the twilight zone - The Twilight Zone 2019: l'étrange revient sur le devant de la scène (suivi critique, épisode 3)
On a testé

The Twilight Zone 2019: l’étrange revient sur le devant de la scène (suivi critique, épisode 3)

Jordan Peele profite d’une aura de bienveillance autour de lui pour offrir une nouvelle version de la Quatrième Dimension pour CBS All Access, la plateforme de la chaîne.

Série culte des années 60, l’anthologie créée par Rod Serling a offert de sacrés heures d’étranges et de flippes. L’aura est tellement grandes que beaucoup ont essayé de se la réapproprier avec notamment un revival fin 80, un autre début 2000 et deux films, le premier en 83 pour le cinéma porté par Spielberg, Landis, Dante et Miller, rien que ça, et l’autre pour la télévision en 1994.

Il y a même une attraction reprenant l’univers de la série dans les parcs Disney puisque la Tour de la Terreur en est grandement inspirée.

Nous voici donc avec une version 2019. Suite au succès de Black Mirror, il était impensable de ne pas faire revenir Twilight Zone. Beaucoup d’anthologies ont tenté de faire de leur mieux ces dernières années. American Horror Story est une anthologie annuelle alors que Dimension 404, Black Mirror donc, Into The Dark, Lore, Room 104 ou la dernière série de Jordan Peele encore, Weird City ont fait le pari de l’histoire hebdomadaire.

Avec Les Contes de la Crypte, Au-Delà Du Réel et Chair de Poule (et peut-être même Fais Moi Peur), Twilight Zone fait partie du panthéon.


Episode 3 Replay

C’est sur un script écrit par Selwyn Seyfu Hinds qui semble très à propos de la culture afro-américaine que cet épisode prend l’essence d’une période triste pour la communauté noire. Si on lit Black Lives Matter sur les murs d’une maison, c’est bien pour souligner que cet épisode sera une sorte de pamphlet sur le racisme des flics américains. En apparence. L’épisode est grossièrement écrit et exécuté malgré une bonne idée. Une caméra qui permet de retourner dans le passé était un bon point de départ pour un épisode mindfuck. Au final, on en ressort déboussolé par une sorte de non-propos sorti du chapeau, un non sens d’écriture, un non-thème, bref une histoire maladroitement faite.

Est-ce que l’épisode veut dire que quoiqu’on fasse pour revenir en arrière, ça se passera toujours de la même façon? Que même si les Noirs changent des choses qu’ils pensent mal faites, ce sera toujours le même résultat ? Oui mais, l’épisode n’installe pas du tout cette proposition d’univers. Il y a juste ce policier agacé, rien autour de pointe sur ce postulat.

Ecrit par un concerné, produit par un concerné, réalisé par un concerné, joué par des concernés mais on préférera Get Out pour le propos mieux traité.


Dans cette nouvelle version, l’impression de voir tous les potes acteurs et actrices de Peele est donnée. Nous avons donc les sympathiques Adam Scott (Parks and Rec) ou encore Kumail Nanjian (Silicon Valley) dans les rôles-titres des deux premiers épisodes.

Le premier, The Comedian, voit Nanjian jouer un comédien de stand-up qui peine à faire rire son public. Il rencontre un célèbre comique (Tracy Morgan) qui lui dit de se concentrer sur sa vie privée pour avoir l’adhésion du public. Il le fait, ça marche mais voit les sujets des blagues disparaître tout bonnement.

Une fois que l’on a compris le fonctionnement, il est difficile de garder son intérêt pour l’épisode. Même si la situation dégénère, il manque un je-ne-sais-quoi pour que l’épisode fonctionne pleinement. Sa durée de 55 minutes handicape aussi le propos. La résolution, gimmick de l’anthologie, est d’ailleurs sans surprise.

Le second, Nightmare at 30,000 Feet, est un faux remake ou plutôt une nouvelle adaptation vague de la nouvelle écrite par Richard Matheson en 1961. La nouvelle a été adaptée dans la première version de Twilight Zone avec William Shatner, puis dans le film de 83. Cette fois-ci, Scott joue un passager qui trouve un baladeur avec un podcast narrant la tragédie du vol 1015… le vol où il se trouve. On retrouve avec plaisir Nic Lea (Krycek de X-Files), et Katie Findlay (Man Seeking Woman) dans un épisode qui fait monter la pression de l’étrange. la résolution n’a pas les épaules pour soutenir la comparaison avec les précédentes versions. La toute fin aurait dû même être amputée de quelques scènes pour garder un semblant de prestance.

Les deux épisodes ont une manie commune: celle d’une mise en scène tape-à-l’oeil, à base de gros plans exagérés et de mouvements de caméra brusques. On sent des automatismes un peu vains qui n’apportent rien. Au-delà de ça, les acteurs s’en sortent très bien et l’intégration du narrateur Peele à la façon d’un Serling est plutôt sobre.

Qui dit anthologie dit forcement qualité aléatoire. Le prochain, Replay, a toutes les cartes en main pour offrir un mindfuck total. La durée non fixe des épisodes devrait s’adapter au contenu alors que le contraire aurait pu et dû apporter plus de pression narrative. ON verra la suite…

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire