Ted Bundy est un tueur en série célèbre qui a longuement combattu sa propre culpabilité… Netflix propose le film Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile  depuis le 3 mai. verdict.

Ted rencontre Liz dans les années 60. Leur vie se veut parfaite jusqu’au jour où Ted est accusé de meurtres. Il clame son innocence pendant de très longues années. Entre cavale et procès, sa vie amoureuse est détruite. Il fera tout pour la sauver.

Ted Bundy est joué par Zac Efron (High School Musical, The Greatest Showman) qui touche à tous les genres de rôles et ça lui va bien. Lily Collins (The Mortal Instruments) joue sa femme, Liz. Ils sont entourés de John Malkovich (Les Liaisions Dangereuses), Kaya Scodelario (Skins, Le Labyrinthe), Jim Parsons (The Big Bang Theory), Jeffrey Donovan (Burn Notice) et Haley Joel Osment (Sixième Sens).

Tout le monde a entendu parler de Ted Bundy mais qui connaît sa vraie histoire? C’est un peu dans cette optique que j’ai abordé le film. Ne connaissant que très peu l’affaire, j’ai été pris dès les premières minutes par le film.

extremely-wicked-shockingly-evil-and-vile-5cb04b7c7c837

L’approche par l’innocence (du propos et de l’accusé) a permis d’offrir un film de procès, un film d’évasion, un drame romantique et de faire de Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile, un film qui peut paraître… fade. Il n’y aura pas de crimes sanglants, pas d’images chocs, ni de tension palpable, juste un long processus vers le pardon pour certains, la vérité pour d’autres. Sans jamais tomber dans le monstratif, le film joue à fond la carte de la présomption d ‘innocence de Ted… et du public.

Si Efron est bon, il ne fait pas dans le mimétisme et joue un Bundy qui ne cache rien. Il est simplement trop innocent pour faire croire le contraire. Il ne parasite aucunement le métrage et laisse de la place à Lily Collins et même à Haley Joel Osment qui, depuis son petit retour depuis quelques années sur des projets petits mais bons, se refait une place indispensable dans le ciné « indé » (si on peut dire que Netflix est indé). Il a une sympathie dans le regard et une justesse qui lui donne une présence rare.

Jamais à court de cartouches pour nourrir un script plutôt carré, on sent un petit manque d’audace notamment dans la partie intime puisque ni Ted, ni Liz n’auront vraiment de quoi s’offrir des moments de flottements et faire passer le film pour un portrait trop léger. On aurait aimé voir les cavales de Ted Bundy. Cet aura de mystère renforce alors une nouvelle fois le désir de non-dits.

Film prenant pour les ignares, film trop léger pour les connaisseurs, Extremely Wicked…  peut aussi laisser indifférent ceux qui n’en savaient rien comme passionner ceux qui souhaitent une approche moins crûe du personnage.