black mirror saison 5
Reviews

Black Mirror saison 5: que retenir des 3 épisodes?

Black Mirror revient à une saison de 3 épisodes depuis qu’elle a été reprise par Netflix. Changement pour le meilleur?

La saison 4 a été plutôt accueillie mollement. Malgré le plébiscite plus ou moins mérité (on vous laisse juge, évidemment) de San Junipero il y a 2 ans, aucun épisode ne sortait vraiment du lot l’an dernier. A la rigueur, Hang The DJ avait fait belle impression. Bandersnatch, le film interactif, n’a pas réussi à créer un gros buzz et était une expérience plutôt originale mais limitée.

Cette saison, 3 histoires, toujours écrites par Charlie Brooker, nous sont proposées. Striking Vipers (62 min), Smithereens (70 min) et Rachel, Jack and Ashley, Too (67 min).

black mirror saison 5

Striking Vipers est une histoire qui peut paraître kitsch puisqu’elle aborde le jeu vidéo. Evoluant rapidement et technologiquement trop lourd pour en créer un de toute pièce pour des œuvres TV ou cinéma, le jeu vidéo apparaît souvent déjà dépassé. Ici, nous avons un jeu de combat très simple et qui n’aura qu’une présence faible à l’écran. Brooker décide d’en faire une vraie expérience virtuelle avec des personnages et des décors LIVE. C’est une bonne idée de parler de la réalité virtuelle dans le jeu vidéo pour un contexte ultra-immersif.

Les puces qui permettent d’intégrer le jeu sont simples, sobres et passeront facilement l’épreuve du temps.

Nous voici donc avec deux amis d’enfance joués par Anthony Mackie (Le Faucon chez Marvel) et Yahya Abdul-Mateen II (Aquaman) qui se retrouvent après quelques années. Karl offre à Danny le jeu qui leur a fait passer beaucoup d’heures sur le canapé. Du côté de Danny (Mackie), il tente d’avoir un second enfant avec Theo (Nicole Beharie, Sleepy Hollow). Alors qu’ils jouent à une partie en réalité virtuelle, Danny et Karl sous l’apparence de leur joueur respectif historique se rapprochent. Et de plus en plus.

Striking Vipers nous conte une histoire d’amour qui n’en est pas une. Comme depuis quelques temps, Brooker brosse de belles histoires où les sentiments se confondent. ici, la frontière entre les sexualités sont floues.

Et si le script ne tente pas d’aller plus loin, comme voir Danny changer de personnage par exemple), il est plutôt bien mis en scène avec quelques mouvements de caméra empruntés au jeu vidéo.

Reste une conclusion douce-amère qui pointe plus vers le degré de passion chez les personnes plutôt qu’autre chose. Passion en manque ou désir de nouveauté, chacun y verra son interprétation. Surtout que le choix est plutôt étrange du côté d’un des personnages, Theo, qui récolte les fruits d’une décision. C’est par là que viendra la vision de cet épilogue.

black mirror saison 5

Smithereens voit un chauffeur londonien (Andrew Scott, Spectre) kidnapper un employé travaillant pour un grand réseau social qu’il accuse de quelque chose d’inavoué encore.

L’addiction aux réseaux sociaux s’offre un épisode plutôt concret, ne dissimulant rien d’autre que son propos premier. L’épisode est construit comme une petit chasse à l’homme dans un endroit unique et ne pointe du doigt la technologie que dans ses derniers retranchements. Pendant une heure, on ne suivra que cette prise d’otage improvisée sans qu’on n’ait vraiment de rebondissements ou d’évolution notable.

La fin est assez cruelle, renouant un peu avec le Black Mirror noir d’avant. Quand on sait que l’épisode se passe en Angleterre, Terre Première de la série, on se dit que rien n’est dû au hasard.

black mirror saison 5

Rachel, Jack and Ashley, Too nous met Miley Cyrus dans un rôle qui se rapproche de celui qui l’a fait connaître: Hannah Montana. Cette ado qui se transformer en popstar avec perruque et vie de paillettes lui a valu la célébrité. On connait ensuite sa reconversion et son tempérament. Il est alors un peu étonnant de la voir revenir à cet univers des années après.

Rachel est une adolescente fan de la chanteuse teen pop Ashley. Elle reçoit un robot à l’effigie de la chanteuse. Rachel est une ado peu sûre d’elle qui doit vivre avec une sœur totalement opposée dans le style et un père fan de son entreprise de dératisation.

Quand la chanteuse tombe dans le coma, tout s’écroule pour l’ado fragile qui n’a plus de repère, pas même ce robot.

Il serait difficile de résumer sans spoiler tellement l’épisode subit de changement de ton et de rebondissement. On nage en plein film Disney. Ce n’est pas péjoratif mais l’idée maîtresse est clairement appropriée à la comparaison. Nous nous retrouvons avec deux ados qui tentent de sauver leur pop star. Les péripéties avec des méchants méchants et des gentils gentils donnent un ton très familial à l’ensemble. On peut cependant penser à un épisode de conclusion à Hannah Montana également !

On se retrouve dans une comédie d’aventures qui se termine un peu en eau de boudin mais qui ne donnera pas d’insatisfaction. L’épisode a un rythme soutenu et livrera les cartouches nécessaires pour ne rien laisser au hasard, pas même le métier du père !

 

3 histoires très différentes nous sont donc livrées pour cette saison 5 de Black Mirror. On sort un peu amer de Smithereens, tourmenté par les questions que soulèvent Striking Vipers et diverti par …Ashley Too. A noter que cet épisode donne deux conclusions à deux épisodes, Crocodile et Black Museum.

 

 

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire