La comédie de Bill Burr continue sa vie sur Netflix sans déranger personne. Alors que tout le monde se jette sur les dernières nouveautés, les séries qui durent, elles, ne font aucun bruit.

On avait laissé Frank et Sue dans le lit conjugal en pleine action et une série de préservatifs troués en circulation. Résultat, Sue est enceinte de plusieurs mois quand commence cette saison 3. La famille s’entend plutôt bien mais voilà que les vieilles rancœurs bas du front reviennent. Kevin est toujours aussi délinquant, Bill tombe amoureux de la petite soeur Fitzsimmons et Maureen est fan de Hobo Jojo, une émission avec un clown. Sue se remet doucement de la trahison du Salad Spinner et Frank rencontre un nouveau voisin, Chet.

La première chose qui choque dans cette saison 3 se passe du côté de la VF avec le départ d’Arnaud Ducret pour la voix de Frank, remplacé par Emmanuel Curtil (qu’on connait tous pour avoir doublé Dean Cain, Jim Carrey ou Matthew Perry). Malheureusement, le changement ne passe pas. Curtil passe son temps à forcer sa voix, à gueuler et le ton n’y est pas alors que Ducret était tout en ton grave et détaché. Passé cette déconvenue, la saison 3 garde le cap de la saison 2 avec un ton libre, peut-être même de plus en plus. Les insultes pleuvent et les rapports familiaux sont de plus en plus mis à mal. Il y a toujours ce détachement entre cette époque où personne ne semble inquiet des règles sociales, du bien-être des autres et de l’environnement. On ne se soucie que de soi.

f is for family

Reste que cette saison construit subtilement des choses pour arriver à un final qui se sert des évolutions de tous les personnages. Maureen est la grande gagnante même si elle reste encore en retrait, elle est une pièce maîtresse tout comme l’entourage de s Murphy qui se développe. A contrario des Simpson qui mise avant tout sur la famille et ensuite sur les habitants de Springfield, ici les voisins ont une part importante. Que ce soit Chet, le nouveau venu et modèle pour Frank, ou encore le voisin ancien déporté, l’ancien drogué, le glauque Goomer ou encore le fabuleux Phillip, jeune voisin et meilleur ami de Bill. Cette saison, on fait la connaissance de son petit frère, insupportable, porté par une VF géniale et son « et tu sais quoi hein tu sais quoi? ». Chaque personnage est un joyau poli par les affres du’une Vie qui en ont fait des martyrs sociaux. En bref, ce sont des sacrés phénomènes, à la fois repoussants et attendrissants.

F is for Family reste dans ses bottes, n’opère aucune révolution et étoffe son univers. Les personnages ne possèdent aucune limite dans la vulgarité, l’irrespect ou tout simplement les vices. L’équipe créative semble même commence à développer quelques gimmicks intéressants comme les découvertes « visuelles » de Bill qui voit la Vie autrement à chaque fois. Les Simpson ne se sont pas construits en 2 saisons et F is for Family a déjà beaucoup d’atouts et semble prendre son temps pour se bonifier.

La saison 3 de F is for Family et les deux précédentes sont disponibles sur Netflix.