Nous sommes déjà à la seconde moitié de la saison de Rick and Morty et la saison 3 propose une nouvelle étude psychologique.

A-t-on une part de toxicité en nous ? Ou est-ce simplement une part de nous-mêmes qui existe par notre bon vouloir ? Devient-on toxique par notre volonté ou est-ce inné mais maîtrisé? C’est le débat que propose cet épisode de Rick and Morty. Comme dans les épisodes précédents, nous étudions encore une fois la personnalité de Rick à travers un épisode qui ne propose, ni plus ni moins, que de séparer la partie « toxique » de Rick et de Morty.

Après un pré-générique fabuleux qui montre l’envers du décor de la série avec une aventure trop épique pour les deux personnages (et que l’on aurait aimé voir !), l’épisode propose un petit moment de détente pour Rick and Morty. Quand ils entrent dans un spa pour se détoxifier, ils se retrouvent dans un univers qui ressemble à l’upside down de Stranger Things. Rick comprend que la part toxique de chacun est dans ce monde et que des Rick et Morty « clean » sont sortis du spa.

Rest and Ricklaxation fait dans la simplicité pour proposer un concept relativement fabuleux pour la série. Les versions Toxic de Rick et Morty sont désormais à part et les Clean vont faire leur vie. Morty se plaît dans cette nouvelle personnalité qui n’a plus peur de rien, qui a une bel estime de soi et du monde. Rick est toujours aussi intelligent mais il comprend vite qu’il ne peut pas supporter…. de tout supporter. C’est assez rare de voir autant de violence dans un dessin animé américain. On voit beaucoup de corps décharnés dans la série mais ici c’est psychologique. Toxic Rick a un langage très rude envers Morty et a même une vision de lui-même qui ne nous surprend pas mais qui est relativement adulatrice.

« You’re worthless! I’m a genius. I don’t have time for this [bleep]. You’re so stupid, Morty. You’re an idiot. You can die when I say so. I control you. I control the universe! Why am I bragging about that? I have nothing to prove. I’m surrounded by inferior pieces of [bleep] »

En quelques phrases, l’épisode définit à merveille la relation, toxique, de Rick sur Morty. Dans un grand barnum de concepts SF, l’épisode se conclut avec une dimension épique convaincante. Il en faut peu pour que l’épisode prenne une tournure où l’urgence est palpable et où les idées fusent. Le combat entre Toxic Rick et Clean Rick regorgent d’imagination et d’inspiration. Et encore une fois, les corps se retrouvent malmenés, exposés. L’identité de Rick n’est nullement charnelle tellement il ne semble plus lui-même (on pense à son corps robotisé de l’épisode précédent). Et que dire de deux scènes qui prouvent toute la souffrance des corps et des esprits. La première est celle où Rick et Morty sont soulagées de la fin de leur aventure dantesque de début d’épisode et la seconde est celle où Morty revoit Rick en fin d’épisode. La souffrance existe. Elle n’est pas vaine. D’ailleurs la scène avec les enfants lors de la fête d’anniversaire est absolument affreuse! Cet épisode va loin dans l’humour avec la scène de l’église et du fast-food, ça dénonce et ça fait du bien.

L’épisode propose une scène post-crédit avec une référence sexuelle assez osée…. C’est donc un épisode on ne peut plus réussi 😀