La Passe-Miroir T3 : La Mémoire de Babel

0

L’une des sortis très attendue de ce mois de juin est le tome 3 de La Passe-Miroir, intitulé La Mémoire de Babel. Ce volume ne dément pas le succès mérité de la saga. Un an et huit mois, voilà ce qu’il aura fallu patienter pour les afficionados de la série avant de retrouver Ophélie. Dieu merci (si je puis le dire ainsi dans le contexte. Sic), nous ne sommes pas les seuls à avoir souffert de l’attente, puisqu’au début de ce nouvel opus, Ophélie est sans nouvelles de Thorn depuis deux ans et sept mois. Deux ans et sept mois durant lesquels elle n’a cessé de cogiter les derniers événements sur l’Arche du Pôle, les bribes de la mémoire de Dieu et les révélations du livre de Farouk, l’esprit de famille.

Alors il n’en faut pas plus que la réapparition du sémillant Archibald pour qu’elle reparte à l’aventure… Et nous avec, parce-que, soyons honnêtes on attendait que ça. Pour notre défense, Christelle Dabos manie l’imaginaire de son univers, au fil de sa sympathique plume, avec une rare dextérité, le rendant cruellement addictif. Ami lecteur, amateur de fantasy et d’imaginaire, je te le dis tout net : j’y ai passé une nuit blanche mais j’ai dévoré l’affaire en vingt-quatre heures, tant il m’était impossible de poser l’aventure en cours de route. Alors si toi aussi, tu veux te lancer dans l’aventure, que ce soit pour un tome ou pour trois, débranche ton téléphone et fais des réserves de thé et d’Oréos. Tu en auras émotionnellement besoin, crois-en mon expérience.

A nouveau volet, nouveau monde : dans ce tome 3 de La Passe-Miroir, le chemin d’Ophélie nous transpose sur l’arche de Babel, moderne et multiculturelle, modèle d’excellence en matière de savoirs et d’innovation où se côtoie une multiplicité de pouvoirs. Au passage, dans La Mémoire de Babel comme dans les précédents tomes de La Passe-Miroir, on peut apprécier la référence historique et mythologique que Christelle Dabos marie avec brio à sa fiction. Car, si Babel est présentée ainsi, ce n’est pas un hasard. Souvenez-vous, avant d’être une méthode commerciale d’apprentissage des langues, Babel est un épisode biblique qui, selon les interprétations, serait le lieu de la désobéissance à Dieu, où après le Déluge, les hommes entreprirent d’exister par eux-mêmes et de construire une tour touchant le ciel, la fameuse tour de Babel. En réprimande de quoi, Dieu aurait brouillé la langue commune, créant des langages différents et dispersé les hommes. Ce qui est d’une grande signification dans l’univers d’Ophélie comme dans sa quête. Mais je ne dirais pas plus. Ne spoilons pas mes bons.

Ce qui est certain, c’est que ce qui attend Ophélie ne va pas manquer de nous tenir en haleine. A chercher trop profondément des réponses, elle ne va pas se faire que des amis, car les sbires de Dieu sont partout. Douche de bris de verre et autres tentatives d’assassinat, le comité d’accueil sur Babel est assez éloigné de celui du Club Med. D’autant plus que les apparences sont trompeuses… Mais son obstination ira de pair avec le danger qui la talonne. De découvertes en retournements de situation, le cœur du lecteur joue au yo-yo à l’unisson avec celui de notre héroïne à l’incurable maladresse mais au caractère  désormais plus affirmé.

Aussi prenant et addictif, que les tomes précédents de La Passe-Miroir, La Mémoire de Babel ne relâche pas la pression une seconde et on ne cesse de se demander jusqu’où tout ceci va nous mener. Ophélie parviendra-t-elle à découvrir qui est l’Autre ? A déjouer les plans de Dieu ? A retrouver Thorn ? Le seul point que l’on puisse regretter est que le fil narratif qui se passe sur l’Arche du Pôle en parallèle ne soit pas plus étoffé. Cependant, cela ne fait que nous mettre en appétit pour la suite, en présageant de nouvelles aventures plus haletantes encore, d’autant plus que la conclusion de tout ceci est un cliffhanger de folie. On n’a désormais plus qu’une envie : ouvrir le tome 4 de La Passe-Miroir… Mais ce ne sera pas pour tout de suite.

Share.

About Author

Leave A Reply