Catégorie : Sériephilie

Californication – 4×08 – Lights. Camera. Asshole.

Cette saison 4 a un ton et une atmosphère intéressantes. Je ne sais pas si ce sont les seconds rôles qui font cet effet mais c’est clairement autre chose que Lew Ashby de la saison 2 et le trio de sorcières de la saison dernière. Encore une fois, Hank est de plus en plus perdu et dégrade de plus en plus sa relation avec Karen et sa fille. L’épisode 8 (déjà) est pourtant le plus faible alors qu’il regroupe tous ces éléments. Le point faible de l’épisode est de ne rien faire avancer côté story-lines. Pas d’avocate, pas de Karen, on ne parle pas du projet de série de Marcy, bref un épisode très classique car Hank va une nouvelle fois rencontrer quelqu’un… qui se révèle être la mère de Sasha Bingham. La révélation arrive au trois/quart de l’épisode et lui fait gagner de l’intérêt mais on avait déjà eu ce cas et ça ne surprend pas. D’ailleurs la scène est clairement peu intense et ne dérange que peu les protagonistes. La seule scène qui est à retenir est celle avec Becca. Elle est totalement stone, parle crûment et Hank semble dépassé. Cette scène aurait pu lancer la phase puberté de Becca, adolescente ultra-rebelle, éveil de la sexualité, etc, etc mais non. Les auteurs se sont contentés de mettre cette scène au milieu de l’épisode comme pour rappeler que Hank a une fille à gérer. Dommage car souvent, les scènes...

Read More

Community – 2×15 – Intro to Political Science

La série n’avait pas encore parlé de politique, la vraie. Dans l’épisode Debate 109,  c’était surtout les débats d’opinions qui étaient ciblés. cette fois-ci, la série s’oriente vers la prise de position, sujet différent mais tout aussi intéressant à parodier. Greendale doit élire un représentant du college et pas moins d’une petite dizaine de candidats se présentent. Cela va de Starburns à Annie en passant par Magnitude (la nouvelle idée à la con mais très drôle de la série) et Jeff. Tout n’est pas une questionde pop »pop »ularité mais plutôt d’intelligence du discours. Jeff l’a bien compris et caricature ce que les politiques ont l’habitude de faire : de belles phrases sans fond. Annie réplique en prenant plutôt le coup du couteau dans le dos en ressortant une archive où Jeff danse sur Faith de Georges Michaël. Le côté décalé de l’épisode vient d’Abed et Troy qui commentent avec humour les élections pour Greendale TV. Cette télé sort de nulle part et sert de prétexte pour utiliser le duo. C’est drôle, un peu rapide pour voir tous les détails sur les fiches des candidats qui apparaissent sur l’écran mais rajoute un peu de nawak dans cet épisode. Pas de gros défaut, des petites répliques par-ci par-là qui font de cet épisode un moment plaisant mais ne relève toujours pas la saison à hauteur de la précédente. Devons-nous attendre le dernier double-épisode avec...

Read More

Smallville – 10×16 – Scion

Les arcs narratifs de la série ont toujours été développés avec souci depuis deux voire trois saisons. Scion se concentre sur le clone de Lex, Alexander, Conner. Oui le Conner des comics ! Superboy quoi. L’histoire des clones de Lex était une idée franchement intéressante. Entraperçu dans le premier épisode de la saison 10 avec les laboratoires Cadmus, le dernier clone nous rappelait que les scénaristes avaient derrière la tête l’idée de ramener Lex Luthor pour la fin de la saison. L’idée était encore intéressante quand on savait le clone atteint de croissance ultra-rapide ce qui soulignait encore plus le désir de voir ressurgir un Lex adulte. Je ne sais pas si les scénaristes ont décidé de passer à autre chose quand ils allaient être sûrs de la décision de Michaël Rosenbaum mais voilà que ce clone développe des pouvoirs comme Clark et qu’il n’est plus roux mais brun… La photo promo de Scion sortie, les fans étaient dubitatifs. Conner faisait son apparition dans la série. Fini le clone de Lex, place à l’enfant illégitime de Lex et Clark, place à Superboy, le seul gros élément de l’univers Superman à ne pas avoir été traité. Les dix premières minutes auraient pu se passer durant la saison 4. Je m’explique. Tess attend Clark à la ferme, le sourire aux lèvres, une tasse à la main, open bar et open farm. Le...

