écrire une série - Le livre "La promesse d'un dénouement" revient sur l'écriture des derniers instants d'une série
Livres

Le livre « La promesse d’un dénouement » revient sur l’écriture des derniers instants d’une série

« ECRIRE UNE SERIE TV – La promesse d’un dénouement », un titre qui résume la pensée cachée des spectateurs et ce dont se nourrit la rage qui vient après le dernier épisode d’une série suivie pendant de longues années. Game Of Thrones a subi les affres d’une promesse qu’elle n’aurait pas tenu?

Ecrit par Florent Favard, maitre de conférences en cinéma, audiovisuel et transmédia à l’université de Lorraine, ce livre se veut avant tout une réécriture de son mémoire sur les séries TV et l’écriture.

« Les séries télévisées sont aujourd’hui plus fascinantes que jamais, capables de déployer des intrigues au long cours et des mondes fictionnels denses et sans limites. Ce livre explore les évolutions narratives qui ont façonné les œuvres contemporaines, et cherche à percer les secrets de l’écriture des séries les plus feuilletonnantes.
Comment une série peut-elle tenir sur la durée ? De quelles façons s’organisent les multiples fils de l’intrigue ? Comment les scénaristes parviennent à jongler entre improvisation et planification du récit ?
Au-delà des débuts souvent hésitants et des fins difficiles à prévoir, c’est toute l’immensité de ces œuvres hors-normes qui est analysée ici en détails. »

Si le livre fait ressentir tout l’amour que porte l’auteur à Battlestar Galactica ou Lost, il y a surtout un pan entier de son mémoire qui n’est pas retranscrit ici. Ce sont les graphiques que l’auteur a fait pour démontrer comment une série utilisait ses intrigues tout au long de ses saisons.

écrire une série - Le livre "La promesse d'un dénouement" revient sur l'écriture des derniers instants d'une série

X-Files, How I Met, Fringe ou Buffy sont aussi les séries citées de nombreuses fois, montrant donc qu’une série a de multiples « vies », des sous-intrigues, des arches qui mènent plus ou moins à un dénouement. Qu’on attende ou non la fin de série, l’oeuvre sériel est avant tout une répétition d’un concept ou une histoire chapitrée qui ne connait sa date de péremption que par inadvertance.

Pour information, son mémoire est disponible en entier et gratuitement sur quelques sites. De là donc à dépenser plus de 20 euros pour un livre aux propos supra-universitaires, accessibles à ceux qui ont un regard plus approfondie sur la science sociale et l’art…

Car oui, ce livre comporte beaucoup de termes d’analyse, de néologismes d’analyses, de termes spécialement utilisés pour souligner l’angle d’étude et l’esprit d’analyse de l’auteur. Si le livre reste une analyse approfondie du dénouement des séries TV et les raisons de la longévité de certaines œuvres, il reste assez lourd en terme de vocabulaire.

C’est donc un peu pointu mais suffisamment argumenté pour suivre la pensée de l’auteur, même si elle divague un peu en alourdissant son analyse (mémoire oblige) par de multiples termes. Autre chose qui fâche, la forme du livre avec ses notes par centaines en fin de chapitre qui nous font aller et venir dans les pages.

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire