernier sera d’ailleurs à fond tout le concert. Dansant comme un fou sur les morceaux techno, surpris, je pense, d’avoir envie de se lever aussi souvent pendant un concert de Mylène Farmer !

L’intro du Timeless 2013 show est à couper le souffle. Jamais vu un truc pareil. L’écran géant au fond de la scène et les installations métalliques nous entraînent dans la galaxie, puis dans un vaisseau spatial. Je me suis crue dans Star Tour à Disney… Dans la fosse, les gens restent bouche-bée, moi aussi. La musique est prometteuse, on tente de reconnaître les accords de la première chanson. Les couloirs du vaisseau défilent sur l’écran géant, on a l’impression de se déplacer, l’effet est parfait. Et puis la voilà qui surgit, derrière l’écran, sortie d’une fausse nacelle. Le public devient fou ! Moi j’attends de voir…

Mylène Farmer au-dessus de la foule / © Claire Lois

Mylène Farmer au-dessus de la foule / © Claire Lois

Mylène Farmer enchaîne : « A force de… », « C’est une belle journée », Monkey me »… La playlist est basée sur les chansons du dernier album. Un des moins bons selon moi, mais les morceaux fonctionnent très bien en live. Le show est millimétré : aucun doute. Rien ne dépasse. Mylène Farmer change de tenue 6 fois en tout. Il en va de tous les styles : blanc pour chanter « Rêver », noir pour chanter « Diabolique est mon ange », rouge pour chanter « Sans contrefaçon », etc.

Un spectacle bluffant de sons et lumières, les tableaux se suivent et ne se ressemblent pas. Le thème futuriste est bien respecté. Mais le plus impressionnant reste évidemment l’artiste. Le côté mégalo n’entache absolument pas la complicité qu’elle a avec son public. Mylène Farmer ne leur dit pas grand chose, elle livre son show. Mais elle leur parle, indéniablement, et il lui répond quoiqu’elle fasse. Clins d’oeil, sourires quand elle se trompe, les yeux fermés quand la foule chante à sa place, chorégraphies interprétées avec une petite flemme touchante. Elle n’a plus tout à fait l’âge, mais elle les connait par coeur, et les exécute en riant, à côté d’un robot tout mignon sur « C’est une belle journée ».

« Désenchanté » est un moment incroyable. Les musiciens sont à fond, elle aussi, et le public, surtout, les porte en chantant à tue-tête, tous les complets, tous les refrains, infatiguables. Mylène invite aussi Moby pour un duo virtuel. Le clip vidéo projeté sur grand écran est très efficace, on est happé par la relation qu’ils semblent avoir tous les deux et qui a créé une belle émulsion artistique. Arrive ensuite Gary Jules, inconnu de la foule visiblement. Il interpète « Mad World », puis « Les mots » en duo avec Mylène Farmer. Leurs voix se marient parfaitement, sur un piano discret.

Tête de Moby sur écran géant / © Claire Lois

Tête de Moby sur écran géant / © Claire Lois

En bref (parce que je m’étale…) j’ai été bluffée par la performance de Mylène Farmer. Je dis bien « performance », même si la voix est fluette et les choré fénéantes, parce qu’elle a cette simplicité qui rend le spectacle extrêmement émouvant. Son personnage est un acteur indispensable du spectacle, et tout tourne autour de ça. Elle happe son public, sans rien fairede particulier, juste en étant là et en livrant ses chansons. Ses textes, toujours réfléchis, à messages, dans une diction claire et précise, parfaitement accompagnée par ses musiciens.

La réussite d’une jeune femme qui a tout pour elle : la sensibilité, le talent, la poésie, et la capacité à bien s’entourer. Je n’ai pas l’intention d’embrayer sur le côté ultra-commercial, marketing, etc. Ce n’est pas le propos de mon article. Je voulais juste écrire ces compliments, et assumer le fait qu’hier, vraiment, j’ai aimé le Timeless 2013 show de Mylène Farmer 🙂

 

L’avis d’Audrey GDD

Aller à un concert de Mylène Farmer, c’est un peu se jeter dans l’inattendu. Il y a quelques années, j’y avais été traînée par des fans de la première heure, sous l’horrible prétexte que j’étais la seule a pouvoir les conduire au Zénith de Montpellier. (Ô temps, suspends ton vol… J’avais a peine 18 ans !). Me voilà donc partie pour voir la meuf la plus dark et la plus zarb du paysage audio français, en me disant que j’allais passer un « super » concert à écouter des chansons à faire déprimer le nain Joyeux ! Quelle erreur ! Ce fut un des meilleurs concert de ma vie !… Et hier, pour le Timeless 2013 show, elle a recommencé ce petit miracle ! Comme pour le précédent, ce fut une rencontre. Parce qu’il y a un peu de ça dans les concerts de Mylène Farmer : on se sent un peu spécial. Elle est venue pour nous.

Un vrai show a l’américaine, sons et lumières, danseurs, costumes, scène animée ! Tout y est… Y compris la touche française, l’émotion, la spontanéité, les paroles sur lesquelles elle se trompe. Parce que pour moi, c’est un peu ça Mylène Farmer : elle a tout d’une grande mais elle reste simple envers son public…

Le concert d’hier était révélateur de ce que j’avais déjà ressenti : Mylène Farmer est contente d’être la, elle s’amuse et nous aussi (et j’ai été voir suffisamment de concerts – comment elle se la pète, ndlr – pour savoir que ce n’est pas toujours le cas…). Elle ne se contente pas de faire le job. Alors évidemment, les détracteurs parleront de micro poussés au max, de voix fluette, mais après tout on s’en fout, ça bouge, ça donne envie, et tout est là ! Quand le carré VIP s’est mis à bouger dans son costume 3 pièces sur « Désenchantée », on sait qu’elle a encore réussi, que le public est là et bien là ! Tout le public… Alors voilà, si vous avez l’occasion, ne ratez pas Mylène Farmer, qu’elle soit votre tasse de thé ou non, le jeu en vaut la chandelle !

mylene-farmer-timeless-2013

Pour en savoir plus, j’ai trouvé cet article sur le site de l’Express, très descriptif, avec des photos plus nettes, prises de plus près !

La setlist du concert
A force de…
Comme j’ai mal
C’est une belle journée
Monkey Me
Slipping away / Crier la vie (en duo virtuel avec Moby)
Elle a dit
Oui mais… non
Mad World (en duo avec Gary Jules)
Les mots (en duo avec Gary Jules)
Je te dis tout
Et pourtant…
Désenchantée
Bleu Noir
Diabolique mon ange
Sans contrefaçon
(Maman a tort – deux couplets)
Je t’aime mélancolie
XXL
A l’ombre
Inséparables
Rêver