Read More

Smallville – 10×15 – Fortune

Après dix saisons de complots, trahisons ou faux-semblants peu crédibles car totalement peu motivés par le manque de moyens autant techniques que scénaristiques, Smallville se permet, pour sa dernière saison, une escapade 100% humoristique. Du moins en apparence. Encore une fois, l’épisode contient énormément de défauts difficilement pardonnables pour les spectateurs les plus vigilants, excusables pour les adeptes de la série qui ont 200 épisodes d’expérience ! Pour fêter le futur mariage, la bande (grand mot finalement car ils n’ont jamais été ultra proche) composée de Clark, Lois, Chloé, Oliver, Tess (…) et Emil (il fallait bien un troisième mâle) vont faire leur Bachelor party. Ne vous attendez pas à un déluge de délires, de couleurs, de femmes nues, d’alcool à flot, ici une seule bouteille de champagne ensorcelée est responsable d’un joyeux bordel (qui n’a pas grande conséquence au final). La bouteille de champagne a été ensorcelée par Zatanna et on se demande s’ils n’auraient pas plutôt ramené Mxyzptlk qui aurait été dans son élément et aurait excusé les incohérences). Clark se réveille avec un lémurien sur lui, dans une chambre dévastée et avec Chloé en mariée dans un placard.. tout ça à Smallville, à la ferme des Kent ! Et quand on réfléchit bien, la cohérence géographique de l’épisode est encore totalement oubliée. Déjà que les allers/retours entre Smallville et Metropolis se font incroyablement rapidement dans la série...

Read More

Community – 2×14 – Intermediate Documentary Filmmaking

Cet épisode fait parti des essais ratés comme il y en a trop dans cette saison 2. Pierce est à l’hôpital après avoir abusé de médicaments. Sur son lit de mort (ce qu’il fait croire), il convoque les autres membres du groupe pour leur faire un leg, le tout sous les caméras d’Abed et ses collègues vidéastes. Cela aurait pu permettre de redorer le blason de Pierce, personnage assez antipathique, à la côte d’affection branlante et permettre à Abed de nous faire part de son talent d’homme-méta ! Là non, déjà le concept du documentaire est totalement annihilé par les erreurs de débutants, les multiples caméras devraient apparaître au détour des plans mais rien de ça. Les champs/contre-champs révèlent la supercherie. Il a eu plusieurs prises avec une seule caméra. Quand on repère le stratagème, l’épisode perd de son charme. Ensuite la partie Pierce est assez joliment écrite, chacun y va de son étude de caractère avec le leg particulier que Pierce fait. Shirley a un CD où il y aurait un enregistrement du groupe disant du mal d’elle, Britta a un chèque de 10.000 dollars sur lequel il n’y a pas d’ordre, Jeff retrouverait son père, Annie a une couronne et Troy rencontre Levar Burton (acteur de Star Trek) son idole. Si Troy reste muet face à son idole, Britta se prend la tête de quoi faire avec ce...

Read More

The Office – 7×17 – Threat Level Midnight

Première review « officielle » de ce blog pour une série que j’adore. L’épisode est assez spécial, il est composé en grande partie du film de Michael Scott : Threat Level Midnight. Il faut remonter à la saison 2 pour découvrir que Michael écrit un script où il joue un agent secret nommé Michael Scarn. Comme il le dit lui-même, il a fallu des années de tournage, de remontage et de retournage pour arriver à un produit fini. C’est pour cela que l’on revoit Roy, Karen ou encore Jan dans le film ! Mais vous allez me dire : est-ce que ça en fait un bon épisode avec tout ça ? Non. Le film est vraiment dénué de grosses vannes, on a plaisir à revoir d’anciennes têtes mais cela n’apporte strictement rien car même les caméras qui suivent nos employés retrouvent Karen et Jan pour avoir leur avis pour seulement trois secondes de réactions. C’est une sorte de chant du cygne pour Michael Scott, du moins ça aurait dû. Plus qu’une poignée d’épisodes avant de dire adieu à Michael Scott, pour l’instant la série s’en sort assez bien, on entrevoit les possibilités du personnage pour une sortie digne de ce nom. L’épisode, coincé dans le ventre mou de la saison, ne dégage rien, pas même une once de nostalgie. C’est très dommage, Steve Carell s’en sort encore très bien et survole...

Read More