Avril Lavigne – Goodbye Lullaby (2011)

  Goodbye Lullaby  Sortie 2 mars2011  Avril Lavigne nous sort un album  qui semble produit par les studios Disney. 4 ans après Best Damn Thing qui était une belle surprise, Avril Lavigne nous sert une soupe qu’on n’attendait pas.   No. Titre Auteur(s) Producteur(s) Durée 1. « Black Star »   Avril Lavigne Deryck Whibley 1:34 2. « What the Hell »   Lavigne, Max Martin, Shellback Martin, Shellback 3:40 3. « Push »   Lavigne, Evan Taubenfeld Whibley 3:01 4. « Wish You Were Here »   Lavigne, Martin, Shellback Martin, Shellback 3:45 5. « Smile »   Lavigne, Martin, Shellback Martin, Shellback 3:29 6. « Stop Standing There »   Lavigne Butch Walker 3:27 7. « I Love You »   Lavigne, Martin, Shellback Martin, Shellback 4:01 8. « Everybody Hurts »   Lavigne, Taubenfeld Whibley 3:41 9. « Not Enough »   Lavigne, Taubenfeld Whibley 4:18 10. « 4 Real »   Lavigne Lavigne 3:28 11. « Darlin »   Lavigne Whibley 3:50 12. « Remember When »   Lavigne Whibley 3:29 13. « Goodbye »   Lavigne Lavigne 4:29 14. « Alice » (extended version) Lavigne Walker 4:59 A écouter ici Black Star  introduit l’album et confesse déjà de l’orientation de celui-ci avec une ironie certaine. « You will be a shinning star but you can be a rock star » dit-elle sur fond de piano. On se dit que c’est de bonne augure et que l’album sera rock. On ne se trompe pas avec le tube What The Hell, ultra calibré pour que ça marche. Pourtant avec Push, Avril Lavigne nous sert une ballade comme elle a pu nous en donner avec Mobile ou autre Nobody’s Home ou même Complicated son premier tube. Très bien, elle reste dans le même...

Read More

[Critique] Simon Werner a disparu (2010)

Simon Werner… n’est ni tout à fait un polar, ni tout à fait un thriller, ni tout à fait une comédie, ni …. en fait ce film est inclassable. On nous l’a vendu comme un suspens mystèrieux mais il n’en est rien. La faute à un script faiblard pourtant servi par une réalisation inspirée.

Read More

Derrière… Chéri(e), fais tes valises !

Il y a plus de deux semaines j’ai assisté avec ma copine à l’enregistrement du nouveau jeu de Nagui qui a commencé le 28 mars, Chéri(e), fais tes valises ! Le nom sonnait comme un remake de « N’oubliez pas votre brosse à dent », sorte de jeu ultra-fun du samedi soir sur France 2, à l’époque où la chaîne avait de l’argent a dépensé. En fait, « Chéri… » n’est pas pour le prime mais pour l’access, la case de 19h là où Nagui officie déjà. On pouvait s’attendre à un jeu qui pourrait rivaliser avec les imbécilités de TF1, loin des candidats surjoyeux, surexcités, surabrutis, qui reviendrait aux fondamentaux du jeu où tut le monde peut gagner, à un mix agréable entre « Que Le Meilleur Gagne » (encore Nagui) et « N’oubliez pas… »… En fait, « Chéri… » est tout autre. Enregistrement lundi 14 mars, 11h, plateau de la plaine St Denis. L’accueil est plutôt sommaire, distribution d’un badge, d’une feuille/contrat, d’un sandwich. Sandwich qui sera le seul de la journée. Après une longue attente dans la salle où 150 personnes sont déguisées, l’enregistrement commence. Superman, Batman, Mario, un indien, un renard, Homer font la file indienne pour se préparer à entrer sur le plateau. Personnellement, j’étais en tueur de Scream et ma copine en Lara Croft. Certains costumes sont inspirés, d’autres sont très basiques. Le public fera une rotation à chaque émission à savoir 4 groupes par émission +...

Read More

[Critique] Sucker Punch (2010)

De Zack Snyder (300, Watchmen, Ga’hoole) , avec Emily Browing (…Orphelins Baudelaire), Carla Gugino (Californication) Sucker Punch est la meilleure adaptation de jeu-vidéo que le ci… ah non ? C’est la meilleure adaptation de comics depuis… non plus ? Quoi ?!  Sucker Punch est un scénario ORIGINAL ? Mon Dieu, que ça devient rare de nos jours ! Et en plus il y a tellement matière à discuter du film… il y a du très bon, du bon et du moyen. Sucker Punch est le nouveau film du faiseur d’images Zack Snyder. Si vous aimez le style développé sur 300, vous allez retrouver ce style dans Sucker Punch, digne film testament de Snyder.  Eh oui déjà. Celui qui va tenter de reprendre Superman au cinéma pour 2012, va revenir à un style plus réaliste. L’histoire : Une fille est enfermée dans un asile. Pour échapper à ce monde qu’elle tente de fuir, elle s’imagine avec 4 autres pensionnaires dans des mondes peuplés de dragons, de zombies nazis ou encore de guerriers samouraïs. Des thèmes inspirés Sucker Punch a été écrit par Zack Snyder lui-même. Pour une première, il frappe fort puisque c’est un scénario totalement original. C’est suffisamment rare de nos jours puisqu’à l’instar du prochain Superman, les franchises et autres adaptations sont légion sur nos écrans depuis dix ans. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’originalité du scénario ne tient pas vraiment aux emprunts thématiques et visuels très proches de l’héroic-fantasy,...

