Trois séries semblent intriguer les journalistes US quant à leur pouvoir d’attraction et de fidélisation de fans. A la recherche de la nouvelle série mystère?

La presse américaine s’empresse de comparer les nouvelles séries à d’autres phénomènes passés. Si This Is Us a déjà créé des émules, Lost se cherche toujours un successeur. Vulture a dégainé en octobre l’idée que les séries Manifest, A Million Little Things et God Friended me pouvaient se rapprocher de l’aura This Is Us. Aura de mystère, liens entre les intrigues, révélations, ces trois séries jouaient dans la même cour que la série familiale. Si Vulture a exagéré le trait et l’analyse, IndieWire a pris la relève en se disant que ces mêmes séries pouvaient être des nouveaux Lost.

La série de Lindelof et Cuse avait perturbé, fidélisé et intrigué des millions de fans à travers le monde. Entre spéculations et échanges tendus, la communauté de fans se nourrissait de débats. Si The Crossing avait davantage des airs des 4400 que de Lost l’année dernière, Manifest, avec son avion disparu des radars et qui revient 5 ans après, tend vers un héritage plus prompt à satisfaire le public.

Indiewire semble se dire que les trois séries citées marchent sur les pas de la série insulaire.

L’avion de Manifest, le « God Account » de God Friended Me, le secret de feu Jon de A Million Little Things seraient aussi attirants et perturbants que l’île de Lost.

Soit.

Rien ne ressemble à Lost. Peut-être que Manifest a des relans de l’ambiance des flashbacks et flashforwards de Lost mais les deux autres sont des séries dramatiques assez basiques. Parlons audiences, Manifest stagne à moins de 6 millions de personnes, God Friended Me se maintient à plus de 8 millions et A Million Little Things peine à maintenir l’intérêt de 3 millions d’américains. On est donc loin du phénomène !

Indiewire soulève un bon point : si le mystère domine mais qu’il n’avance pas, il faut proposer d’autres raisons de regarder. Manifest semble jouer à fond sur la relation entre les personnages mais l’empathie ne fonctionne pas du tout et les appendices narratifs ont déjà l’odeur de fausses pistes. God Friended Me offre des mésaventures humaines, légères alors que A Million Little Things joue de mieux en mieux la carte de la série chorale attachante.

Nous ne sommes qu’en milieu de saison 1 pour les trois séries mais on peut déjà entrevoir les évolutions possibles pour la fin de saison. Et si Lost était loin de jouer encore toutes ses cartes, on peut difficilement prédire les idées qui pourront faire durer les séries citées.

Le Fall Finale de Manifest (l’épisode qui conclue la première partie de saison avant la pause de Noël) semble très confus. Celui de A Million Little Things tend à être une réunion de patients aux pathologies sociales importantes avec une révélation qui n’a pas grand poids. God Friended Me a plus d’audace en terminant vraiment sa première partie avec un personnage principal qui évolue et qui laisse son trauma derrière lui désormais. La scène de fin du dernier épisode laisse entrevoir une redistribution de cartes ! Il semblerait qu’un opposant se dresse face à Miles (et pourquoi pas un Devil Account !)

Difficile de juger la presse US qui cherche à maintenir de l’intérêt dans un paysage télévisuel qui change constamment de combattants. Rien ne semble imprimer la rétine des spectateurs au-delà des saisons 1. Avec Game Of Thrones sur la fin et le désert affectif qui règne autour de The Walking Dead, dur de dresser la liste des séries qui comptent. Les trois séries de cette analyse n’ont aucun poids chez nous. Manifest avait intrigué le temps de deux épisodes avant de retomber dans l’anonymat le plus complet.

Les trois séries iront au bout de leur commande d’épisodes. Si l’annulation est probable pour A Million Little Things, la série sera diffusée après Grey’s Anatomy à la rentrée. La chaîne ABC croit donc au potentiel du show. Nous aussi. Manifest n’a pas autant de temps que Lost pour satisfaire la curiosité du public et God Friended Me peut facilement déjouer son concept pour n’être qu’une série familiale comme l’avait été en son temps Les Anges du Bonheur ( 9 saisons !).

N’est pas culte qui veut.