le parfum
On a terminé

Le Parfum, une mini-série qui prend son essence dans le roman et qui se perd ailleurs (sans spoilers)

6 épisodes constituent Le Parfum, série allemande disponible sur Netflix qui prend ses marques dans le roman du même nom.

Après avoir plutôt apprécié le premier épisode, les 5 autres sont plutôt dans une qualité qui décroît. Malgré les efforts pour fournir une ambiance déviante avec des errances sexuelles et violentes étranges, Le Parfum prend surtout sa force dans ce qu’elle n’a pas adapté.

Fini le 18è siècle, place au contemporain, à l’atmosphère grise et triste de l’Allemagne mais aussi place à des flashbacks dans les années 90/2000 avec cette bande d’amis un peu spéciale.

Prenez un peu de Stand By Me, un poil de Haunting of Hill House où on remplace les fantômes par des traumatismes sexuels et mélangez avec un peu de polars nordiques et vous aurez Le Parfum.

Une chanteuse meurt, elle est l’amie d’enfance de 5 autres personnes. La bonne idée a été de lier cette bande d’amis par une sorte de pacte. Il n’était pas évident de voir que la série allait partir là dedans mais les nombreux flashbacks construisent une belle ambiance de secret qui fait partir Le Parfum dans des sentiers connus. Pourtant, la série préfère s’attarder sur la vie déviante des personnages qui ont tous évolués vers des vies un peu dissolues, ponctuées par ni plus ni moins que le sexe.

le parfum

Chef de bordel, violences conjugales, impuissance ou fétichiste, les personnages sont des écorchés de l’intime et la série préférera donc souligner les errances en réveillant les origines des traumas. L’enquête passe finalement au second plan, on ne comprend d’ailleurs pas  beaucoup les tenants et aboutissants de tout ça. La résolution n’est pas des plus excitantes.

Reste que la partie flashbacks, avec cette belle ambiance régressive, nous emporte dans la naïveté de l’adolescence et la dureté de l’apprentissage de la Vie. On est donc loin du roman et du film. C’est d’ailleurs plus une série qui souhaite rendre hommage au roman plutôt que de l’adapter La flic qui enquête regarde le film pour découvrir des indices tandis que les personnages ado étaient fans du livre. Ça n’apporte pas grand chose à la série. Les références s’étendent avec des voix-off parlant sans cesse de parfum. La série reste assez peu engageante pour un public qui souhaitait une enquête noire. On est davantage dans le glauque.

parfum

Le Parfum est une mini-série peu captivante qui a de l’intérêt dans ses thématiques plutôt riches que dans sa source d’inspiration. Si vous aimez les personnages fragilisés, que vous n’avez pas peur de scènes de souffrance (des femmes, car l’homme est violent dans cette série), vous pouvez commencer !

Laisser un commentaire