Amours Cannibales : Passion Dévorer

Tailleur, discret, cannibale. Le Hannibal Lecter espagnol? Pas vraiment le genre du quatrième film de Manuel Martín Cuenca. Une longue séquence filmée de loin ouvre « Amours Cannibales ». Le spectateur est mis dans le siège passager de la voiture de Carlos, en regardant un couple faire le plein à une station-service isolée en pleine nuit, en train de se disputer vaguement. Ils seront la proie du soir de Carlos, qui va amener le corps de la femme loin dans une cabane en montagne, puis entreprendre de le découper, comme un boucher le ferait avec un gibier. Incarné par un Antonio...

Read More