Il y a plus de deux ans, un Kickstarter pour un projet de documentaire sur l’histoire du film jamais réalisé, Superman Lives était mis en place. Cet été, Jon Schnepp, le réalisateur, a terminé son projet.

Superman Lives est et restera un projet maudit, peut-être un film déjà raté pour bon nombres de personnes ou sûrement une opportunité ratée d’offrir une nouvelle vision du personnage. Pourquoi ? Deux noms : Tim Burton et Nicolas Cage. Le premier devait réaliser le film 10 ans après son Batman, et le second devait interpréter le superhéros. Les seules informations disponibles à l’époque étaient quelques fanarts, un titre et une affiche teaser. Depuis, Internet a fait son oeuvre. Des photos volées de Cage en costume, des concept-arts, des scripts leakés, beaucoup de choses ont mis en branle un projet qui avait tout pour capoter. Schnepp a eu la bonne idée de partir à la recherche de la vérité, aux origines du projet jusqu’à l’explication de l’abandon du projet. Après un long travail de recherche, Schnepp a pu proposer un documentaire riche en documents et en intervenants. Tim Burton, le producteur Jon Peters, Kevin Smith, premier scénariste du projet et la plupart des responsables des effets spéciaux et de la production design ont joué le jeu.

Pendant 1h30, nous allons écouté ceux qui semblent chercher le coupable d’un projet maudit. Tout semble partir sur de très bons auspices même si, comme dans tout projet, les choix artistiques peuvent rebuter. Bizarrement, pas excès de confiance et d’excitation, la pré-production prendra une dimension folle avec beaucoup d’artistes au travail, beaucoup trop même. Sans que le budget soit décidé, sans que la production ne soit officiellement lancé, les artistes proposent de plsu en plus de projets originaux et dantesques. Tim Burton, en charge du projet, met sa patte. Personne ne semble se dire que le projet se perd dans trop de recherche et développement. Le personnage Superman est tellement mal mené, mal compris, désireux de se faire (re)connaitre auprès du grand public qu’il devient un monstre de Frankenstein. Chacun y met sa pièce.

Si les entretiens sont bien menés, Schnepp est constamment à l’image, à côté de ses intervenants, hochant la tête à chaque phrase. Pesant. Mais il a réussi le coup de réunir les bons artisans de ce projet mort-né. Le producteur Jon Peters a pu enfin contredire ce qu’on pensait comme légende acquise : non il n’a pas demandé que Superman ne vole pas. Il est dit que Peters ne voulait ni costume, ni vol et que le boss final soit une araignée géante. Cette idée saugrenue a lentement mijoté, évolué pour se transformer en Brainiac version arachnide. Superman Lives enterré, nous avons pu retrouver l’araignée géante dans… Wild Wild West avec Will Smith, le projet qui a coûté 160 millions à la Warner et qui a presque précipité Superman Lives dans le cercueil.

On regrette que le documentaire attende une bonne heure pour aborder les sujets qui fâchent. Les réponses sont encore assez floues et les fautifs ne sont toujours pas trouvés. On parle de trop gros budget, on botte en touche quand on parle du casting. D’ailleurs on mentionne Nicolas Cage mais rien sur qui aurait joué Lois Lane entre Sandra Bullock et Courtney Cox alors que le tournage était imminent. Pas un mot. Heureusement, certains documents, restés confidentiels à l’époque, ressortent et on voit que certains acteurs des années 90 étaient sur la A-list. Christopher Walken était pressenti pour Brainiac, Chris Rock en Jimmy Olsen…

Le gros point positif de The Death Of Superman Lives : what happened ? est qu’il rend quasi justice à Nicolas Cage en Superman. Longtemps décrié, longtemps mis au pilori pour une ou deux photos. Le documentaire revient sur deux points : l’historique de cette photo prise au mauvais moment, et sur les photoshoots d’essayage. Non Nicolas Cage n’aurait pas été le pire choix vu la direction prise. Oui, le costume était plutôt pas mal.

The Death Of Superman Lives : what happened ? est un must-have mais il reste encore quelques points obscurs (casting, scénario). Malgré toutes les versions écrites, on ne sait pas trop les tenants et aboutissants du script final. Kevin Smith arrive à fournir quelques idées et il est intéressant de se rendre compte que la production a été chaotique et que les personnes mis en marge du projet restées vraiment amères. Maintenant, il reste à parler du Superman FlyBy de J.J. Abrams et des essayages costumes de Henry Cavill de l’époque.

PDwjnm5