Après un The Visit bien accueilli, M. Night Shyamalan semble renouer avec le thriller efficace pour Split. C’était pour nous tromper.

Mais pourquoi ? Au bout des deux heures de Split, voilà la question qui taraude le spectateur. Enfin, attention, le spoiler arrive, ça, c’est si vous n’avez pas vu Incassable. D’ailleurs, si vous l’avez vu, la question sera la même. Pourquoi ? Avec le retour de Bruce « le mec d’Incassable dont on a oublié le nom » Willis dans la scène du générique, Shyamalan éradique le semblant d’intérêt que l’on pouvait avoir pour son Split. Le film n’est donc qu’une suite à Incassable/préquelle à Incassable 2 (qui serait en bonne voie selon son auteur/réalisateur) et cela entache presque le visionnage. L’auteur de ces lignes n’ayant pas vu Incassable, il lui est impossible de le relier dans l’univers super-héroïque créé par Shyamalan et pourtant, à la fin, il lui semble avoir raté quelque chose, il lui manque une pièce du puzzle. Mais ce n’est pas le pire dans cette histoire.

Ce nouvel film de M. Night Shyamalan peine à convaincre véritablement. On s’attend durant 2 heures à un twist qui ne vient jamais (on ne compte pas celui de la scène cachée dans le générique), on s’attend à une performance extraordinaire mais McAvoy en fait huit (comme ses rôles) fois trop pour son propre bien comme nos yeux et il y a comme une impression de déjà-vu et de manque d’originalité qui parvient à saper l’enthousiasme de se retrouver devant un Shyamalan. Après un retour malin avec The Visit, il est presque dommage de le voir se planter avec un film moyen, à la réalisation terne, qui n’est pas ce qu’il prétend être (à savoir un film à part entière et non une sous-histoire tiré de l’univers d’Incassable).

split

©DR

Il est difficile de dissocier le film de sa fin surprise et cela rend encore plus compliqué de donner une critique juste de ce que veut faire passer comme message M. Night. Cette micro-scène avec Bruce et la fin ouverte, qui appelle à plus, ne donne le sentiment que d’une longue et tortueuse introduction. On en ressort forcément frustré, un peu étonné ou carrément enthousiasmé si on a vu/aimé Incassable. Les autres spectateurs de la séance étaient comme des fous sur leurs sièges…ou presque. On peut vraiment se demander ce que voulait vraiment accomplir le réalisateur avec ce film…Quelle est sa finalité ? Veut-il retourner à une carrière pleine de succès en donnant une pseudo suite à un de ses succès sans pour autant y parvenir vraiment ? Tâte-t-il le terrain pour savoir si c’est une bonne idée ? Tout ça parce qu’il est paralysé par la peur de proposer de nouvelles idées qui finiront en échecs cuisants ? Les réponses sont clairement oui et ça prouve aussi, malgré tout l’amour que Shyamalan semble porter à Split que ce film n’est pas considéré comme une œuvre unique et forte.

D’ailleurs, on ne retient pas grand-chose de ce film à part que l’actrice qui joue la jeune fille kidnappée aime tourner dans les films fantastiques (on a vu Anya Taylor-Joy dans The Witch et Morgane) et qu’on a perdu James McAvoy…Sa prestation est du même calibre que celle dans Docteur Frankenstein. Il s’éclate, ça se voit et ça se ressent mais trop, c’est trop. Pour ce qui est de M. Night Shyamalan, on va arrêter de croire qu’il peut revenir. Il a tout donné en début de carrière et depuis, c’est la catastrophe donc Split et sa fin dont tout le monde va parler est à oublier, que vous ayez vu ou non Incassable.

 

Stéphane B. des Plumes Asthmatiques.