Presque dix ans après Les Petits mouchoirs, Guillaume Canet repasse derrière la caméra pour nous raconter la suite des aventures de cette bande de copains qui avaient tant ému. Dans Nous finirons ensemble, on retrouve Max et les autres. Bien sûr, tout a changé. Bien sûr, l’amitié qui les lie est restée. Mais cela fait si longtemps… Comment vont-ils interagir pendant ces quelques jours de vacances ensemble ? Notre avis est plutôt mitigé !

Personnellement, je n’avais qu’un souvenir lointain des Petits mouchoirs. Je me souviens avoir apprécié, mais d’être passée à côté de cet immense engouement… Tout comme Guillaume Canet, d’ailleurs, qui confie avoir perdu un ami proche à cette époque dans les mêmes conditions que le personnage de Ludovic. Dans Nous finirons ensemble, nous retrouvons bien sûr cette fameuse bande de potes, qui débutent leurs vacances de façon compliquée : leur venue est une surprise pour l’anniversaire de Max, qui pensait passer quelques jours seul dans sa maison avant de la vendre… On le retrouve en effet dans une certaine panade financière. De plus, Valérie, désormais son ex-femme, a prévu de débarquer le lendemain. Mais les potes de Max sont bien décidés à honorer leur surprise et Eric – maintenant acteur à succès – trouve une solution pour qu’ils puissent louer une grande maison non loin de là.

Vont alors se suivre des scènes du même type que dans Les Petits mouchoirs, où les amis déconnent, plaisantent, mais plane au-dessus de ce petit monde abîmé par la vie le fantôme de « Ludo ». Au-dessus de Marie, surtout, qu’on retrouve alcoolique et serveuse dans un bar. Sachant à peine s’occuper de son gamin.

La première chose à dire est : quel plaisir de retrouver cette vieille bande de potes ! Par leur biais, Guillaume Canet parle d’amitié avec beaucoup de sensibilité et une simplicité désarmante. Finalement, on a tous cette même bande de potes. C’est parfois complexe, parfois rageant, parfois décourageant, mais toujours sincère et ça nous rend meilleur. La comédie tragique de ces retrouvailles nous émeut bien évidemment. La complicité des acteurs crève l’écran et donne le sourire tout du long. On liste ce qui a changé entre les personnages depuis dix ans : Vincent désormais homosexuel assumé, resté très proche d’Isabelle, qui entre temps s’est extraordinairement épanouie. Eric, acteur qui a fait d’Antoine son assistant personnel, flanqué de son bébé et de sa nounou au bout du rouleau. On retrouve aussi les amis de la région. C’est un bonheur de la (re)voir interagir et aborder scène après scène les vrais sujets de la vie. On craque pour eux tous, même si certains se sont un peu caricaturés au passage…

Bémol cependant : le personnage de Max est en dépression suite à tous ces déboires financiers et maritaux. On le retrouve pourtant au bras de son adorable compagne et proche de ses grands enfants. Rien n’y fait. Il traîne sa déprime dans toute situation jusqu’à l’extrême et cela manque de nuance… C’est d’ailleurs le principal point faible de Nous finirons ensemble : ce manque de nuance parfois qui nous empêche de nous identifier tout à fait et d’adhérer à l’ensemble.

On note quand même de très belles scènes. Ma préférée : Marie dans l’avion avant le saut en parachute. Cette scène de béatitude dans les airs frôle le sublime.

 

Un grand merci au Club Allociné pour cette très très belle avant-première dont on se souviendra et cette organisation parfaite !