Belleza : Marjorie Burbaud revisite l’histoire des vampires

0

Belleza est le premier tome de la saga La dernière nymphe de Majorie Burbaud. Sorti le 10 février chez Rebelle Editions, ce premier volet a le mérite de sortir des sentiers battus ! Nous faisons la rencontre d’Enza Vergara, la dernière nymphe de New York, traquée par les vampires qui veulent exterminer ces créatures qui se nourrissent des buveurs de sang. Lorsque le meilleur chasseur de l’Assemblée découvre la véritable identité d’Enza, sa vie ne tient plus qu’à un fil…

Belleza aura mis un peu de temps avant de m’intéresser vraiment. Le début, peut-être un peu long à se mettre en place, ne m’avait pas convaincu. Pourtant, à un moment donné, il m’a été impossible de lâcher le livre ! L’histoire est devenue captivante, l’héroïne m’a touchée et le chasseur vampire ne m’a pas laissée indifférente.

Oui, les vampires seront légions chez La dernière nymphe. Pourtant, Marjorie Burbaud nous offre une toute nouvelle version, pas trop éloignée de la plus populaire mais néanmoins totalement originale. En ajoutant des nymphes et en réécrivant leur histoire, l’auteure réussit à nous attirer dans son univers pour ne plus nous lâcher. Son héroïne, traquée par le meilleur chasseur, ne va pas se laisser faire. Elle va se montrer forte et prouvera que son stage au sein d’un cabinet de psychologue n’aura pas servi à rien. Enza Vergara a appris à se cacher depuis sa plus tendre enfance, toujours traquée, jamais tranquille, elle va devoir retourner le cerveau de ses poursuivants pour survivre. Et si ce n’est pas suffisant, elle utilisera la manière forte !

Belleza est une belle découverte. En commençant le livre j’ai eu peur de m’ennuyer mais c’est qu’il fallait laisser le temps à Marjorie Burbaud de mettre en place son histoire. L’intrigue est bien ficelée, les personnages sont bien créés et arrivent à nous surprendre, l’action est au rendez-vous et le final nous laisse dans le suspense. Mensonges, trahisons, coups bas, tout est permis dans Belleza ! Un premier tome convaincant d’une jeune auteure à suivre.

Extrait :

« Eidon Callaghan avait le physique d’un dieu grec, mais exerçait le métier du diable en personne. Il était le meilleur exécuteur du continent. Je connaissais chaque trait de son visage, chaque ombre, chaque relief de son corps. J’aurai pu le dessiner les yeux fermés. Je le détestais plus que quiconque, mais il exerçait sur moi une fascination morbide. Chaque fois que son nom me parvenait ou que son visage apparaissait à la télévision ou dans les journaux, j’étais obligée de lui prêter attention. Il était tout ce que je redoutais le plus au monde. »

About Author

Leave A Reply