Saint-Laurent : décousu

On avait tout intérêt à attendre le nouveau film consacré à Yves Saint-Laurent. Après celui réalisé par Jalil Lespert, on se demandait en quoi celui de Bertrand Bonello, sélectionné à Cannes, différerait de son prédécesseur. Eh bien tout, pour le meilleur et pour pire. Décortiquage. Pour Bonello, le pitch est simple : le film « s’écarte du verbatim habituel, du biopic qui le consacre. […] L’idée était d’inventer le personnage, de s’écarter de la narration linéaire propre au biopic. L’homme Saint Laurent est un terrain propice au romanesque ». Le film va en effet se couper des codes naturels...

Read More