Bien accueillie, Riverdale a perdu de sa superbe depuis qu’elle n’est plus un mystery drama.

Sirop d’érable, neige, oreilles rougies, l’épisode 9 est riche en petits détails qui font soupirer alors que dans les grandes lignes, cet épisode fait du surplace.
Du début à la fin de ce chapitre 9, les propositions scénaristiques n’emballent pa et ne surprennent pas. Le rapprochement Cheryl / Archie est d’une banalité sans surprise. ON ne sera nullement sur le cul quand on apprendra qu’Archie est un Blossom à cause d’un égarement de papa Blossom et de maman Andrews mais bon, gardons notre étonnement à la révélation qui arrivera bien un jour.
Le show est devenue assez pauvre en intensité depuis que les parents y trouvent un rôle. En effet, nous en parlions dans plusieurs critiques sur la série (dont l’émission Serial Causeurs), les parents doivent jouer un rôle important dans les teen shows. Mais là, clairement, nous sommes en plein GossipGirl-age avec des intrigues parentales extrêmement rincées et pauvres.

Le mystère autour de la mort de Jason passe au second plan histoire d’épaissir les personnages. C’est tout à fait louable pour donner un peu de longévité et de potentiel de développement aux personnages. Par contre, la série peine à rendre le tout attirant. Les amourettes sont inexistantes (Betty et Jughead ne vendent aucunement du rêve et que dire d’Archie et Val alors que Cheryl vient à peine de réveiller le côté soap), Veronica nous sort une référence pop par épisode et sur-réagit à tout et Archie ne sert absolument à rien en tant qu’ami ou autre. Il ne reste donc plus grand chose pour que la série offre matière à excitation. La mère de Betty et Veronica ont deux scènes de pétage de plomb qui sonnent faux dans un contexte qui n’a pas du tout préparer à cette montée en tension. On ne croit pas en la psychologie de ces personnages qui ont plus d’apprence que de transparence.

L’empire du sirop d’érable nous fait presque sourire dans cet épisode 9 tout comme cet hiver glaciale qui rougit les oreilles des acteurs mais qui semble n’avoir aucun impact sur le look de nos personnages. Veronica et Cheryl portent toujours des micro-jupes inconfortables tandis qu’Archie sort avec son petit gilet et son col en V du plus bel effet.

Si la forme a toujours pris l’avantage sur le fond dans la série, il semble que l’on ne sache pas utiliser cette période de l’année pour en tirer une quelconque ambiance. On aurait aimer voir Riverdale pris dans ce manteau blanc et influer les personnages, utiliser, pourquoi pas, la période de Noël pour offrir un gimmick qui agit beaucoup sur les scénarii des séries… Tant pis. Et ce n’est pas le montage de l’épisode qui semble redorer le blason de ce chapitre. Il y a des scènes qui semblent vraiment couper brusquement comme Cheryl et Val, et Archie /Val en fin d’épisode. En somme, l’épisode est brouillon et comble un fossé virtuel qui nous sépare d’un season finale semble t-il préparé depuis le premier épisode.