Autopsie d'un classique Nostalgie

Rétro Pixar, J-14 : Toy Story 2

Suite de l’exploration de la trilogie de jouets la plus célèbre du cinéma (jusqu’à l’avènement de la trilogie Lego ?) avec la suite du premier volume, sobrement intitulée Toy Story 2. Sobre, c’est d’ailleurs le mot de cette suite réussie

Après avoir enterré la hache de guerre avec Buzz l’Eclair, Woody est un cowboy-jouet heureux. Mais au moment de partir avec Andy en camp de cowboy, celui-ci lui arrache à moitié le bras, ce qui le condamne à rester sur une étagère, où il rencontre un pingouin asthmatique, Weezy. Quand celui-ci est vendu par la mère d’Andy à Al, un collectionneur cupide, Woody n’écoute que son courage et tente de le sauver, pour finir sur l’étagère d’Al. Il y fait la connaissance de Jessie, Pile-Poil et Papi Pépite, qui lui apprennent sa valeur en tant que jouet et membre d’un show entier, Western Woody, et qu’ils vont être muséifié, ce qui fait réfléchir Woody sur sa condition. Dans le même temps, les autres jouets partent à sa rescousse.

@Pixar
@Pixar
Leo Corcos
Leo Corcos
Critique du peuple, par le peuple, pour le peuple. 1er admirateur de David Cronenberg, fanboy assumé de Doctor Who, stalker attitré de David Tennant.

2 Replies to “Rétro Pixar, J-14 : Toy Story 2

  1. Sans oublier que Jessie a un vrai passé douloureux et c’est ce moment qui la rend si attachante et vulnérable dans le film. Ce qui est remarquable dans cette oeuvre, c’est que les personnages ne sont pas manichéens, y compris Papi Pépite, ce qui est une grande première chez Disney.

  2. Exactement ! Jessie a ce côté alter ego de Woody, mais qui a été cultivé dans le sens de ce qu’elle promeut au début, à savoir cette sacralisation, au sein d’un musée, et pas comme un jouet libre. C’est ce qui rend la relation touchante. Et Papi Pépite peut en effet jusqu’au bout devenir un gentil, pour peu que Woody fasse tel ou tel choix. Mais le traitement des personnages est très souvent balèze chez Pixar

Laisser un commentaire