Mardi 13 juin, la blogosphère se réunissait dans le Campus VISART MODART de Paris pour célébrer les meilleurs sites et vidéos. Encore une fois, ce fut un échec complet.

Il y a quelques années, les Trophées Tribway Influenceurs étaient une réussite formelle qui proposait aussi un contenu on ne peut plus riche. Speednetworking, bonne ambiance, sélection large mais pertinente, cette cérémonie avait tout pour être une référence. Hélas, le concept s’est arrêté en 2015. Et comme la blogosphère est tout de même importante, il fallait rendre compte de cette communauté grandissante mais très aléatoire.

Entre les blogs beauté, cinéma, cuisine ou gaming, le blogueur peut parler de tout mais jamais de la même manière. Qu’est-ce qui différencie un blogueur mode d’un blogueur cuisine ? Tout ! La manière de faire change du tout au tout. Evidemment, nos outils numériques et nos plateformes de réseaux sociaux sont nos outils communs mais n’allez pas dire qu’une photo de blogueur beauté est la même chose qu’une critique du dernier Marvel par un blogueur cinéma…

Les Golden Blogs Awards existaient depuis 2010 mais ils restaient un peu confidentiels pour beaucoup. C’est en 2015 que nous décidons de participer. Et cette année-là, cette cérémonie qui avait gagné ses lettres de noblesse s’est retrouvé six pieds sous terre à cause de dysfonctionnement. Quand une organisation se met à ne pas respecter son propre règlement, il y a problème. Pour s’inscrire et concourir, il faut avoir un blog avec une certaine durée de vie (un an) et se rattacher à une catégorie. Et dans notre propre catégorie Cinéma, nous avons été témoin d’une faute d’organisation importante. Un blog créé depuis moins de 6 mois qui concourait en catégorie humour se voit gagner la catégorie Cinéma. L’organisation avait changé la catégorie de ce blog. Le comble était qu’en plus le gagnant était déjà le même l’année dernière. La frustration de toute une partie de la blogosphère était là.

Ce malaise a gagné pas mal de blogs qui ont vu des failles dans l’organisation à tous les niveaux. 2 ans après, aucune trace d’une nouvelle édition. Mais comment allions-nous nous auto-congratuler ?

La Nuit des Blogs annonce une nouvelle édition 2017. Appelé auparavant GES Blogs Awards, le concours est organisé par le réseau GES des Grandes Ecoles Spécialisées. On sent donc déjà le traquenard. Habituellement ouvert aux étudiants de moins de 25 ans, ce concours était surtout un tremplin d’égo et de réputation pour des étudiants qui ont déjà bien trop de cuillères d’argent dans la bouche pour être une nouvelle fois aidé.

Nous voici donc avec la NUIT DES BLOGS, terme catchy qui ouvre la perspective de récompenser vraiment la blogosphère nationale. Les catégories sont sans surprise : lifestyle, beauté, gaming, culture…. On tiquera sur Culture qui regroupe musique, littérature, cinéma… L’appel aux inscriptions est lancé et rapidement celui pour les votes également. Le principe est simple : mail + bouton VOTE et c’est plié.

Le 18 mai, le jury d’influenceurs / blogueurs sélectionne les finalistes. Les votes ne seront donc là que pour le Prix du Public ? C’est flou. On parle de votes des internautes pour « élire les blogs préférés », on parle de « sélection par le jury des meilleurs blogs ». Mais chacun y va de campagne de votes sur les réseaux pour en récolter un maximum. Quelques jours plus tard, on en apprend un peu plus…

IMPORTANT ! Suite à un nombre de participants dépassant toutes nos attentes, l’équipe "La Nuit des Blogs" va avoir…

Publié par La Nuit des Blogs sur lundi 22 mai 2017

Et en commentaires, les votes sont bien pour le prix du public. Donc autant arrêter la campagne quand on ne décolle pas trop niveau clics.

Le 26 mai, nous recevons le sésame. Le mail nous disant que nous faisons partie des finalistes est là. Pourtant, certains reçoivent ce genre de mail :

Certes. Nous voilà donc tous nommés et par conséquent tous présentés au jury. Blogs nommés « officiellement » ? Oubliez votre nomination !

Et c’est sous un beau soleil que nous nous rendons à la cérémonie qui aura lieu dans un campus à Javel. L’accueil est sommaire puisqu’il faut se faire pointer au milieu du bar et des animations. En fait, tout le monde aurait pu boire et manger gratis sans se faire inquiéter….
Une sangria plus tard, un Jenga géant pas du tout fonctionnel après, nous rentrons dans un petit amphithéâtre qui peut accueillir 200 personnes. Un photocall est en place mais le jury arrive et grille la priorité et la politesse à tout le monde. Qui sont-ils ? Des influenceurs… inconnus. On reconnaît aisément la blogueuse beauté dans le lot. Et quand on présente le juré qui est un producteur de cinéma, l’animateur le vend comme le producteur de Babyphone ! Ah bah oui là forcément, ça donne du cachet. Malaise.
Installés, nous attendons le début. La chaleur monte vite. La cérémonie va commencer avec un MC qui semble déjà peu à l’aise avec l’animation. Entre des petites phrases peu engageantes et la prononciation du mot « Lifestyle » (liftil), nous nous regardons déjà tous dans les yeux avec gêne. L’animateur souligne aussi beaucoup que nous sommes à la soirée de la viralité… Et vous allez voir qu’on est loin du domaine de l’influence.

Les premiers prix sont décernés, jusque-là pas de fausse note. 5 ou 6 blogs sont nommés et 2 prix sont décernés par catégorie. On vérifie les lauréats sur Twitter pour admirer leur influence. Nous sommes surpris de voir des blogs avec 50 followers. Oui, ça ne veut rien dire sur la qualité du blog à proprement mais c’est aussi symptomatique de la bonne santé et de la bonne « influence » du site !

Les Buzz Storming prennent le relais en alternance pour récompenser, nous citons, « les meilleures vidéos virales » de youtubers et là, nous tombons de haut. On parle beaucoup durant cette soirée de viralité, d’influence, de buzz et au final, on se retrouve avec des vidéos totalement inconnues ou… hors-sujets.

On récompense en prix coup de coeur, une reprise de Ed Sheeran par un certain Sacha.

Outre son talent, sa voix, ce que vous voulez, on récompense une vidéo à moins de 200 vues d’un musicien avant tout et non d’un Youtuber.

On rappelle le règlement : Ce concours vise à promouvoir la qualité créative et artistique grâce à la réalisation de vidéos diffusées sur Internet (sans limitation de durée)qui ont fait le buzz. Le but de la vidéo virale est de générer du buzz, de donner une image dynamique et innovante de l’entreprise, de la marque.
Le reste des prix laisse pantois.

Regardez à partir de 7 minutes (et vous nous verrez partir à 11m30) pour le prix du meilleur court métrage qui est attribué à une vidéo montage de moments de vacances entre amis……………………………………………………

Publié par La Nuit des Blogs sur mardi 13 juin 2017

A partir de là, on ne comprend plus la finalité de cette cérémonie. Le Buzz Storming Prix du Jury est attribué à un Youtuber de type Cyprien and co qui se moque d’un sujet (ici Quick et McDo). C’est d’un niveau très moyen et impossible à retrouver sur internet ! V’là l’influence et la viralité et le buzz…

La suite est digne de malaise TV. Gros bug… un blog gagnant était en forte compétition avec un autre. Et pourtant ce blog « perdant » n’est même pas dauphin du gagnant. Où est la logique ? Autre moment de « grâce », une intervenante vient annoncer le lancement d’un blog exclusif. On ne saura jamais ni le nom ni le contenu…

La soirée était donc maladroite, vaine et anecdotique. Si le but était de faire du général, il fallait avoir les moyens de le faire. On ne comprend pas trop si l’événement devait être plus grand public ou si, au contraire, il devait toucher une certaine branche de la blogosphère.
On souhaite tout de même félicitations aux gagnants qui auront sûrement une meilleure exposition le temps… du buzz.

On attend vraiment un événement à la hauteur. Les How I Met Your Blogger récompensaient, certes, des oeuvres plutôt que des blogs, mais l’événement réussissait à réunir la blogosphère dans un lieu de qualité sous une forme de qualité.

Voici une vidéo d’une blogueuse (L’Ogresse de Compagnie) sur la cérémonie :

La Nuit des Blogs la grosse blague de l'année

Publié par L'Ogresse de Compagnie sur mardi 13 juin 2017