Read More

T’écoutes quoi ? : Offspring, Rise Against et Harvey Danger

Inauguration de la rubrique sélection musique avec quelques chansons que j’écoute en ce moment ! 1-Offspring – Spare Me The Details (2003) Tirée de l’album Splinter (2003), album peu connu finalement, cette chanson acoustique est très entraînante. Je  l’ai découvert récemment car je n’avais jamais eu l’occasion de me pencher sur cet album. [youtube t-eoV6whrqc]   2-Rise Against – Anyway You Want It (2009) Rerpise de la chanson de Journey que vous pouvez trouver sur Rock Band 2, Anything You Want It par Rise Against est un petit moment de fraicheur pour ce groupe habitué aux chansons un peu plus dures question paroles. [youtube 2CBHZTagLtE&feature=related]   3-Harvey Danger – Flagpole  Sitta (1997) Chanson connue, interprète inconnue. Harvey Danger est l’auteur de ce tube que vous avez sûrement entendu quelque part. Plus connu sous le titre « I’m Not Sick But I’m Not Well », cette chanson pop-rock a un refrain imparable. [youtube...

Read More

[Critique] Never Let Me Go (2010)

Avec Keira Knightley, Carey Mulligan et Andrew Garfield (le nouveau Spider-Man). Réalisé par Mark Romanek, un faiseur de clips, Never Let Me Go est un peu The Island (Michael Bay, 2005) réalisé par Ken Loach, voyez-vous ? Disons-le de suite, le film est moyen mais pas chiant. Il y a de la matière à faire quelque chose de plus intéressant quand même. L’histoire est simple, des clones sont élevés dans un institut en Angletterre en attendant d’être appelés pour un don d’organe. Dit comme ça le film est de la pure anticpation, mais le film se passe durant les années 80. C’est une sorte d’uchronie sans effets spéciaux, sans réalisation tape-à-l’oeil, sans artifice. Seulement là où tout film indépendant aurait eu un script intelligent, Never Let Me Go s’allège de toute explication mis à part quelques dialogues explicatifs, l’univers ne semble pas défini. Les règles instaurées par cet institut sont assez étrange. Il ne faut pas sortir des limites du bâtiment car certains ont été retrouvés morts, il faut badger chaque entrée et sortie, on y apprend le sexe à 10 ans… Ces règles ne semblent pas plus contraignantes ou décalées que ça. Rien ne justifie vraiment ce « monde », le spectateur ne ressent pas l’enfermement, la pression ou l’endoctrinement. Finalement le rôle des clones n’est pas suffisament délimité. Aucune rebellion de la part des clones n’a lieu. Ils sont même capables de sortir de l’institut quand...

Read More

[Vidéo] Don’t Stop Me Now de Queen en mime

Issue de l’émission anglaise Fast And Loose, cette vidéo est du grand art. Le principe est simple, une bande d’ improvisateurs doit faire des petits jeux d’acteurs. Sur celui-ci intitulé Interpretative Dance, un acteur doit mimer les paroles d’une chanson pendant que ses camarades de jeu n’entendent pas la musique....

Read More

[Critique] Flipped (2010)

De Rob Reiner (Stand By Me, Princess Bride, Quand Harry rencontre Sally…) et écrit par lui ce qui est une première depuis Spinal Tap (1984). Flipped raconte comment, en 1957,  Bryce et Juli, 7 ans, font connaissance et comment, 5 ans plus tard, ils gèrent leur relation de voisins, camarades de classe. Rob Reiner n’a pas voulu aller plus loin que le film avec des enfants pour les enfants. Tiré d’un livre prenant place dans les années 2000, le film choisit les années 60. Rob Reiner a peut-être voulu donner un aspect « american : way of life » plus authentique à la veille de l’attentat visant Kennedy. C’est une possibilité. On ne trouve aucune réponse dans ce film sur ce choix. Franchement j’aurais pensé à une histoire d’amour sur trente ans mais au final ce n’est ni plus ni moins qu’une belle et gentille (trop gentille?) histoire de deux petits qui se détestent mais s’aiment. Parfaitement interprétés par de jeunes acteurs, Bryce et Juli sont les deux personnages principaux de ce film. Le récit est divisé en deux points de vue. Si Bryce raconte quelque chose, dix minutes après vous aurez la version de Juli. Ce procédé est assez lourd quand on considère la présence de la voix-off, gimmick maintes fois éprouvé dans ce genre de film. Au fur et à mesure que le film avance, le doute n’est plus quant à la conclusion de l’histoire. Cela dit Rob Reiner sait y faire et c’est bien pour...

