Plus qu’un épisode et cette saison 2 de Stranger Things s’achèvera. Evidemment, des spoilers sur ces épisodes sont disséminés.

L’épisode 6 suit la route tracée par les précédents. Les intrigues ne prennent pas encore beaucoup de poids mais on installe une menace. Celle-ci est clairement inférieure à celle de la saison 1. On perd du mystère, de l’implication pour plus de sensation de danger.
Ça ne marche pas aussi bien que l’année dernière mais le tout est bien emballé, suffisamment bien fichu pour maintenir l’intérêt.
L’épisode 6 se permet d’offrir de nouveaux duos. Dustin se joint à Steve pour une chasse aux monstres. Lucas et Max se rapprochent et Eleven est absente. On sent des dynamiques très différentes pour cette seconde année. Le résultat est assez déroutant. On ne retrouve pas du tout les mêmes relations, les mêmes automatismes et on perd alors beaucoup d’énergie… et d’identité.

La tension est toujours palpable avec un beau cliffhanger qui fait dériver la série vers une histoire de monstre pure et dure.

stranger things 2

L’épisode 7, le fameux, est beaucoup discuté sur les réseaux sociaux. Il est vrai qu’il se permet de mettre Eleven en avant et sa quête d’identité justement. Curieusement, à trop en savoir sur elle, la série perd son aura de mystère et son.. identité encore une fois. Eleven débarque dans un groupe de marginaux pour trouver Eight / Kali, celle qui était apparue dans le prégénérique de l’épisode 1 de la saison ! Les deux filles aux pouvoirs (et à la même narine qui saigne) cherchent à se venger des médecins qui ont torturé la mère de Eleven / Jane. L’épisode se consacre alors entièrement à cette vengeance et nous impose une bande de personnages peu recommandables et peu attractifs. Et si la tentative est osée, elle tombe aussi à plat puisque Eight sera abandonnée au profit des intérêts personnels d’Eleven. A moins de la revoir dans l’épisode final, Eight n’aura servi à rien si ce n’est à démontrer qu’Eleven a besoin de sa « famille » (Mike et les autres). Grossier.

L’épisode 8 prend les devants et s’impose comme une belle introduction au final. Les monstres sont lâchés, la tension monte et tous les personnages sont réunis. Evidemment, ce qu’on attendait arrive. Bob se retrouve au centre d’une scène où on imagine qu’il va y passer. Ce personnage trop gentil, trop parfait, a un capital sympathie immense qu’on doit mettre à mal. Deux solutions sont possibles dans le monde des séries : soit le tuer, soit le découvrir traître.
L’épisode ne prend aucun risque jusqu’à sa dernière scène qu’on devine aisément ! Tout s’accélère sans vraiment proposer de pistes sur ce que donnera l’épisode final. La menace est encore imprécise, les enjeux aussi. Les personnages ont tous une mission commune désormais comme pour un gigantesque film de bande où tous ressortiront indemnes et contents… On peut toujours rêver à une fin tragique, non?