sweetbitter saison 2
On a terminé

Sweetbitter, saison 2 un peu plus relevée

La saison 2 de la douce Sweetbitter avec Ella Purnell est arrivée sur Starz France en juillet. Après une saison 1 honnête, on était en manque de piquant. Verdict.

Sweetbitter saison 2

8 épisodes

Créée par Stephanie Danler -Avec Ella Purnell, Tom Sturridge, Caitlin Fitzgerald, Evan Jonigkeit ,Eden Epstein ,Jasmine Mathews, Daniyar, Paul Sparks

Sweetbitter saison 2
Binge-watchable
Comédie
Drame

On avait laissé Tess sous le charme de Jake et Sasha mal en point après une tentative de suicide. On se retrouve quasiment dans la suite des événements. On ne sait pas trop la temporalité de la série mais on retrouve l’ambiance lounge à la lumière diffuse qu’on avait aimés.

Une série devenue chorale

L’atmosphère est toujours le premier personnage de Sweetbitter. Tout se passe en soirée sous une lumière douce. Il y a une sorte de temps suspendu comme à chaque fois que l’on se trouve en pleine nuit sans repère temporel.

La série se permet de donner un peu plus de temps d’écran à tout ce beau monde. Tess n’est pas seulement la petite nouvelle qui commence un boulot chiant. Elle est au milieu d’un petit village avec ses habitants tous différents. On suit donc un peu plus Will, Sasha et les autres. Même les cuistots et les plongeurs auront leur heure de gloire.

sweetbitter saison 2

Car il ne faut pas oublier que Sweetbitter, derrière son cadre New-Yorkais et sa tendance chronique urbaine est surtout un workplace drama avec les petites touches bienveillantes sur certaines conditions de travail. L’immigré illégal, les petits salaires, la concurrence dans les postes, la tenue des règles. La série surprenait avec son premier épisode et son égorgement de porc. On pensait alors à une direction un peu plus écolo-veggie de la série mais il n’en est rien. Sweetbitter ne parle pas de bouffe et de la culture autour. La cuisine n’est là que pour donner le rythme aux histoires. C’est une science, un musique certaine cette cuisine ! Peu de séries s’y sont bien engagées. Kitchen Confidential ou Feed The Beast n’ont pas réussi à sublimer l’art. Du générique qui montre rapidement une préparation au petit tintement de verre, Sweetbitter rend la cuisine glamour.

C’est un univers à part et ça donne cette identité particulière à une série qui franchit enfin les limites du propret. Starz oblige, on voulait le petit plus érotisant de la chaîne. Si Vida se permet ça, Sweetbitter se le devait. Un petit topless pour Tess, un couple aux mœurs étranges pour Will, une scène coquine en pleine rue et Sweetbitter se permet d’être une série avec un peu plus de « codes » nocturnes. Le soleil couchant, le monde change et Sweetbitter se devait d’être un peu coquinou pour gagner ce petit quelque chose.

sweetbitter saison 2

Une série devenue un peu plus consistante

8 petits épisodes (2 de plus que la saison 1) permettent à la série de confirmer le bien qu’on avait pour elle. Les événements ne sont pas dramatiques ou drôles, ils sont légers comme il faut ou touchent même aux côtés sombres des personnages. Dans un épisode où Howard, le patron, décide de reverser 5% des pourboires aux plongeurs, tout le monde tente de saboter un service. Faire passer des personnages pour des connards rendent le tout finalement… plus humain. Il n’y a pas de héros dans la série ni de réel but et c’est peut-être ça qui la caractérise.

On ne voit que rarement la vie des employés en dehors du restaurant, on ne connait quasiment rien d’eux et quand on esquisse un peu de psychologie, les scénaristes ne souhaitent pas aller plus loin. Il y a cette part inconnue chez tous qui ne frustrent pas et qui renforcent l’identité de la série.

Les audiences ont été assez mauvaises ( -40% par rapport à l’année dernière) et la fin ouvre de belles perspectives… Les verra t-on ?

Sweetbitter est disponible sur Starz France.

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire