L’Attaque des Titans, tome 15 : l’écrasante révolution

0

L’Attaque des Titans est une série de mangas réalisée par Hajime Isayama, parue en prépublication au Japon depuis 2009. Près de 17 mangas sont parus à ce jour, ainsi que des séries animés, des livres, des spin-off et une adaptation en film (oui oui, un vrai film, avec de vrais gens dedans). Comme son alter-ego Tokyo Ghoul, ce manga a connu un succès monstrueux sur le web, créant une communauté de fans qui se sont amusés à fabriquer des memes sur l’animé. Vu la tronche hallucinée des personnages, il y a de quoi. Mais Shingeki no Kyojin, de son vrai nom, est avant tout une série de qualité. Le tome 15 est sorti en France chez Pika et recèle beaucoup de rebondissements à ce stade de l’histoire, ce qui m’a totalement surprise.

! Attention, présence de spoilers dans la critique !

attaque-des-titans-t15Le tome 15 de L’Attaque des Titans débute sur la fuite de Livaï et de son unité de brigade d’exploration. Mikasa et Armin, parmi les principaux héros, suivent Livaï dans le but de retrouver Eren et Historia, qui ont été enlevés. En effet, Eren, personnage principal de la série, s’est engagé dans les brigades spéciales pour anéantir les Titans, responsables de la mort de sa mère et de nombreux autres désastres, mettant à mal l’avenir de l’humanité. D’où viennent les Titans ? Ne sont-ils pas si éloignés des hommes, en fin de compte ? Dans ses pérégrinations, nous suivons le jeune Armin qui ne supporte pas d’être obligé de tuer pour sauver ses compagnons. Mikasa se montre calme et badass en toutes circonstances, tandis que Livaï, toujours aussi froid et déterminé, ne fait aucune concession aux ennemis croisés sur sa route. Car Livaï a beaucoup de chats à fouetter. Non seulement Eren a disparu, mais il doit enquêter sur les expériences très louches menées sur des Titans… Et en plus de ça sauver son major Erwin, condamné à mort par le Roi !

Nous suivons donc en parallèle les dernières tentatives du major Erwin, emprisonné et humilié, pour sauver sa cause. Ligoté au milieu de la Cour Royale et exposé devant les plus grands aristocrates bien décidés à l’écraser comme une punaise, il leur tient courageusement tête en leur expliquant que sa brigade est indispensable pour protéger l’humanité des attaques des Titans. Mais a-t-il un plan derrière la tête … ? Le Roi a une attitude despotique sur tout le pays, mais dans le but premier de le sauver. En effet, dans L’Attaque des Titans, Hajime Isayama ne nous propose pas une simple suite d’aventures, mais un scénario bien ficelé sur le fonctionnement de la politique. Coup d’état,  trahisons, aristocratie vieille et dépassée,  démocratie instable… Nous assistons dans ce tome 15 à un véritable bouleversement de l’État, décrit très finement à travers la personne d’Erwin, qui se trouve des alliés de poids dans cette épreuve. Car ne vaut-il pas mieux conserver en place une vielle monarchie injuste mais qui, sans ses repères séculaires,  risque de faire sombrer le pays dans le chaos ? Ce ne serait pas encore plus dangereux que les Titans eux-mêmes ? La question de la liberté de la presse est aussi abordée d’une manière très judicieuse, car Livaï doit aussi laver la réputation de sa brigade et sauver Erwin. Peu de journalistes acceptent, car des représailles sont à craindre pour leur famille. Cette dystopie, qui fait étrangement penser aux guerres mondiales, utilise toujours un système de société hérité du Moyen-Âge. Mais la Révolution est en marche et rien ne pourra l’arrêter.

J’ai été soulagée de voir que les dernières pages du tome 15 de L’Attaque des Titans étaient consacrées à Eren, qui était totalement invisible jusque là. Eren, qui a toujours voulu anéantir les Titans, se révèle être… un Titan lui-même, ce qui n’est plus une révélation à ce stade de l’histoire. En effet, il ne faut pas oublier que les Titans étaient des humains, tout comme les goules de Tokyo Ghoul. Le même clivage et la même horreur face à sa propre monstruosité existent. Mais Eren en version Titan a ceci de peu commun qu’il s’en prend aux autres Titans, au lieu de vouloir écraser les hommes. De plus, il a tout à fait la capacité de reprendre forme humaine. Enfermé dans une grotte qui m’évoque Nausicaa de la Vallée du Vent, la fin du manga se veut théâtrale, un point d’orgue qui esquisse le passé d’Eren, et le pourquoi de sa transformation monstrueuse. Ce n’est pas pour rien qu’il apprend son passé de la bouche d’Historia, dont le nom est tout trouvé. Le spoiler est tellement important que je ne peux même pas le dévoiler ici. Mais j’ai été sous le choc. Ça donne vraiment envie de lire la suite, mais quoiqu’il en soit, la fin de la série n’est pas loin. Je préfère avertir le lecteur un tant soit peu téméraire qui voudrait lire les toutes dernières pages du tome pour découvrir le passé d’Eren ! Ce serait dommage au niveau de l’intrigue. Mais je sais que des petits malins ne le feront pas et sauteront à la toute fin du manga quand même. Ce sont les risques du trolling, mais c’est à vos risques et périls…

En conclusion, on peut dire que la série L’Attaque des Titans mérite largement sa célébrité. J’étais sceptique,  mais la lecture de ce tome m’a tellement convaincue qu’il donne envie de tout reprendre depuis le début. Ce shonen contient les différents styles de l’aventure, de l’essai politique, de la tragédie, avec une touche d’horreur et de psychologique très réussie. L’écriture est serrée et haletante comme dans un bon roman à suspens : on ne s’ennuie pas une seconde, les personnages secondaires sont attachants et indispensables, il y a un grand coup d’état politique, ainsi que des révélations sur le passé du héros qui nous laissent sur un cliffhanger des plus vertigineux. Comme tout manga réussi. Petit bémol concernant la manière de dessiner cependant : je n’ai pas mis cinq étoiles à cette critique, car les personnages ressemblent à des totems en bois taillés à la serpe. Ce qui est dommage, vu la solidité du scénario. En attendant, intéressons-nous à la série animée et aux romans basés sur les Titans, qui nous promettent bien d’autres aventures de qualité. Hajime Isayama, je vous salue bien bas.

Share.

About Author

Leave A Reply