Dernière saison de cette comédie qui a(vait) su atteindre des sommets ! Hélas depuis le départ de Steve Carell, la série peine à maintenir un quelconque intérêt. Etrange sensation de voir mourir une série qui avait pourtant tout pour plaire.

Je ne sais pas… l’épisode m’avait l’air morose et triste. La gêne, force de la série, fait place à une peine.
Au détour d’une remarque de Pam, on ressent la même tristesse que Jim.

Quoi de neuf ? Andy revient à la barre en pleine forme. Trop peut-être, pas une seule fois il n’aura de sympathie à mes yeux. Il revient presque désagréable. Kelly et Ryan quittent la série au détour d’une scène plutôt drôle. A vrai dire, ils ne m’attiraient pas plus que ça depuis plusieurs saisons, ils étaient devenus de gros clichés d’eux-mêmes allant même jusqu’à me faire dire que l’acteur jouant Ryan n’était pas dans la composition… (pour se mettre sur les jaquettes des DVDs alors que son rôle est minime c’est faire preuve de culot pour un producteur)

On sent que les auteurs tirent sur la corde et arrivent à parler de chats pendant presque 20 minutes…
Deux nouveaux arrivent et deviennent vite les nouveaux Jim et Dwight pour l’équipe ce qui entraîne une remise en question des modèles. L’idée est pas mal mais me rappelle celle de Scrubs et des nouveaux internes… et on connait le résultat.

Les auteurs ont prévenu qu’ils allaient faire avancer les intrigues de tout le monde et offrir une vraie fin. A vrai dire, le background n’a jamais été le fort des personnages et à part Jim et Pam, Andy et Dwight, il n’y a quasiment aucun autre personnage qui maintienne un intérêt purement scénaristique.

La bonne et étonnante idée a été de faire parler l’équipe qui filme Dunder Mifflin depuis 8 ans. Un « off » qui arrive comme un cheveu sur la soupe mais le concept même de documentaire a été annihilé depuis plusieurs saisons (multi cams à outrance notamment)