Actus

Michael Cimino, more than « one shot »

Tard le 2 juillet, alors que nous étions sous le choc des morts d’Yves Bonnefoy, d’Elie Wiesel, de Michel Rocard, ou de l’élimination dantesque de l’Italie aux tirs aux buts par l’Allemagne à l’Euro de football, une mort nous a particulièrement touché, sur Smallthings : celle de Michael Cimino.

Qu’on ne se méprenne pas : cet article ne traite de Michael Cimino que par affinité cinématographique, et dans le cadre de la ligne éditoriale de ce site. Mais les décès d’immenses personnes telles qu’Yves Bonnefoy (fantastique poète qui fait partie intégrante de la culture française), Elie Wiesel (qui fait partie de l’Histoire par son combat pour la mémoire de la Shoah, en tant qu’ancien déporté), ou celle de Michel Rocard (tout de même, toutes considérations politiques mises à part, ex-Premier Ministre de la France) sont autant de douleurs. Et même le foot nous a filé quelques frissons, oui oui. Mais Michael Cimino était un de ces grands réalisateurs de cinéma, un peu maniaque, toujours vrai, qui disait que l’Amérique ne connaissait pas son histoire, et qui ne renâclait donc jamais à mettre les pieds dans le plat. Il n’a réalisé que 8 films, en 33 ans de carrière, mais des films suffisamment marquants, à l’image d’un Stanley Kubrick par exemple, pour qu’on s’en souvienne et qu’on lui rende hommage, alors que le cinéma est le sel de notre site.

Leo Corcos
Leo Corcos
Critique du peuple, par le peuple, pour le peuple. 1er admirateur de David Cronenberg, fanboy assumé de Doctor Who, stalker attitré de David Tennant.

Laisser un commentaire