Critiques de films

Conjuring : 40 ans d’épouvante nous contemplent

Après Saw, Dead Silence et Insidious, James Wan confirme son gout pour le cinéma d’épouvante moderne. The Conjuring est la quatrième réalisation horrifique de l’australien avant de s’atteler à la suite de Insidious 2 et… Fast And Furious 7.

The Conjuring
Vera Framiga est Lorraine Warren
©Warner

Tiré d’une histoire vraie, celle du couple Warren, ancêtres des frères Winchester ou de Mulder et Scully, The Conjuring est un peu le film concluant dix ans d’épouvante redondante. On ne compte plus les films au premier degré comme Esther, L’Exorcisme D’Emily Rose, Sinister, The Bay, The Purge, Mamà qui surfent sur le succès croisant du film de genre et qui tentent d’être original avec des thèmes ni faits ni à faire. Le constat n’est pourtant pas qualitativement positif, le genre est en forme quantitativement mais ronronne dangereusement. Beaucoup d’œuvres surfent sur les clichés ronflants du genre et ne parviennent jamais à être vraiment portés sur des idées pertinentes si ce n’est, au pire, sur une originalité. Ne trouvant que rarement chaussure à mon pied niveau épouvante depuis l’invasion des chinois à cheveux gras de The Ring et autres clones, je dois dire qu’enfin, The Conjuring arrive à maintenir mon intérêt. The Conjuring est le film somme de 40 ans d’épouvante.

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

One Reply to “Conjuring : 40 ans d’épouvante nous contemplent

Laisser un commentaire