Read More

X-Factor : deux oui et deux non

Hier soir était diffusée la deuxième saison de X-Factor. Après des débuts sur W9, M6 a récupéré la marque au détriment de la Nouvelle Star, totalement dépassée. Quoi de neuf ? Rien. Autant faire court, l’émission n’avait rien de nouveau à part des candidats qui ne font plus d’a capella. D’ailleurs première remarque, la musique est trop forte et on entend à peine la voix des chanteurs. Exemple avec Martine sur Muse. On a cru entendre de la fausseté et on avait raison sauf pour Christophe Willem qui est tombé sous le charme. Le jury parlons-en, il est dynamique, varié et n’est pas aussi fade que l’on pouvait penser. Olivier Schultheis n’est finalement pas l’homme timide et Véronic Dicaire n’est pas la grande gueule québécoise. Henry Padovani et Christophe Willem complètent le jury. Autre reproche, le montage est très très mauvais dès le début de l’émission, le public, la musique, les phrases et même les vêtements du jury sont hachés menu par les monteurs de l’émission. Quand on fait attention à ça, c’est énervant. A part ça, le jury a toujours des goûts douteux, Martine était clairement en échec sur Muse et Superbus, il lui aurait fallu du RNB peut-être. Par contre, les casseroles sont sympathiques mais de là à accepter le coiffeur… Rien de nouveau et on a l’impression de n’avoir vu que peu de gens hier...

Read More

Californication – 4×08 – Lights. Camera. Asshole.

Cette saison 4 a un ton et une atmosphère intéressantes. Je ne sais pas si ce sont les seconds rôles qui font cet effet mais c’est clairement autre chose que Lew Ashby de la saison 2 et le trio de sorcières de la saison dernière. Encore une fois, Hank est de plus en plus perdu et dégrade de plus en plus sa relation avec Karen et sa fille. L’épisode 8 (déjà) est pourtant le plus faible alors qu’il regroupe tous ces éléments. Le point faible de l’épisode est de ne rien faire avancer côté story-lines. Pas d’avocate, pas de Karen, on ne parle pas du projet de série de Marcy, bref un épisode très classique car Hank va une nouvelle fois rencontrer quelqu’un… qui se révèle être la mère de Sasha Bingham. La révélation arrive au trois/quart de l’épisode et lui fait gagner de l’intérêt mais on avait déjà eu ce cas et ça ne surprend pas. D’ailleurs la scène est clairement peu intense et ne dérange que peu les protagonistes. La seule scène qui est à retenir est celle avec Becca. Elle est totalement stone, parle crûment et Hank semble dépassé. Cette scène aurait pu lancer la phase puberté de Becca, adolescente ultra-rebelle, éveil de la sexualité, etc, etc mais non. Les auteurs se sont contentés de mettre cette scène au milieu de l’épisode comme pour rappeler que Hank a une fille à gérer. Dommage car souvent, les scènes...

Read More

Community – 2×15 – Intro to Political Science

La série n’avait pas encore parlé de politique, la vraie. Dans l’épisode Debate 109,  c’était surtout les débats d’opinions qui étaient ciblés. cette fois-ci, la série s’oriente vers la prise de position, sujet différent mais tout aussi intéressant à parodier. Greendale doit élire un représentant du college et pas moins d’une petite dizaine de candidats se présentent. Cela va de Starburns à Annie en passant par Magnitude (la nouvelle idée à la con mais très drôle de la série) et Jeff. Tout n’est pas une questionde pop »pop »ularité mais plutôt d’intelligence du discours. Jeff l’a bien compris et caricature ce que les politiques ont l’habitude de faire : de belles phrases sans fond. Annie réplique en prenant plutôt le coup du couteau dans le dos en ressortant une archive où Jeff danse sur Faith de Georges Michaël. Le côté décalé de l’épisode vient d’Abed et Troy qui commentent avec humour les élections pour Greendale TV. Cette télé sort de nulle part et sert de prétexte pour utiliser le duo. C’est drôle, un peu rapide pour voir tous les détails sur les fiches des candidats qui apparaissent sur l’écran mais rajoute un peu de nawak dans cet épisode. Pas de gros défaut, des petites répliques par-ci par-là qui font de cet épisode un moment plaisant mais ne relève toujours pas la saison à hauteur de la précédente. Devons-nous attendre le dernier double-épisode avec...

Read More

[Be The Change] Up & Snow

Voici une nouvelle rubrique sur tout ce que le monde fait de positif. Pas de meurtres, de bêtises ou de conneries humaines, simplement des choses belles, gentilles, originales, bref ce qu’il faut pour être de bonne humeur. Des fois, ça fait du bien ! 2 vidéos pour cette fois avec la recréation de la maison qui vole à l’aide de ballons du film Up et un toboggan tout en neige que nous n’aurions pas boudé enfants. http://www.youtube.com/watch?v=i3VqGnSPqYk Be the change you want to see in the world – Mahatma...

Read More