ExamFilm de Stuart Hazeldine. Avec… aucune idée.

Il y a des DTV (Direct To Video) assez sympathiques et toujours intéressants à découvrir comme l’excellent Triangle qui méritait mieux et il y a des tentatives qui nous font dire que les gens ont des idées mais voient trop grand.

Exam fait partie de ça, un concept correct mais qui ne mérite pas un long métrage.

Je ne m’étendrai pas sur le film mais Exam propose une idée de départ intéressante, 8 personnes se retrouvent dans une salle austère et froide devant une feuille blanche pour un recrutement spécial. Un responsable arrive et pose les conditions : on ne parle pas au gardien ni ne pose de questions aux caméras de surveillance, on n’abîme pas sa feuille, il faut jsute répondre à la question en 80 minutes.

Les candidats retournent leur feuille : rien.

ATTENTION SPOILERS

Commence alors 80 minutes de tension, d’engueulade, de solutions à trouver… Il y a le blanc, le noir, le marron, le bigleux, la blonde, la brune… d’ailleurs ils s’appellent comme ça entre eux. Oui car le leader, le WASP a trouvé une faille, ils peuvent se parler entre eux.. et même abimer la feuille blanche mais pas la leur ! 20 minutes sont déjà passées, il faut maintenant trouver la question, peut-être est-ce à l’encre invisible, alors on casse les lumières pour avoir une lumière UV. Rien. 30 minutes.

On parle avec le bigleux qui parle français (très mal). 40 minutes.

Tension. 50 minutes.

Peut-être la sécurité incendie au plafond déverse un produit révélateur photographique. Non. 60 minutes.

Alors on commence à parler, de s’entretuer, entre temps certains ont craqué et ce sont fait sortir, comme l’asiatique au tout début qui a écrit sur sa feuille: INTERDIT (oui elle a abimé sa feuille)

Exam

On arrive à la fin du film Exam (ATTENTIONNNNNNNNNNNN, voici l’explication de la fin de Exam), la solution était simple, il fallait répondre à la seule question posée au début par l’instructeur : « avez-vous des questions? »
Comme quoi, on peut encore faire des films comme ça qui se reposent sur une idée toute con et qui finalement marchent plutôt bien. A part les 90 minutes du film qui auraient mérité d’être coupées, le film se tient, ça joue plutôt juste et le huis-clos fonctionne. Par contre, on avait capté la solution dès le début. Il reste néanmoins quelques idées plutôt pas mal (le compteur, le bigleux, les feuilles, le côté un peu SF vers la fin du film) pour ne pas s’ennuyer même si les longues scènes de fight verbales peuvent être raccourcies.

Un DTV honnête pour les dimanche pluvieux, à voir au cas où.