spontaneous-adolescence-explosive_critique
Critiques de films

Adolescense Explosive (Spontaneous) : une romance qui fait BOUM et puis plouf

Brian Duffield commence à se faire un nom après les succès comme The Babysitter, Love and Monsters et maintenant Adolescence Explosive (Spontaenous en VO) disponible sur Prime.


Brian Duffield est un scénariste qui a commencé sa carrière sur Divergente 2 pour ensuite proposer les très funs The Babysitter 1 et 2, Love and Monsters disponible sur Netflix ou encore Jane Got a Gun et Underwater.

Spontaneous nous raconte encore une histoire décomplexée comme Duffield adore en écrire. Mara (Katherine Langford, Hannah Baker de 13 Reasons Why) assiste à l’explosion d’une de ses camarades de classe en plein milieu d’un cours. Sans raison, plusieurs élèves se mettent à exploser dans un bain de sang.
Elle aussi très spontanée, Mara prend ça avec « philosophie ». Elle se rapproche de Dylan (Charlie Plummer, le clone amorphe de Chad Michael Murray, vu dans Looking For Alaska) et tente de fuir ce mal étrange.

Le film a le mérite d’intriguer dès les premières minutes avec un rythme soutenu qui présente Mara et la situation un peu inhabituelle. La faculté qu’a Mara à agir sans retenue fait qu’on accroche de suite au personnage et qu’on adhère à ce que le film veut nous faire comprendre avec ce titre de Spontaneous.

spontaneous-adolescence-explosive_critique

Les choix adolescents sont rarement réfléchis et Mara l’a bien compris. Le film se calque sur les réactions inattendues de Mara, jouée par une rafraîchissante et solaire Katherine Langford. Même la façon de raconter tranche avec ce qu’on a connu. Quand Dylan nous parle de sa rencontre avec Mara, c’est à travers un point de vue et des flashbacks plutôt originaux.

Mais il y a un mais, le film se perd dans son propre message, on ne sait plus ce qu’il veut nous raconter. Les explosions deviennent une maladie que l’on essaye de guérir sans que ça ne pèse vraiment sur l’histoire. C’est Mara et sa façon de voir les événements qui priment. On ne comprend plus les enjeux, les ambiances changeantes, on ne saisit plus si on doit rire ou s’attendrir.

La seconde moitié du film est moins pertinente, moins prenante et il n’y a plus vraiment d’éléments qui nous font tenir. Doit-on s’attendre à quelque chose ? On ne sait pas et on ne saura jamais, car le film se veut frileux quant à la conclusion. C’est limite trop gentil, sans âme et surtout, sans fun, là où le film avait fait le choix d’aller dans son pitch et ses premières minutes.

Malgré l’énergie de Langford (pas celle de Plummer, toujours aussi plat), Adolescence Explosive n’arrive pas à réitérer l’exploit des films écrits par Duffield qui signe ici son premier long derrière la caméra. Il ne tient pas la longueur malgré un pitch aguicheur. La mise en scène est impeccable, les effets d’explosion ne sont pas répétitifs et Duffield arrive à les rendre toutes différentes.Adolescense Explosive (Spontaneous) : une romance qui fait BOUM et puis plouf, à voir pour passer une soirée qui change des blockbusters trop longs et boursouflés. Et oubliez l’affreux titre français et cette affiche faite en deux minutes.

Adolescence Explosive est visible sur Prime.

Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

Laisser un commentaire