Le compte à rebours a commencé : Game of Thrones a entamé ses treize (sic) derniers épisodes, avant de tirer sa révérence. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le bouquet final s’annonce particulièrement corsé. Retour sur le season premiere de la saison 7.

ATTENTION SPOILER SUR TOUT GAME OF THRONES. LECTURE A VOS RISQUES ET PERILS.

Résumer Game of Thrones devient chaque fois plus difficile, alors on tentera un retour rapide sur les événements : à Port-Réal, Cersei a tout fait sauter, tandis que Tommen s’est suicidé, la laissant seule avec son frère/amant Jaime. Au Nord, Winterfell a été reprise, et Sansa a rejoint Jon à Châteaunoir pour la revanche du Nord. Daenerys a fait étalage de sa puissance et vole vers Westeros. Arya Stark continue sa vendetta personnelle, Samwell étudie à la Citadelle, et Bran continue sa quête mystique, sans oublier l’arrivée future des Marcheurs Blancs. Mais désormais, les Lannister sont désespérément seuls face aux menaces aux quatre coins du royaume : Daenerys est arrivée à Peyredragon et va commencer sa reconquête ; Jon soulève et forme une armée du Nord, qui l’a proclamé roi. A cela s’ajoute la menace des Autres, contre laquelle une solution se présente : Samwell découvre que le verredragon est foison sous  les terres de Peyredragon…

©HBO

L’hiver est là, et avec lui, son lot de nouveaux enseignements, apprentissages, réajustements tactiques, compromissions, ironies, et de… morts. La scène introductive (l’une des rares pré-génériques, ce qui renforce sa symbolique), qui voit Arya prendre les traits de Walder Frey pour exterminer tous les Frey qui ont participé aux Noces Pourpres, rappelle bien que chacun des treize (double sic) épisodes restants vont être autant de pierres méticuleusement posées pour préparer la conclusion de la série-fresque. Et cela se fera dans le sang et l’intérêt, ou ne se fera pas. L’épisode énonce d’ailleurs combien intérêt et sang forment un douloureux alliage, et les conceptions quant audit alliage varient. C’est tout l’affrontement entre Jon Snow et Sansa Stark : tandis que Jon choisit d’épargner les enfants Karstark et Omble sous le prétexte qu’ils ne sont pas responsables de la bêtise de leurs parents ralliés à Ramsay, dans le souci de rassembler tout le Nord, Sansa souhaitait, elle, faire main basse sur les possessions des deux familles, écarter celles-ci, et récompenser les soutiens loyaux, rappelant les erreurs passées de Ned et Robb. Tout en s’accordant sur le fait que la loyauté doit être récompensée, et la trahison punie de mort. C’est dire combien chaque décision compte et combien il faut jouer serré pour survivre et persévérer dans ce monde impitoyable. Surtout quand la menace vient de toutes parts, autre bisbille entre les deux personnages, l’un étant obsédé par les Marcheurs Blancs, l’autre par Cersei, leurs chemins leur ayant montré des expériences totalement différentes. Tout cela pour revenir à une question fondamentale : c’est bien d’être souverain des Sept Couronnes, mais encore faut-il que leur gestion ne ressemble pas au fardeau d’Atlas. Même l’amour n’y peut rien : demandez à Jaime et Cersei, qui se fritent sur les actions de cette dernière, qui mène sa rage froide contre ceux qu’elle appelle les “traîtres”, refusant même l’aide des Greyjoy, tandis que son frère/amant tente le pragmatisme en rappelant qu’elle est bien isolée et haïe de tous, pour une reine.

©HBO

Ce que rappelle cette saison, c’est qu’à l’avancée, à la progression de chacun dans les méandres de Westeros, il faut aussi associer la mémoire. Jaime insiste ainsi sur le fait que les Lannister, impulsifs, se sont coupés de bien des soutiens précieux par le passé (Tyrell, Martell, Frey) ; Arya assène, à grands coups de poison dans les verres des Frey, que le “Nord se souvient” ; les Marcheurs Blancs sont constamment remémorés par Jon, qui en fait une “obsession”. Sansa alerte d’ailleurs ce dernier sur les erreurs de Robb et Ned. Et Daenerys, avant d’aller conquérir Port-Réal, passe d’abord par la maison de ses ancêtres, Peyredragon. La mémoire comme memento mori, la mémoire comme survivance, et comme plume de sa propre histoire : chacun veut rester comme le souverain qui aura marqué l’histoire des Sept Couronnes, en vainqueur et non en vaincu. Cela s’incarne surtout dans les enfants, ou en tout cas les ex-enfants : rappelons que Daenerys, Jon, Sansa, Arya, n’avaient qu’une dizaine d’années au début de la série ; aujourd’hui, ils se rappellent de tous les événements passés et choisissent soigneusement sur qui compter (Sansa garde Littlefinger près de lui, Jon pardonne aux Omble et Karstark, Daenerys a Tyrion) afin d’achever pleinement leur maturité. C’est aussi en substance le discours fait à Samwell Tarly par l’archimestre de la Citadelle (coucou Jim Broadbent en guest) : celui-ci sait pertinemment que le jeune apprenti ne ment pas, qu’il sait des choses que même des mestres ne savent pas, mais ce n’est pas pour autant qu’il a la maturité nécessaire pour affronter une telle connaissance et donc accéder à la bibliothèque privée. Aux côtés des émotions brutes, on veut lui inculquer des émotions plus réfléchies, et donc le mettre aux corvées les plus repoussantes de l’édifice, que l’archimestre définit comme un endroit-passeur de mémoire.

©HBO

C’est donc un season premiere de Game of Thrones qui, comme à son habitude, pratique la rupture dans la continuité : chaque saison est l’occasion d’un nouveau chapitre, où toutes les alliances et les tactiques ont été chamboulées par les événements, et oblige à repartir de zéro. Mais cela ne veut pas pour autant dire que ce qu’il s’est passé avant est à effacer, et chaque nouvelle saison de Game of Thrones est un constant rappel à rester sur ses gardes et à avoir une vue d’ensemble ne se réduisant pas à sa propre quête. C’est la saison, probablement, des croyances ébranlées : Jon tente, comme Ned Stark avant lui, de renverser le modèle établi quant à récompense/punition, Arya montre que son savoir Sans-Visage va être très perturbant, Tyrion pourrait bien prendre sa revanche sur sa famille qui n’a jamais cru en lui, les morts, toujours plus puissants, continuent de se soulever… Même Sandor Clegane, athée convaincu, commence à croire à l’existence du Maître de la Lumière, après avoir eu une vision dans un feu de cheminée ! C’est bien, en fait, celui qui saisira au mieux les enjeux de cette saison (ce dont discutent Sansa et Jon et Cersei et Jaime) qui prendra un avantage certain sur la domination politique et idéologique dans Game of Thrones, qui confirme bien son statut de série-tout.

Game of Thrones saison 7, c’est parti pour 7 épisodes, qui paraîtront bien courts. Mais gageons qu’ils seront bien remplis.