Actus Cinéphilie

Les Années Teen : l’influence American Pie / partie 2

1997 est une année charnière pour l’industrie audiovisuelle. Il y a quasiment 20 ans, Internet en était à ses débuts, Alyssa Milano était devenue un fantasme et la France n’avait pas gagné la Coupe Du Monde. Le monde ne savait pas encore qu’une série et 2 films allaient bouleverser les tendances.

Ce dossier sera divisé en trois parties : le néo slasher, le teen movie et le teen show ; et se basera sur ce qu’on peut appeler les pionniers : Scream, American Pie et Buffy.

Partie 1 : Scream et le néo-slasher

Partie 3 : Buffy contre les teen shows

AMERICAN PIE ET LE TEEN MOVIE

FAIT : En 1999, American Pie devient le porte étendard d’un genre mort dans les années 80, le teen movie. Sexe, alcool, drogue et rock deviennent l’équation parfaite pendant une heure et demie pour le jeune public.

CONTEXTE : Clueless et Dangereuse Alliance sortent en 1996 et prouvent que l’univers ado a un fort potentiel pour le genre comédie et horreur. Pour l’horreur on en a parlé mais pour la comédie, il y a quelque chose à travailler. Can’t Hardly Wait (Big Party en VF, 1998), Wild Things (Sex Crimes, 1998) et 10 Things I Hate About You (10 Bonnes Raisons de te larguer, 1999) valident l’impression.

Le teen movie, qu’il soit comique ou dramatique doit et va renaître.

 

HISTOIRE : On vous parle d’un temps où Sex était dans tous les titres français des films pour les ados. Wild Things devenant Sex Crimes, Not Another Treen Movie devient Sex Academy, Body Shots devient Sexe attitudes et enfin Cruel Intentions devient Sexe Intentions
Les jeunes acteurs ne sont pas bons qu’à courir en hurlant dans la nuit poursuivis par un tueur masqué. Ils sont aussi sexués et ça, les producteurs l’ont compris. Les castings jeunes qui pullulent depuis Scream font dire que le public aime aussi la plastique des acteurs. Alors pourquoi ne pas les utiliser pour faire du sulfureux ciblé teen ?
Romeo + Juliet avec Leonardo DiCpario et Claire Danes démontrait qu’on peut être jeunes, beaux et talentueux mais les producteurs ne veulent que du jeune et beau.

American Pie débarque en décembre 1998, vent de fraîcheur dans la comédie teen et trash avec 3 millions de spectateurs en France et plus de 100 millions aux USA : un carton.
Rapidement, une suite est mise en chantier et Stiffler, Pause Caca et Jim reviendront parler de leur vie sexuelle. La recette est simple : un scénario propice aux blagues les plus trashs, des personnages hauts en couleurs, des filles qui se dénudent, des dialogues un peu crûs et les jeunes affluent en masse.
En attendant, on ressort une adaptation teen des Liaisons Dangereuses. Après Shakespeare à la sauce DiCaprio, on propose Cruel Intentions avec Sarah Michelle Gellar, Ryan Philippe, Reese Whitherspoon et Selma Blair. Le film devient rapidement une référence dans le genre. Profitant d’une sortie pendant la Fête du Cinéma, le film cumule 1.2 millions d’entrées. Aux USA, malgré un faible score (38 millions), cela reste une belle plus-value vu le budget de 11 millions et le film garde toujours une belle presse.

A partir de là, deux tendances, la comédie et le thriller, se dégagent. Dick, Drive Me Crazy, Election, La Main Qui Tue, 100 Girls, Boys and Girls débarquent sur les écrans plutôt télé que cinéma. Les vidéoclubs se remplissent de clones d’American Pie ou de comédies plus sages à tendance romantiques… ou de 90% de la filmographie de Josh Harnett. Elle est trop bien arrive une semaine après Sexe Intentions en juin 1999. 60 millions de dollars aux USA, 420.000 entrées en France. Le film nous prouve encore que Freddie Prinze Jr. est partout, que Rachael Leigh Cook a une longue carrière devant elle (…) et que Paul Walker n’a pas fait que Fast and Furious. Le film reste un modèle du genre malgré son côté très désuet désormais.

