Série culte dans le vrai sens du terme, connue de presque tous, nom passé dans le langage courant, gimmicks reconnaissable, MacGyver connait un remake des plus dispensables.

Lourdement handicapé par un enthousiasme quasi absent, MacGyver a fait son retour ce vendredi sur CBS, chaîne des séries policières.
Entre 1985 et 1992, 139 épisodes de MacGyver nous ont passionnés. Ce génie du bricolage, adepte de la non-violence nous apprenait mille choses et toujours avec une décontraction légendaire. Richard Dean Anderson avait réussi à incarner parfaitement ce personnage. Aujourd’hui, c’est Lucas Till (X-Men dans le rôle de Havok)qui endosse les cheveux d’Angus MacGyver après… Jared Padalecki qui avait osé jouer dans un pilote en 2003. Partageant la même fascination pour les cheveux longs, Jared et Lucas ne sont pas des mauvais choix. Tout le casting de ce remake est plutôt efficace. Lucas Till fait le nécessaire pour être crédible dans l’action et la réflexion. George Eads, échappé de CSI et de quelques kilos en trop, s’en donne à coeur joie et semble très à l’aise dans son rôle de sidekick. Le hic est qu’il joue Jack Dalton, sidekick maladroit et menteur dans l’original et totalement opposé dans ce remake. Baraqué armé et prêt à l’action, ce jack Dalton fait perdre beaucoup de personnalité au personnage d’origine. Côté personnage issu de l’original, Pete Thorton, patron de macGyver devient Patricia Thornton, jouée par Sandrine Holt (House of Cards), sans passion et sans originalité.
Revenons au personnage de MacGyver qui perd toute subtilité. Canif, prénom, ingéniosité, tout est explicité en dix minutes. n’ayant plus trop de respect pour l’oeuvre original, nous avons face à nous, une bête série d’action policière avec comme base une série connue. De là, à dire que le projet n’a rien pour lui… Si on ajoute que le meilleur pote de MacGyver est un black rigolo à la gouaille façon Chris Tucker, la messe est dite.
Il est dommage que Addison Timlin (Califorication) ait été recastée, elle aurait fait un beau duo avec Lucas Till.

macgyver

Ce premier épisode réalisé par James Wan (Conjuring, Fast 7) n’est en rien une réussite formelle. On ne connaît rien du pilote original mais les reshootings ne sont pas des plus effarants. James Wan apporte un poil d’originalité dans une ou deux scènes mais il semble très académique. Les dix premières minutes font beaucoup dans le déjà-vu et le m’as-tu-vu avec une voix-off explicative, des inserts graphiques à l’écran qui nous montrent les bricolages de MacGyver, les dialogues à la « chien et chat » lourdeaux  et des rebondissements peu surprenants. Il reste tout de même un cast attachant comme dit plus haut et une énergie assez communicative. Mais ça ne suffit pas pour en faire une série à l’identité propre. Le nom MacGyver n’est pas encore sali mais peut-être qu’une annulation rapide fera oublier le projet. Si la série dure autant que Hawaï Five-O, on saura faire la différence entre la vraie et la fausse comme on pourra dire dans les conversations avinées. D’ailleurs le générique de la série reprend les premières nots cultes de l’original pour ensuite nous servir une soupe loin de l’hymne rythmée que l’on connait. Même l’explosion de fin est d’époque 🙂