On a terminé

13 Reasons Why : qui a tué Bryce Walker, forces, faiblesses et spoilers de la saison 3

Troisième année pour 13 Reasons Why qui, après le choc de la saison 1, et la déception de la saison 2, semble faire partie des meubles désormais. Et pourtant, cette saison était encore bien forte dans ses thématiques.

Laborieuse au début, cette saison 3 a trouvé ses marques comme en saison 2 pour offrir une histoire riche. On le rappelle, l’article est spoiler !

Qui a tué Bryce Walker?

C’était la grande question de la saison sur laquelle Netflix avait fait sa promo alors qu’on ne connait le sort de Bryce qu’à la fin de l’épisode 2.

Le grand méchant des deux précédentes saisons est donc au milieu de ce suspens qui tient plutôt bien la route au fil des épisodes. On apprendra que c’est Zach qui s’est défoulé sur Bryce sur le quai et qui l’a laissé dans cet état. Alex et Jessica sont venus ensuite. Bryce voulait voir Jess pour lui donner quelque chose (une confession sur cassette) mais elle a préféré venir avec Alex. Alex en voulant aider Bryce à le relever a été saoulé d’entendre Bryce menacer Zach. il le pousse dans l’eau. Ani raconte cette histoire en protégeant tout le monde et en mettant en scène Monty plutôt qu’Alex. Tout le monde est protégé par des faux alibis.

Le suspens était aussi bien nourri par l’autre question : que s’est-il passé durant ce match de rentrée ?

A ce titre, la série est quand même très consistante, malgré les critiques, elle a beaucoup de choses à raconter.

13-reasons-why-saison-3-netflix-2

Flashbacks et narration

La saison a encore offert une narration éclatée avec trois timelines (le passé, le présent et l e futur proche avec Ani interrogé). En essayant d’être un peu plus fluide dans la narration, la série a perdu son public. Le changement de format entre le passé et le présent (des barres noires et un contraste fort pour le présent, un plein écran et des couleurs vives pour le passé) est assez subtil dans certaines scènes et on perd un peu le fil des événements.

Par la suite, les transitions se font plus fluides et plus réussies. Le passage passé / présent par l’utilisation de doublures et de mouvements de caméra sont toujours un plaisir à voir.

Et si la narration n’était pas évidente, il y a le risque d’incompréhension comme le fait que Bryce devait être tué par balle d’après mes souvenirs alors que ça ne choque plus personne qu’il soit mort noyé au final. Etrange. Tout comme la relation Ani / Clay qui évolue dans les deux timelines, difficile alors de trouver un ton juste entre les deux.

Débarrassée par l’arc Hannah, la série a su tout de même revenir dessus une ou deux fois d’une bonne manière. En utilisant la mère d’Hannah par exemple qui aurait pu être un bon suspect.

Et comme à chaque saison, il y a aussi l’événement de trop, le drame de trop. La saison 1 avait tout de même le suicide d’Hannah, son bullying, son viol, le suicide raté d’Alex, une mort d’un étudiant inconnu, la saison 2 avait le viol de Tyler qui s’ajoutait au grand procès et aux merdes qui en découlait. La saison 3 a peut-être un dernier épisode (1h20 !) qui apporte trop d’éléments un peu foutraque, l’esprit Cluedo a donné lieu a des rocambolesques événements comme pour la famille de Tony expulsée.

Clay Jensen

Il y a du bon en lui, évidemment. Il n’a vraiment rien fait de mal. Avec ses airs de chien battu, il a été un peu bousculé par Ani et a souvent mis les pieds dans le plat. Motivé par la vérité, il aurait pu s’en foutre royalement et demander la paix. Sa quête était sûrement motivée par une profonde solitude qui sera au centre de la saison 4 si les scénaristes veulent le faire évoluer.

Ani

La grande perdante / gagnante de la saison. Si l’actrice Grace Saif  a quitté les réseaux sociaux à cause de « fans » qui l’ont harcelé (le comble) car elle a gâché la saison 3, elle a surtout été au centre des attentions. Nouveau personnage, Ani a mené la narration de la saison 3 et a surtout imposé sa présence un peu partout. Fouineuse, un peu donneuse de leçons et surtout prise dans l’étau Bryce Walker, Ani était tout de même un personnage clé, un peu envahissant mais rarement inutile. Finalement, on ne saura jamais vraiment qui elle est vraiment, elle semble dictée par ses pulsions.

