Critiques de livres

Les plis de la terre – Anuradha Roy

Les plis de la terre est le second roman d’Anuradha Roy. L’auteure indienne, qui vit à Ranikhet, ville nichée à 2.000 mètres dans l’Himalaya, nous parle de ce monde longtemps épargné des bouleversements politiques, sociaux, économiques, qui touchent le reste du monde.

Suite à la mort brutale de son mari lors d’un trek de haute montagne, Maya quitte Hyderabad, une grande ville dans la plaine du Gange où elle avait toujours vécu, pour une petite ville de l’Himalaya, Ranikhet, au pied des sommets où il a péri, et refait lentement sa vie au sein d’une communauté villageoise disparate et haute en couleur.

plis-de-la-terreC’était un début prometteur et bien mené. Les premières pages des Plis de la terre nous plongent excellemment dans le deuil de Maya, puis dans l’entrelacs de personnages qui repeuplent peu à peu sa vie dévastée. Parmi eux, certains se détachent, semblent prendre en main l’intrigue, chacun avec leur objectif propre. Charu la petite paysanne qui apprend à lire et à écrire avec Maya pour répondre aux lettres de son amoureux Kundan Singh parti à Delhi, Ama, sa grand-mère, commère du village qui cherche à la marier, Puran, son oncle attardé mental qui a un don avec les animaux, Veer, le neveu énigmatique de Diwan Sahib, guide de haute montagne, qui apparaît et disparaît sans prévenir, dont nul ne connaît les motivations, qui aura une brève liaison avec Maya… Ou encore Mme Wilson, la directrice de l’école de Maya qui cherche à faire triompher le christianisme et l’éducation bien pensante face à l’hindouisme et l’ignorance.

Laisser un commentaire