L’une des meilleures séries de la saison dernière fait sa rentrée et on attendait tous, fébrilement, de voir si la magie opérait toujours.

Difficile de commencer une nouvelle saison quand on est une série aussi attendue que This Is Us. Succès presque surprise de la saison 2016, This Is Us nous avait ému, touché et nous avait prouvé que la simplicité pouvait fonctionner.
On avait laissé les Pearson dans des situations loin d’être critique sauf peut-être pour les parents, Jack et Becca. En pleine dispute, les deux se séparent pour mieux réfléchir. Dans une petite ellipse, on apprend les nouveaux choix des enfants. Kevin veut se caser, Kate veut embrasser la carrière de chanteuse et Randall souhaite adopter.

Je ne sais pas pour vous mais cet épisode m’a convaincu difficilement. L’envie de retrouver la famille a té plus forte que la réception de l’épisode. L’impression que tout était un peu trop écrit n’a pas aidé. Nous sommes en plein anniversaire des BIg Three. Randall est motivé à l’idée d’adopter, Kevin et Kate font un dîner et Toby tient la chandelle. L’idée était plutôt enthousiasmante mais l’exécution l’est moins.

this is us saison 2

Au-delà de la simplicité touchante des échanges, il y a ce sentiment d’écriture un peu moins intuitive. On comprend rapidement l’issue du dîner à trois pour Kate, Toby et Kevin, on saisit aussi immédiatement l’issue de la discussion entre Randall et sa femme et on est déçus que la dispute entre Jack et Becca soit résolue aussi rapidement. Il reste des performances d’acteurs intéressantes avec notamment Mandy Moore qui s’en sort mieux qu’en saison 1 et un Milo Ventimiglia très crédible dans la dernière scène de l’épisode.

Reste que l’épisode fonctionne en mode automatique. Peut-être attendions-nous trop de l’épisode. La saison commence et il faut mettre en place les enjeux. L’effet de surprise est dissipé, les personnages sont déjà bien installés et les intrigues proposées sont loin d’être, pour le moment évidemment, touchante. Accusons le coup et restons attentif. L’ultime scène vient nous rappeler que le plus dur est à venir.