Black Mirror propose sa saison 4 depuis quelques jours sur Netflix avec 6 épisodes.

Hang The DJ est l’épisode 4. Il est écrit par le créateur de la série, Charlie Brooker, comme les 5 autres. L’épisode nous présente une application qui gère les relations amoureuses entre les personnes. Vous recevez une invitation à rencontrer l’autre et vous découvrez la durée de cette relation. Frank et Amy se rencontrent. Après une courte relation, Frank et Amy semblent ne pas pouvoir passer à autre chose. Leur prochaine relation durera plusieurs mois avec une personne qui est loin d’être un parfait compagnon. C’est donc tout naturellement que l’épisode suit leur tentative de briser le système.

Cette pénible histoire d’amour (dans la fiction) est parfaitement calibrée pour souligner le côté dépendant des applications de rencontres et pointe avec pertinence le conditionnement qui nous pousse agir de telle ou telle façon.

black mirror

C’est toujours avec brio que Black Mirror peint une uchronie où la technologie nous lie tant bien que mal à agir. Hang The DJ arrive jusqu’à la dernière scène à nous pousser à nous questionner sur ce qui nous conduit à agir avec dépendance. Frank et Amy se retrouvent même à se demander, par une mini-révélation du script, s’il existe quelque chose au-delà de ce gigantesque mur qui entoure la ville. Là, l’épisode prend une autre dimension. Les limites du vrai et du faux s’entremêlent et on se plaît à y voir des cobayes ou un monde perdu par et pour la technologie.

Les personnages Frank et Amy se retrouvent de suite dans une spirale importante où les émotions et les sentiments forment une belle approche pour dépeindre des personnages attachants. Si le script ne surprend que peu, le spectateur est toujours ravi de voir des personnages évoluer comme il faut. Mais il est dommage de voir que le concept n’est pas assez délimité, on ne ressent pas vraiment de danger planer au-dessus d’eux si les règles sont transgressées. Ce n’est que pour conclure son récit que l’épisode va enfin sur ce sujet. Et là, tout s’éclaircit. La limite entre le vrai et le faux s’épaissit. La technologie nous a eus, et Hang The DJ est une parfaite représentation de ce qui fait fonctionner celle-ci : la probabilité.

La review est un peu obscure mais on ne veut pas spoiler et révéler les tenants et aboutissants de cette histoire pas si positive que ça. On reproche à Black Mirror d’être un peu moins glauque et amère depuis la saison 3, moins “anglaise” mais Hang The DJ ne propose pas une fin heureuse, elle parvient sans mal à répondre à la note d’intention de la série : la technologie ne dépend que de nous.