Reviews

Revoir Les Chevaliers du Zodiaque / Saint Seiya : Armures d’Or, septième sens et perte de temps (Sanctuaire, épisodes 42 à 73)

Après le traumatisme Saint Seiya par Netflix, on a maté La Légende Du Sanctuaire, film sorti il y a peu, c’était pas mieux, alors on s’est replongé sur Les Chevaliers du Zodiaque, l’originale.

Arc Le Sanctuaire, seconde partie (Episodes 42 à 73)

Nous voilà dans le vif du sujet, la période que l’on n’oublie pas, celles des 12 maisons, des escaliers interminables, du Septième Sens et de Saori en danger. Nos 4 chevaliers sont fin prêts et le combat sera long (30 épisodes au final).

Les chevaliers découvrent donc qu’il y a 12 chevaliers d’Or, ils ne connaissent donc pas leur horoscope. Cette mythologie est intelligente puisqu’elle prend en compte des constellations méconnues pour en faire des personnages principaux alors que les plus connues (du moins, pour les cultures occidentales) sont les personnages secondaires ultimes.

On n’a tous été plus ou moins déçu de voir notre signe représenté plus ou moins vaillamment. Les rares signes pacifistes ont sûrement été un peu rassurés.

Nous connaissions donc 4 chevaliers d’Or : le Bélier sans voir l’armure, le Lion, le Scorpion et le Sagittaire. On peut aussi ajouter la Balance car on apprend avant cet arc que le Grand Maître est ce chevalier, et les Gémeaux puisque le Grand Pope est Saga, le chevalier d’Or. Seiyar était déjà bien considéré par le Sagittaire car il revêt déjà l’armure (gros kiff à cette époque tout de même).

Côté souvenir, je savais à peu près toutes les issues pour chaque Maison. Ce que j’avais oublié est la gestion et la notion du temps. Il faut rappeler que les chevaliers ont 12 heures pour battre les 12 chevaliers. 12 heures et 30 épisodes, cela fait à peu près 7.5 heures en temps de fiction.

Cette notion du temps est donc relative pour nous, mais surtout pour eux. Je me souvenais des longues et interminables montées d’escaliers mais je ne pensais pas que pendant toute la durée d’un combat d’un chevalier, l’autre n’était pas encore arrivé à la prochaine maison. A l’instar d’un terrain de football d’Olive et Tom, l’exagération spatiale est aussi présente dans Saint Seiya.

Il y aura donc 12 maisons et autant de chevaliers, de combats et de septième sens révélé. Là où on se dit que, comme dans Dragon Ball où les techniques sont de plus en plus élaborées et puissantes, dans Saint Seiya, on tente toujours les techniques de base pour juger son adversaire alors que l’on sait très bien qu’il va falloir puiser ailleurs pour le battre.

Si Seiyar se dévoile rapidement contre le Taureau, c’est face au Cancer et son monde glauque que Shiryu parvient à se dépasser. Et c’était un gros morceau. La bonne idée du manga est de lier un chevalier avec un univers propre, le Cancer est lié au monde des morts, la Vierge au Bouddha, les Poissons avec les Roses, les Gémeaux avec l’interdimensionnalité… Ce qui est un souci de cohérence était de maintenir une sorte de gradation de niveau pour les chevaliers d’Or. Allait-on avoir de plus en plus de mal à les battre ?

Les douze maisons offrent douze expériences différentes. Si on se souvient d’avantage de certains, c’est à cause d’idées formelles marquantes. Le monde des morts du Cancer, la corne cassée du Taureau, la Rose des Poissons, la cruche des Verseaux… Et le mot d’Ayoros !

A ceux dont le courage a permis de vaincre tous les obstacles, je confie la vie de la déesse Athéna, leur conjurant de la protéger et de la chérir encore plus que la leur. 

Aiolos

L’épisode est la partie émouvante de la saga. Et même s’ils ont des alliés, les épreuves de chaque maison amie consomme une heure.

Dans les 12 combats, rien ne semble vraiment répétitif, chaque combat a une portée différente et cela permet, encore aujourd’hui, à la saga de perdurer. On compte à peu près deux combats par chevalier. Shiryu combat Cancer et Capricorne, Hyoga combat Scorpion et Verseau, Seiyar combat Taureau et Lion,  Shu combat Gémeaux, Poissons. Ikki n’est pas oublié et il combattra la Vierge mais aussi le Grand Pope dans la bonne idée de le faire intervenir dans le dernier acte.

Côté VF, on est encore verni avec les mêmes voix pour beaucoup de chevaliers bien méchants (celle d’Ikki), Saori qui perd sa voix historique quand elle est sauvée et des choix d’adaptation douteux.

 

Et au final, c’est bien?

Les souvenirs étaient encore là pour certaines maisons et certaines issues des combats. C’est surtout la quête du septième sens et les notions de puissance qui sont bancales. On ne sent pas d’évolution (c’est d’ailleurs à ce niveau que Asgard et Poseidon pourront poser problème avec des adversaires soit disant plus fort que les Chevaleirs d’Or) dans leur technique, chaque chevalier sort les mêmes  et on sent vite une lassitude.

La bataille des 12 maisons est tout de même un gros morceau du manga et de l’anime. Le concept est fabuleux, l’exécution pêche un peu mais on garde quand même beaucoup de morceaux épiques.

On avait oublié

  • Je pensais que la flèche dans le cœur de Saori s’enfonçait d’heure en heure. Il n’en est rien. Elle reste planté sans bouger.
  • J’imaginais le combat final beaucoup plus difficile pour Seiyar surtout quand il soulève le bouclier, j’imaginais une scène plus dur, plus longue avec un Seiya vraiment au bout de ses forces; finalement, il est encore plutôt en bon état même si, ok, il est assez touché.
  • J’avais totalement oublié la venue d’ikki contre Saga, c’était vraiment bien avec un décor qui change enfin. La Statue d’Athéna, l’escalier, le temple du Grand Pope, Saga enfin démasqué et en armure, le climax est plutôt efficace.
  • Oubliée aussi la scène finale, courte, qui ouvre sur l’arc Asgard avec ce plan sur l’Etoile Polaire.

Laisser un commentaire