Deux ans après l’immense Crimson Peak, Guillermo Del Toro revient prouver qu’il est toujours le maître incontestable du cinéma fantastique avec un nouveau film de monstre, The Shape Of Water.

Celui-ci, c’est une véritable attente ! Le cinéaste mexicain n’en finit pas, année après année, de surprendre son monde avec des succès (rarement commerciaux) publics toujours plus importants. Ici, Del Toro est en terrain conquis puisqu’il traite de nouveau de la place du Monstre dans notre monde contemporain et comment, malgré son aspect repoussant, il peut-être plus humain que l’humain lui-même. Pour cette fois, il place The Shape of Water en pleine guerre froide, où des scientifiques pas forcément bien intentionnés étudient un monstre né d’une de leurs expériences. Très vite, une jeune femme muette et donc elle aussi ostracisée sympathise avec lui, et découvre que le monstre n’est pas forcément celui qu’on pense …

Visuellement, Del Toro n’a pas l’air de prendre trop de risques puisque malgré l’ambiance plus moderne de The Shape of Water, il utilise son même sens ahurissant des couleurs pour rendre l’atmosphère moins terne, comme il avait déjà pu le faire sur Crimson Peak. Les plans sont larges et beaux, le film déclenche déjà par minuscules extraits ce sentiment de mystère indéfinissable qu’on connaît au réalisateur du Labyrinthe de Pan et le propos a l’air très frais dans un cinéma fantastique centré pour beaucoup sur la peur du montre plutôt que sur sa compréhension. Reste à voir si le film tient sur la longueur mais, franchement, on est pas trop inquiets.

Sortie en France le 17 janvier 2018 !

AMD