(Article fait par votre serviteur pour le site EpicOrigins)

Un critique du site américain NME a écrit une critique sur l’album, chanson par chanson et ça s’annonce plutôt pas mal !

Vous pouvez retrouver l’article original ici, mais voici une petite traduction rapide :

 

Ghost On The Dancefloor

Ca n’aurait pas été acceptable pour Blink-182 de revenir avec une ballade. Tout commence avec une intro aux accents tribaux de Travis Barker et continue sur un gros riff de guitare. Tom Delonge garde le son épique qui est la marque de fabrique d’Angels and Airwaves.

 

Natives

Celle-ci explose les enceintes, des guitares punk affrontent des vocaux distordus rapides. L’antithèse de Always avec un côté dark.  La thématique s’oriente vers ce style : « We’re having the time of our lives, even though we’re dying inside ».

 

Up All Night

Des guitares spatiales et un rythme toujours aussi élevé. Les critiques sur ce titre sont justifiées vu le ton de l’album mais c’est une excellente chanson.

 

After Midnight

Une chanson d’amour excellente pour un des meilleurs moments de l’album.

 

Interlude (Heart’s All Gone)

Différent de « The Fallen Interlude« , il est composé de piano et d’un riff de guitare rappelant 30 Seconds to Mars.

 

Heart’s All Gone

Dans le ton de   »Dude Ranch » et « ‘Cheshire Cat ».  Production minimale, batterie rapide, chant mélodieux, cette chanson est un bel hommage aux fans plus anciens.

 

Wishing Well

Un autre style encore plus proche de « Enema Of The State » cette fois-ci, Une guitare pop punk, des « Da Da Da » en refrain, une perfection dans le genre.

 

Kaleidoscope

Retour à la noirceur avec un Tom Delonge chantant « It’s the first time that I’m worried » sur une batterie tambourinante.

This Is Home

C’est le réconfort après la paranoïa de la chanson précédente. Un riff clair et léger avec Tom Delonge nous parlant de danser comme des animaux sous un refrain pop synthé.

 

MH 4.18.2011

Encore une tentative proche cette fois-ci de « Take Off… » avec pas mal de choses pop . Elle contient la meilleure lyric : « Stop living in the shadow of a helicopter ». Du génie.

 

Love Is Dangerous

l’album se conclue sur une note sombre, un enchevêtrement de lignes de synthé et de montées de guitares jusqu’ à un pont instrumental gigantesque se concluant sur un solo de Travis Barker

 

Le groupe fait ce qu’ils ont fait de mieux et ils ont réussi. C’est définitivement l’album le plus sombre qu’ils ont fait, dans les paroles et la musique. Ils maîtrisent ce qu’ils ont expérimenté dans le dernier album et montre qu’ils savent aussi faire comme dans le passé. C’est progressif et grand !