 

Jessica Davis

D’une manière un peu simpliste, Jessica n’a pas été plus approfondie que ça. Seulement guidée par sa mission de survivante, elle n’avait pas trop de nuances intéressantes. Baladée entre Alex, Justin, le Hands Off, elle n’a jamais vraiment eu de rôle clé. On a pourtant l’impression qu’elle a beaucoup acté alors qu’en fait, en y regardant bien, elle a subi beaucoup l’influence des autres.

A ce titre, on attend beaucoup des personnages féminins, et si on compte sur Ani, comme dit juste avant, il n’y a pas de personnages féminins qui semblent avoir le « beau rôle ».

Tyler, Alex, Zach, Justin…

Justin est retombé dans ses maux, Zach a encore eu sa petite amourette (après celle avec Hannah en saison 2, le voilà avec Chloé) sans apporter beaucoup de nuances. Sa rivalité avec Monty a été effleurée.

Alex et Tyler ont eu des trajectoires différentes. Alex a stagné jusqu’à devenir une personne sans grand intérêt alors que Tyler est passé de victime passive à combattant. On a senti une nette évolution, nécessaire, juste, poignante. Dommage que son cas semble rester un peu anecdotique dans le lycée.

Monty

L’autre connard de la série. Ses révélations n’ont pas été au service du personnage. J’entends par là que la brute qui se révèle gay est un poncif peu original. Ajouté à cela, une enfance à la dure, c’est le cliché même de la brute.
Sa corde sensible a été touché dans l’ultime épisode qui est aussi celui de son épilogue. C’est une stratégie narrative pour bousculer le public et son ressenti mais globalement, on se dit qu’il a suivi la « logique » dramaturgique.

 

Réhabiliter Bryce ?

Ca a été la grande réflexion. La saison a-t-elle voulu réhabiliter Bryce ? Non. Elle a surtout voulu discuter sur la question de l’individu face à ses crimes. Ce n’est pas une question de seconde chance, ni de pardon. On ne pourra jamais écarter le coupable de ses victimes. Les victimes n’ont rien demandé, subissent les conséquences des actes quand le coupable, lui, peut « facilement » demander le pardon.

La question a surtout été : peut-on se repentir et comprendre l’origine de tout ?

On le voit, Bryce a gagné en sensibilité, en empathie peut-être diront certains, mais il n’a jamais vraiment perdu son esprit revanchard. On le voit bien avec Zach jusqu’au tout dernier épisode.

Dans l’aftershow 13 Reasons Why Au-delà des raisons, la psychiatre et les scénaristes précisent bien que le premier travail est de comprendre pour ensuite avancer individuellement. La série n’a pas voulu excuser Bryce mais montrer la trajectoire d’un coupable.

A ce titre, l’épisode où Bryce écoute enfin les cassettes pouvait paraître un peu ridicule, forcée, moralisateur. Mais, il met le personnage face à des ressentis brutes post-traumatiques. Faire le lien avec la saison 1 était un bon moyen pour donner un semblant de « tout » à cette série alors que l’on sait très bien que l’adaptation du livre ne représente que la première saison.

 

Couvrir les coupables

Ca a été le débat de cette fin de saison. Alex et Jessica ont été couverts. Un homme a été accusé à tort. Par « chance », il est décédé en prison. Au final, Bryce méritait de mourir, Monty également. Tout est réglé ?
Le groupe de jeunes est donc lié par le secret. Nauséabond pour certains, courageux pour d’autres, cette décision est avant tout une prise de risque énorme pour proposer des personnages jamais lavés de tout.

Avec la saison 4 annoncée, et les dernières paroles de Clay qui se dit fatigué par tout ça, on peut se dire que la justice, la vraie, essaiera de se faire entendre mais la série sait joué sur nos états d’âmes, notre jugement et nos doutes. Après trois saisons de chienlit, veut-on une libération des personnages ou une aggravation et une mise au point? C’est tout l’enjeu de la série et du livre, mettre en lumière les instincts de chacun, les conséquences des actes bons ou mauvais.

Laisser un commentaire