Reviews

Elseworlds: le crossover Flash / Arrow / Supergirl

Cinquième crossover pour la team DC sur la CW avec un Elseworlds qui s ‘éparpillent un peu.

Depuis la saison 2014-2015, les séries DC s’entrecroisent pour des crossovers de plus en plus ambitieux. Après la team Flash / Arrow, puis avec Legends, puis Supergirl, voici que les Legends sont out et accueillent Superman.

Après l’excellent crossover de l’année dernière intitulé Crisis on Eath-X, nos héros se retrouvent pour un échange de corps ou plutôt de vie entre Barry et Oliver. L’échange s’est fait suite à un désir d’un savant fou de bouleverser les univers.
C’est plutôt plaisant de voir Oliver en Flash et Barry en Arrow. C’est là qu’on se dit que le costume rouge ne sied pas à Oliver qui passe pour un gringalet. Barry s’en sort plutôt bien en Arrow ! Et pour leur entourage, tout est normal, Oliver a toujours été Flash. Ce postulat amène des discussions peut-être un peu trop sérieuse avec de longues scènes sur les motivations de chacun. On ne comprend pas vraiment l’utilité d’en faire un drame jusqu’à la scène de fin qui justifie peut-être tout ça. Vu que les héros ne se croisent que peu souvent, chacun avait sa vision de la vie de l’autre. Avec l’apparition de vieux ennemis, tout se goupille et le script prend un peu plus de sens. Mais, disons le, ce n’était pas l’essentiel. Les trois épisodes sont assez différents avec des menaces et des motivations autres.

Le premier épisode se passe chez Flash avec l’échange de vie et les conséquences sur les autres. Un rapide voyage vers Earth-38 pour voir si Kara est aussi touchée nous donne l’occasion de découvrir Smallville, Clark à la ferme (celle de la série Smallville!) et… Loïs Lane ! Au passage, la transition entre les scènes se fait sur… le générique de Smallville de Remy Zero, Somebody Save Me.

Le personnage est jouée par Bitsie Tulloch (Grimm) qui, avec ses faux airs de Margot Kidder (la Loïs de Christopher Reeve) aurait pu gagner l’adhésion de tout le monde. Personnellement, non. Son personnage est proche de celui de Teri Hatcher de Lois & Clark des années 90. Vivace, prête à tout et débrouillarde, cette Loïs est finalement agréable à suivre et l’alchimie avec Clark est palpable.

D’ailleurs, venons-en à Clark qui passe vraiment pour un personnage sacrifié puisque son Superman n’est pas aidé par un costume affreusement mal fichu. Pire, dans une scène, on voit son costume rajouté au détour d’une scène pour un fameux « shirt rip ».

il porte un t-shirt !

Au-delà de ces petits détails (qui sont quand même importants, on parle quand même du costume de SUPERMAN !), l’épisode est plaisant et introduit la menace du robot, un peu kitsch, mais qui fera patienter jusqu’à l’épisode suivant. On passera sur les scènes Barry / Iris qui sont encore un peu niaises.

Dans l’épisode d’Arrow, le couple Barry / Iris laisse place à Oliver / Felicity. Moins imposant que le précédent, ce couple ne ternira pas l’épisode qui doit introduire Batwoman, jouée par Ruby Rose (Orange is the New Black, Pitch Perfect 3). Nous voilà à Gotham et Arkham Asylum pour un épisode qui joue beaucoup sur une ambiance dark un peu artificielle. Qui plus est, les plans sur Kate Kane / Batwoman avec le regard sombre et la musique font un peu clichés. La série centrée sur le personnage devrait arriver la saison prochaine. La relation entre Kate et Kara joue sur des non-dits intéressants et l’alchimie est déjà palpable. Ce World’s Finest féminin pourrait être intéressant à voir.

L’épisode qui termine ce crossover se passe chez Supergirl avec des incohérences malheureuses. Alors que le savant, Deegan, redistribue les cartes du monde encore, on retrouve Oliver et Barry en criminels en cuir, un peu ringards, et sans pouvoirs face à un black Superman. Si Deegan peut faire ce qu’il veut, pourquoi n’a t-il pas enlevé les pouvoirs à Kara également plutôt que de la garder prisonnière avec ses pouvoirs?
Comme nous sommes dans un épisode de Supergirl, ce n’est plus Iris, ni Felicity mais Alex, la soeur de Kara, qui vient jouer la dynamique du duo sacrifié. Nouvelle incohérence, Kara parvient à résonner Alex en lui disant que ce n’est pas sa vraie vie… Nous sommes dans la Earth 1, ce n’est donc pas une Terre où Alex doit être celle de Earth 38 ! Ça n’a aucun sens.

Malgré tout, l’épisode a donc un Black Superman face au Superman classique, le retour du robot, Deegan et une référence à une crise plus grande encore et une menace plus importante à venir ! Oui car, comme teasé à la fin de la trilogie, Crisis on Infinite Earths, l’événements comics qui a tout bouleversé il y a 30 ans, sera le prochain crossover.

Ce sont donc trois épisodes assez différents dans leur contenu et leurs qualités qui forment ce crossover moins intéressant et ambitieux que le précédent et peut-être un peu moins bien encore que Invasion!, le crossover de 2016. Dans les bonnes choses, la dynamique entre chacun est toujours là et riche. Les univers sont certes indépendants mais se complètent plutôt bien. L’ajout de Superman n’en a pas fait une solution miraculeuse pour vaincre la menace. D’ailleurs, la résolution est audacieuse puisqu’elle n’hésite pas à mettre en scène un personnage… qu’on n’attend pas. Pour ce qui est des mauvaises choses, le script ne tient pas trop sur la longueur, et l’homogénéité des deux précédents crossovers ne se retrouvent pas ici.

Avec une moyenne de 2 millions de spectateurs, les séries s’en sortent bien mais les trois séries semblent en bout de course. Le public n’est plus là et cette CRISIS qui arrivera à l’automne prochain, donc en pleine saison, ne devrait pas bouleverser beaucoup de choses si ce n’est tendre vers un post-crisis pour chacune des séries? Arrow arrivera déjà en saison 8, la plupart des contrats des acteurs seront terminés, Flash a fait son temps mais pourra encore durer jusqu’à 7 saisons et Supergirl devra sérieusement se renouveler. Avec Batwoman et les Legends, il y a peut-être quelque chose à faire.

 

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire