Paris Manga effectuait sa 22e édition durant, fait exceptionnel, 3 jours, du 4 au 6 novembre. Le signe le plus symbolique d’une édition qui a rehaussé le niveau.

On avait été assez en colère, lors de la 21e édition, par le peu de contenu proposé, tournant globalement autour d’un seul invité majeur (Christopher Lloyd), qui ne faisait que mettre plus en relief les défauts inhérents à ce type de salon. On a ainsi été bien rassurés par cette édition suivante, qui a mis bien plus de moyens en oeuvre pour que chacun y trouve son compte. La seule chose que l’on espère, c’est que Paris Manga ne se donne pas à fond seulement pour l’édition d’octobre/novembre, désormais, mais mette aussi le paquet sur février. Premier point donc : le nombre de jours. Clairement, il y avait gros qui était parié sur cette 22e édition, et les organisateurs n’ont pas hésité à ajouter un jour supplémentaire de festivités. Outre quelques animations de plus, cela permet à ceux ne pouvant se libérer le week-end de venir en sortant du boulot, ou bien de se prendre un congé pour profiter d’un long week-end agrémenté d’un passage au salon, et, chose plus appréciable encore, de déambuler dans Paris Manga avec clairement moins de monde qu’un samedi ou dimanche, ce qui n’en est que plus appréciable. La forme, déjà, est satisfaisante, et permet aux fans de diversifier leurs envies, le tout au même prix (12 euros).

@Comicbox.com

@Comicbox.com

Le vendredi présentait d’ailleurs un intérêt, et tournait beaucoup autour de lui : Charles Dance. L’acteur britannique, bien connu pour son rôle de Tywin Lannister dans Game of Thrones, et qui a une carrière aussi fascinante que pléthorique, était présent uniquement le vendredi et s’est prêté avec bonhomie au jeu des photos et des autographes, le tout dans une forme étonnante pour un homme qui ne fait pas ses 70 ans. Ce fut en tout cas l’occasion d’une sympathique conférence sur Game of Thrones, aux côtés d’Ellie Kendrick (Meera Reed) et Keisha Castle-Hughes (Obara Sand). Du reste, par la suite, son absence lors des deux autres jours de la convention est presque passée inaperçue, tant il a rempli son office avant de laisser la place à d’autres invités, au premier rang desquels Christian Slater, le Mr Robot de la série du même nom, ainsi qu’à ses deux collègues de Game of Thrones précédemment mentionnées, mais aussi à Stanislav Ianevski (qui campait Viktor Krum dans Harry Potter mais est méconnaissable aujourd’hui sous sa barbe et ses cheveux) ou à Steve Cardenas (Power Rangers). Si bien qu’il y en avait vraiment pour tous les goûts lors de cette édition, qui s’est démenée pour proposer de belles rencontres (rappelons que Ron Perlman a décommandé il y a plusieurs semaines pour raisons professionnelles, ainsi que Christophe Lambert, mais pour raisons inconnues). On a ainsi vu un staff efficace se dépouiller pour bien gérer cette Paris Manga : mention spéciale d’ailleurs aux responsables des interviews, qui se sont donnés pour que nous obtenions quelques minutes avec Ellie Kendrick alors que ce n’était pas gagné avec les agents ! (Interview disponible sur le site dans la semaine).

@Comicbox.com

@Comicbox.com

Le seul regret qu’on peut avoir côté invités, dans une optique plus globale, est l’absence de Youtubeurs de renom d’une part (à part BobLennon, qui vient à chaque fois et n’est donc plus une surprise, seuls des Youtubeurs peu connus étaient présents, à moins d’être un vrai spécialiste), et d’acteurs de doublage d’autre part, dont le nombre était assez faible. Au niveau du contenu en lui-même, on a d’abord, eu le sentiment que cette Paris Manga optimisait mieux l’espace, car il nous a semblé plus facile d’y circuler. Le plan de salle était clair, et on se repérait assez facilement. On a ainsi pu facilement déambuler entre les boutiques, repérer aisément l’artist alley ou bien les scènes de conférences et de défilés. Un sujet est souvent revenu : Star Wars. Outre les fameuses associations spécialisés dans le cosplay et qui viennent montrer leurs créations (comme la 501e légion et ses Stormtroopers, Empereur, Jango Fett plus vrais que nature), ou bien les fans déguisés (la vague Star Wars 7, en attendant Rogue One ?), on a ainsi pu tester une sorte d’application, Planète Star Wars, en réalité virtuelle, pour un résultat saisissant ! Immersive comme pas deux, cette mini-histoire qui fait de nous un apprenti de Luke Skywalker permet, musique à l’appui, de faire nos preuves comme Padawan alors que des Stormtroopers s’attaquent à notre lieu de villégiature. Très bien organisé, notamment niveau horaires, ce stand a pu faire profiter bien des heureux.

@Comicbox.com

@Comicbox.com

Autrement, il était bien agréable de pouvoir tester de nouveaux jeux comme PES 2017 ou Uncharted, d’assister à un combat de catch, de voir défiler les cosplays, d’avoir des bornes de jeu à plusieurs de Super Smash Bros ou de Splatoon, et on a vraiment eu le sentiment de pouvoir prendre son temps sans jamais être happé par la queue. Déception, toutefois, de ne pas avoir vu le stand de Geekmemore.com, où se succèdent souvent les stars du web. Mais pour parer à son absence, était présent lors de ce salon le photocall de MissMurder Photography, qui permettait, moyennant quelques euros, d’avoir une photo dédicacée avec un des invités, qu’il soit web-série, youtubeur, ou comédien de doublage, ce qui évitait de longues files et permettait de faire des heureux pour un montant somme toute très abordable. A ce sujet financier, nous sommes désormais pleinement habitués aux tarifs prohibitifs pour les dédicaces/photos des acteurs (50 euros pour Christian Slater tout de même), ou encore pour se restaurer sur place ou bien simplement pour repartir avec des souvenirs. Il ne s’agit pas ici de tirer encore et toujours sur l’ambulance, mais on finit par se rendre à l’évidence et à concevoir qu’aujourd’hui, il faut s’adapter à ces prix, en des temps économiques difficiles, pour repartir avec un maximum d’enthousiasme et un minimum de regrets (et se dire que les prix sont encore plus hauts outre-Manche et outre-Atlantique). L’ambiance est sauve, et c’est peut-être le plus important.

Une édition tout à fait satisfaisante, donc, et on espère que la suite sera toute aussi bonne ! A dans quelques mois pour le prochain opus !