Un Youtubeur à Paris? Dans une salle de spectacle?

           « TOP OF THE MORNING TO YA, LADDIES ! MY NAME IS JACKSEPTICEYE !» Voilà ce que vos oreilles vont subir si vous cliquez un jour sur l’une de ses vidéos. Ce Youtuber, largement inconnu chez les francophones, est un Irlandais du nom vénérable de Seán William McLoughlin, ou Seán pour faire plus court. Ayant vécu toute sa jeunesse dans un village reculé d’Irlande, issu d’une famille nombreuse, il a emménagé dans une cabane loin de tout à partir de 18 ans, avant de se découvrir une passion pour Youtube. Ses vidéos n’ont rien d’exceptionnel dans le sens où il commente des jeux vidéo, à l’instar de Pewdiepie et d’un nombre incalculable d’autres youtubers. Pourtant, il se distingue nettement grâce à sa personnalité très énergique et à son côté généreux. Contrairement à Pewdiepie qui perd en crédibilité avec le temps, ou de Markiplier dont les jérémiades peuvent agacer, Jacksepticeye est toujours aussi en forme et fidèle à ses convictions, malgré un rythme de publication de vidéos qui s’est ralenti.

C’est pourtant grâce à Pewdiepie que Jack a finit par se rendre célèbre. Ayant participé à un concours pour se faire connaître en novembre 2013, le célèbre Youtuber suédois a fait exploser le nombre d’abonnés de Jack rien qu’en ayant parlé de lui. Il faut dire que Seán vient de loin. Sombrant dans la dépression durant ses études, tout seul dans sa cabane,  il se dédie pourtant à sa passion : faire du montage de vidéos sur Youtube, et ce malgré une connexion internet plus que ralentie. Il prend le pseudo de Jacksepticeye, « Jack » car c’est un surnom bien connu en Irlande, et « septic eye » à cause d’un accident de jeunesse qui lui a causé un œil infecté. Suite à la vidéo de Pewdiepie, sa petite chaîne qui était au départ très secrète gagne en popularité, mais il sait qu’il doit  poursuivre le travail. Devenant davantage lui-même dans ses vidéos, assumant son accent irlandais, il finit par adopter une intro extrêmement bruyante mais très efficace : « Top of the morning to ya, laddies ! » ainsi qu’une outro « Hit that button in the face, like a boss ! », affirmant ainsi toujours plus son identité. Reconnaissable entre mille, surtout face à la masse de youtubers qui font déjà des let’s play de jeux vidéo, Jacksepticeye a su s’imposer pour sa drôlerie et son côté humble incroyablement proche du spectateur. De plus, il n’hésite pas à faire de longues vidéos inspirantes où il se dévoue à faire des opérations caritatives ou à parler de sujets sensibles, comme la dépression, les envies suicidaires ou même à aborder des sujets LGBT. Plus intéressant encore, il se dévoue totalement au jeu vidéo qu’il présente. Si le jeu est triste, Jack respectera cette ambiance et saura partager énormément d’émotions fortes, ne cachant pas ses larmes devant un jeu vidéo, comme le particulièrement poignant « This dragon, cancer », ou même interpréter parfaitement certains personnages, prêtant magiquement sa voix aux créatures d’Undertale. Sa plus longue série demeure « Happy Wheels », qui reste une figure d’anthologie sur Youtube. Pas moins de 100 vidéos publiées !

 

Mais le plus miraculeux dans cette chaîne Youtube, probablement, c’est la qualité exceptionnelle de sa communauté. Les spectateurs et les abonnés de sa chaîne font preuve avant tout de gentillesse et de respect, presque jamais personne ne trolle, et même mieux, la plupart des membres prennent soin les uns des autres. C’est également le cas lorsque Jack publie des jeux vidéos qui parlent de thèmes LGBT et que personne ne se juge. C’est suffisamment rare pour être dit.

Qu’en est-il de sa présence au Trianon en ce 22 octobre 2018 ? Nous étions près de 300 chanceux à être présents, sachant que c’était la première fois que Jack se rendait officiellement en France. Un show à l’américaine était présenté. Suite à quelques anecdotes rigolotes sur son passé, Jack a invité quelques personnes sur scène qui ont pu jouer à des jeux vidéo, dont son préféré, « Shadow of the Colossus ». Malgré son côté boute-en-train, Jack a également rappelé les aspects plus sombres de son existence, sa dépression au moment d’entrer à l’université, et l’impression de ne plus avoir de but dans la vie. Il a ensuite enjoint chacun d’entre nous à être le héros de notre existence, et bien que le côté inspirant de son discours peut prêter à sourire, il est tout de même resté ce garçon humble d’Irlande qui préfère les choses simples. Ce qui est triste, c’est que le show était trop court, et que nous avons tous attendu trop longtemps la sortie de Jack, tout ça pour rien. Il était déjà parti par une issue dérobée ! Mais qu’importe, nous avons beaucoup aimé le show. Et si vous, vous qui lisez cet article, vous êtes sujet(e) à la dépression et que l’anglais ne vous fait pas peur, n’hésitez pas à regarder les vidéos de Jacksepticeye. Sa bonne humeur est très communicative, et ses émotions sont vraies.

 

jacksepticeye