T’es sûr qu’on parle de ça, de Blair Witch  ? Je le sens pas… j’ai carrément un mauvais pressentiment. La caméra tourne là ?! Bon… J’espère qu’on y survivra, à celui là.

Nullywood

« Salut tout le monde, c’est AMD et aujourd’hui on va se balader ensemble dans la forêt des clichés, le marais des super concepts mal exploités, la maison hantée ultra maudite du jeu d’acteur approximatif. Le voyage promet d’être long, long comme le visionnage des 1h30 (même pas !) du film d’Adam Wingard (The Guest, You’re next, V/H/S), un nouveau Blair Witch. Un nouveau Blair Witch ! La promotion de dingue que le film a connu (on vous en parle ici), la hype qui montait petit à petit, l’efficacité relative des teaser au fur et à mesure que la sortie tant attendue approchait : c’est pour toutes ces raisons que l’aventurier de l’extrême que je suis, le mec qui va voir Indy 4 et Psychose 2 (et qui aime ça, en plus) est allé voir avec fièvre et volonté de hurler ce Blair Witch. DAY ONE ! Le matin en plus, on était 2 dans la salle, sachant qu’à la séance précédente personne n’est sorti de la salle. Alors on peut dire que personne n’y est entré si vous voulez, mais la vérité est plus troublante : personne n’en est revenu. Moi même j’ai perdu une partie de mon âme dans la salle. Je voulais hurler, et j’ai hurlé, croyez moi.

D’abord, le film commence par le nom des producteurs qui s’affiche. Je crois bien que c’est LionsGate. Alors je sais qu’ils le font tous, mais si les producteurs pouvaient comprendre que, si le film est supposé être RETROUVÉ (oui parce que c’est du found footage hein) et donc tourné par les victimes de la sorcière, du tueur, du visionnage d’Elektra, c’est pas cohérent une seconde qu’on ait le noms des producteurs au début ! Ou alors LionsGate c’est la sorcière ! C’est le genre de trucs tout bête qui me sort du film dès les premières secondes et qui me fait partir avec un très mauvais avant-goût. Mais bon, la version DVD du film original (que j’ai revu après pour me laver les yeux) le faisait aussi, alors on peut dire que, dans un monde où on en a rien à faire de la plus petite cohérence, ça passe.

Enfin ça passerait si le film faisait un effort. Et quand je dis un effort, je veux dire un tout petit : déjà il s’est épargné des difficultés en tournant en caméra à l’épaule le bon Wingard (Mad Movies disait déjà du film original qu’il était super bon parce qu’il arrivait à faire peur « en filmant des feuilles de manière approximative »… sauf que dans le cru 2016 c’est même plus approximatif parce qu’on les voit pas, les feuilles), et de la fainéantise à ce niveau là franchement c’est de l’art parce que le film n’a aucune scène choc. Enfin si, j’avoue, y a une bonne idée : ils utilisent un drone. Mais seulement pour qu’on voit en hauteur comme la forêt elle est grande, en deux secondes et sans aucun intérêt horrifique. Comme la caméra qui tourne dans Paranormal Activity 3. Blair Witch, ça se résume à entendre des petits jeunes crier des grossièretés PG-13 en courant parce qu’on entend des bruits de pas et des rires dans la forêt (je veux dire, dans l’original c’était ça aussi mais les bruits était hyper surnaturels, là c’est même pas créent j’entends la même chose dans mon appart à 3h du matin), et en plus ils sont mal filmés. Vraiment très mal, à certains moments dans le film je ne pouvais plus distinguer quel personnage était poursuivi (ouais parce qu’en plus ils se séparent, hein) et lequel l’attendait à la tente.

blair witch

Enfin le fait que je pouvais pas distinguer vient sans doute du fait que j’étais en train de sacrifier mon siège à Satan pour que le bruit infernal s’arrête. Oui parce qu’il faut qu’on en parle de ça aussi, non seulement le film n’a aucun intérêt à l’image mais en plus il arrive à être désagréable à l’écoute ! Je sais que le MK2 Bilbio est connu pour ses salles hyper sonorisées (à tel point que dans mon souvenir, Les Chroniques de Spiderwick était plein de screamers, alors que c’était juste des types qui claquaient des portes), mais là le film gueule comme c’est pas possible. Comme on voit rien du tout de la menace, l’idée du film est de la suggérer, on a compris. Il nous met une ou deux images gores pour tenir en haleine (j’ai toujours pas compris ce qu’elle avait dans le pied comme furoncle alien dégueulasse la fille mais je suis quasiment sûr que je m’en fous et que ça n’avait rien à faire dans le film), mais sinon ils nous montre RIEN. Et il prétend suggérer en nous montrant des protagonistes soit stupides soit patibulaires soit qui meurent dans le film courir en hurlant contre un truc hors champ donc on arrive pas à savoir si il fait du bruit ou si c’est le bouzin des victimes. Comme concept horrifique c’est un peu light, alors forcément faut remplir un peu le film pour donner l’illusion au spectateur que l’arrivée à la fin dans la maison du premier film n’est pas un deux ex machina putassier. Est ce que ça marche ?

Non ! Et si vous avez pensé oui, c’est que vous êtes comme moi : bienveillant, faible, avec envie d’aimer le film, comme moi malgré cette souffrance vous ne seriez pas parti de la salle et vous seriez même RESTÉ, en disant que, quand même, y a une ou deux bonnes idées. Oui parce qu’il sait retenir son spectateur par le slip, Adam Wingard. Personnellement c’était hors de question que je sorte de la salle tant que j’avais pas vu l’utilité du drone, et c’est vrai que l’idée scénaristique d’offrir plusieurs cercles temporels en fonction des personnages m’a aussi aidé à m’accrocher. En gros, ils sont plusieurs dans la forêt et se séparent donc, et certains (ceux qu’on suit, c’est plus facile à montrer) ne sont là que depuis quelques heures et d’autres ont l’air d’être la depuis des semaines quand ils réapparaissent alors qu’ils sont tous dans le bois depuis le même laps de temps ! Ça, j’avoue que ça m’a plu, coup de chance comme le drone. Et du coup ça a donné quelque chose de bien au final ? NON.

Vraiment, non. Et là pardon mais je vais raconter la fin parce que c’est juste pas possible de pas possible et croyez moi, j’en suis arrivé à regretter Ouija. Franchement, j’aurais préféré que le film continue à ne rien raconter jusqu’à la fin plutôt de s’embarrasser avec ces idées. ATTENTION SPOILERS En gros, les protagonistes (j’en ai pas parlé mais y a rien à en dire, c’est clichetonne d’ado cinephile et ses copains qui ont toutes les raisons scénaristiques les plus mauvaises du monde pour l’accompagner) y allaient à la base parce que l’un d’eux cherchait sa sœur, une des victimes du premier film. On a retrouvé une cassette vidéo et il est persuadé que la personne qu’on voit dans un miroir durant le visionnage c’est sa sœur. Du coup fatalement, quand ils arrivent dans la maison, on comprend, entre deux hurlements pachydermiques, que la maison est dans une boucle temporelle et qu’en fait la personne qu’on voit dans le miroir c’est une des protagonistes de ce nouveau film. Et donc la sorcière manipule sans doute le temps et évidemment au final on se retrouve avec des types de dos comme dans l’original sauf que l’un d’eux est suffisamment stupide pour se retourner et donc se faire bouffer. Le film s’autorise un mindfuck incroyable alors qu’on attendait rien de lui ! Quand on ne sait pas comment finir un film on peut pas faire n’importe quoi, mais là à ce niveau c’est « viens on fait d’une idée sympa du film toute sa raison d’être, peu importe à quel point c’est mal amené et incompréhensible pour le spectateur ». Et en plus il se permet de montrer la sorcière. Ou alors j’ai rêvé, j’ai entendu personne en parler sur la blogo mais j’ai clairement vu un plan sur une silhouette numérique pas très belle qui hurle et qui a de longs cheveux noirs. Est ce que je le reverrai pour vérifier ? NON.

blair witch

_DSC0963.ARW

C’est juste pas possible. Vraiment, je suis pas du genre à dire que le cinéma d’horreur va mal parce que pour moi il est encore à même de générer des classiques (Paranormal Activity 1, la Dame en noir, Devil’s Rejects) et même d’excellentes choses niveau remake (Halloween par Zombie en tête. Mais c’est faire du mal au genre et au found footage de faire un film quand on a aucune idée qui tienne la route, et cette manière de filmer n’est pas une excuse suffisante pour justifier ce manque total de créativité. On entend que Wingard s’est inspiré d’Evil Dead pour son film, alors que le film de Sam Raimi était la perle la plus inventive du genre horrifique jusqu’à son second volet encore plus génial. Là on a un troisième volet paresseux et sans aucun intérêt qui fait miroiter de grands choses avec une marque balisée et reconnue comme tous comme un chef d’œuvre, « le Projet Blair Witch. »

Bon bah ca y est j’ai fini. C’était moins vivant et flippant que je pensais ! Tu penses que ça passe quand même ? Au pire on met un « SmallThings présente » au début et on dit que depuis le début j’étais en train de rêver et que le film je l’ai pas vu. Mais non, c’est pas une bonne idée …

AMD