The Double : gros impair

Entre atmosphère étouffante, portrait psychologique poisseux d’un homme voulant se singulariser et bad trip visuel, Richard Ayoade élève sa mise en scène et met en valeur le talent de Jesse Eisenberg dans « The Double ». En ce mois d’août peu chargé en sorties, « The Double » n’aura aucun mal à se démarquer. On rit un peu devant « The Double », mais surtout jaune. Comme l’éclairage blafard et dégueulasse des lampadaires éclairant l’immeuble où vit Simon (Jesse Eisenberg) . Une vie métro-boulot-dodo évoluant dans une dystopie qui est éminemment dérivée du « Brazil » de Terry Gilliam. Mais Richard Ayoade, dont c’est seulement le deuxième...

Read More