Dans les rayons des vidéoclubs, entre Josh Harnett et Kristen Dunst, Michelle Williams, Eliza Dushku, Joshua Jackson ou Katie Holmes tentent une percée sur le “grand écran”. On découvre des bombes comme Emmanuelle Chriqui et Shannon Elizabeth.
Dawson’s Creek et Buffy sont des viviers de jeunes talents : The Skulls, Go, Comportements Troublants et Mrs Tingle paient la retraite de Katie Holmes ou Joshua Jackson quand Eliza Dushku dandine en jupette dans Bring It On rebaptisé American Girls.
Après Sex, American est la nouvelle nomenclature obligatoire pour les titres français. Personne n’a pensé à American Sex d’ailleurs…


Comme les néo slashers, on se prend d’étonnement de retrouver les jeunes Aaron Paul et James Franco dans Dangereuse Seduction…

Les Direct To Video produisant plus de films que le cinéma, le genre s’amenuise rapidement et comme pour les néo slashers, on souhaite revenir à l’essence des teen-movies : les états d’âmes des adolescents. Curieusement, ce sera seulement deux ans après American Pie que nous aurons le premier film Harry Potter… qui met en scène des pré-adolescents.
Le teen movie étant un terme ne rassemblant que des comédies, le genre se renouvelle et on découvre des perles. EuroTrip (2004), The Girl Next Door (2004) et Mean Girls (2004) ont prouvé que l’année 2004 était encore très en forme.
Outre la parodie évidente (Sex Academy / Not Another Teen Movie et possiblement Mean Girs / Lolita Malgré moi), le genre pond Juno ou Superbad, derniers bastions de la comédie teen. Virgin Suicides ou Spider-Man se permettent de raconter des histories sombres ou en blockbusters avec des adolescents au premier plan. Le teen movie est maintenant un exercice délicat. Le Monde de Charlie ou Boyhood sont les noms les plus récents pour citer les réussites. Evidemment, des films potaches, comme Sex Drive, existe encore. Et Jennifer’s Body ou Projet X sont des cas d’école sur ce qu’il faut ou ne pas faire dans le genre. Avec les romans young adults (Hunger Game, Harry Potter, Twilight) l’adolescent est plus qu’une cible, c’est une manne financière. Direction notre grand dossier Young Adult pour en parler.

 

Les teen movies sortis :

Clueless (1995)
Hackers (1995)
The Incredibly True Adventure of Two Girls in Love (1995)
Kids (1995)[53]
Sixty Million Dollar Man (1995)
The Craft (1996)
Fear (1996)
Girls Town (1996)
Romeo + Juliet (1996)
All Over Me (1997)[60]
The Boys Club (1997)
All I Wanna Do (1998)[53]
Can’t Hardly Wait (1998)[49]
Disturbing Behavior (1998)
The Faculty (1998)
Pleasantville (1998)
Rushmore (1998)
Too Big’s 360 Degrees (1998)
Wild Things (1998)
10 Things I Hate About You (1999)
American Pie (1999)
Cruel Intentions (1999)
Detroit Rock City (1999)
Dick (1999)
Drive Me Crazy (1999)
Election (1999)
Get Real (1999)
Go (1999)
Idle Hands (1999)
Jawbreaker (1999)
Never Been Kissed (1999)
She’s All That (1999)
Teaching Mrs. Tingle (1999)
Varsity Blues (1999)
100 Girls (2000)
Boys and Girls (2000)
Bring It On (2000)
Cherry Falls (2000)
Down to You (2000)
Gossip (2000)
Love & Basketball (2000)
Psycho Beach Party (2000)
Road Trip (2000)
Scary Movie (2000)
The Skulls (2000)
The Smokers (2000)
The Virgin Suicides (2000)
Wet Hot American Summer (2000)
Whatever It Takes (2000)
American Pie 2 (2001)
Crazy/Beautiful (2001)
Get Over It (2001)
Not Another Teen Movie (2001)
O (2001)
The Princess Diaries (2001)
Save The Last Dance (2001)
Sugar & Spice (2001)
Summer Catch (2001)
Crossroads (2002)
The New Guy (2002)
Orange County (2002)
Swimfan (2002)
A Walk To Remember (2002)
American Wedding (2003)
Freaky Friday (2003)
How to Deal (2003)
Love Don’t Cost a Thing (2003)
Bring It On Again (2004)
A Cinderella Story (2004)
Confessions of a Teenage Drama Queen (2004)
Ella Enchanted (2004)
EuroTrip (2004)
Friday Night Lights (2004)
The Girl Next Door (2004)
Mean Girls (2004)
Napoleon Dynamite (2004)
The Perfect Score (2004)

Avatar
Tom Witwicky
Créateur de SmallThings, 1er Geek Picard de la planète Exilé dans le 92

2 Replies to “Les Années Teen : l’influence American Pie / partie 2

Laisser un commentaire