Dans les épisodes précédents, nous avions assisté à la rencontre de Futur Trunks avec le Gohan du présent. Et c’était consternant. Craignos. Vraiment nul. Nous nous sommes donc éloignés un temps de Dragon Ball pour prendre des vacances et nous en remettre. Mais heureusement, les épisodes suivants sont bien meilleurs et ratrappent cette infamie sur toute la ligne. Et nous en savons plus sur… Zamasu, celui qui semble être l’éminence grise de Black.

Tout d’abord, et c’est une bonne surprise, les épisodes qui vont du 53e au 56e étaient tous vraiment bons. Pas parfaits, parce que le dessin est toujours aussi mauvais par moments. Mais les rebondissements s’enchaînent et finissent même en apogée avec les épisodes 55 et 56. Commençons donc.

Episode 53 : Beerus et Whis décident d’en avoir le cœur net et se rendent dans l’univers 10, là où ils pensent retrouver Zamasu. Il s’agit d’un jeune Kaioshin qui possède la même aura que Black, selon eux. Goku part avec eux afin de se battre contre Zamasu et tester sa force. Nous faisons enfin la connaissance avec un personnage très peu esquissé jusqu’à maintenant, simplement relégué à une image dans le générique. Il est très silencieux, voulant toujours faire bien… mais il voue une aversion complète envers les humains. Il méprise aussi souverainement les Saiyans, qu’il considère comme frustres et tout juste faits pour se battre. Il a même du mal à contrôler sa colère contre Goku, et le pire c’est que le spectateur finit par penser comme lui. En effet, le Goku de Dragon Ball Super est vraiment agaçant par moments, plus idiot qu’innocent, et plus débile que gentil. Hum. On comprend mieux la déchéance de Gohan. Quoiqu’il en soit, Beerus et Whis sont amenés à la conclusion que Zamasu n’est pas Black, car il est aisément battu par Goku. MAIS. Et il s’agit d’un « «mais » de taille. Nous sommes dans une fiction basée sur les voyages dans le temps. Et peut-être, et c’est même une certitude, que Zamasu utilisera l’anneau du temps que possède tout Kaioshin, pour aller dans le futur et apprendre à devenir de plus en plus fort, PARCE QU’IL A RENCONTRE GOKU justement ! Sans le savoir, Beerus et Whis viennent d’initier une boucle temporelle, permettant à Zamasu de connaître Goku et de réaliser à quel point il est fort. Et lui donnant certainement envie d’utiliser Goku pour le transformer en « Black ».

 

 dragon ball super

Episode 54 : Cet épisode était vraiment réussi au niveau du scénario. Déjà, nous nous focalisons bien plus sur Futur Trunks, son entraînement, et ses liens qui l’unissent à son père Vegeta. Et c’était bien amené. Rien de ridicule, pas de blagues abrutissantes pour amuser la galerie. Tout était sérieux, dans le ton qui convient à Trunks. Vegeta dit même à son fils qu’il n’est pas digne d’être un Saiyan s’il ne s’entraîne pas. Ce qui représente le cœur même de la série. Mais il y a plus important encore. Lorsque Trunks se résigne face à son père trop fort pour lui, ( il est encore incapable d’atteindre le Super Saiyan Blue ), Vegeta le gronde en lui disant que Trunks doit pouvoir contrer ses ennemis lui-même, même lorsque Goku et Vegeta ne seront plus là ! ENFINNNNNNNNNNNNNNNNN ça a été dit ! Le moment que tout bon fan de Dragon Ball Z attendait ! Il n’y a pas que Goku et Vegeta dans la vie, faut bien en laisser un peu pour la génération d’après, non ? C’est toujours les mêmes qui se battent ! Si seulement on avait pu secouer Gohan de la même manière, ç’aurait été bien. Il faudrait payer Vegeta pour qu’il entraîne Gohan d’ailleurs. Il n’aurait pas été la serpillière qu’il est aujourd’hui, ça c’est sûr !

 

maxresdefault (1)

 

Toujours dans l’épisode 54, nous assistons à un changement de cap chez Zamasu. Ce dernier méprise toujours autant les humains, mais par ailleurs, il est de plus en plus fasciné par la force de Goku. Son maître, Gawasu, a beau lui préciser que les dieux eux-mêmes ont besoin des humains, et qu’il est toujours très intéressant de les observer de loin, Zamasu n’est pas du même avis. Selon lui, l’humanité est une tare qu’il faut éradiquer, indigne d’atteindre la sagesse et la perfection des dieux. La tension monte lorsque Gawasu emmène Zamasu sur la planète Babari pour observer des humanoïdes. Les jugeant grotesques et violents, Zamasu ne voit rien de positif en eux, et il doit se contenter de ronger son frein en attendant.

dragon ball super

Episode 55 : Cet épisode était à moitié un genre de filler, car le dieu de tous les univers, alias Zeno-sama, souhaite voir Goku. Il semble s’être attaché à lui depuis le tournoi inter-univers. Evidemment, Beerus a très peur de décevoir le Roi de Tout, sachant qu’il pourrait tout détruire si c’était le cas. Et là, nous apprenons une information de grande importance, de la part de Whis : tout dieu de la destruction est lié à un Kaioshin. Pour tuer Beerus, il faut tuer le Kaioshin ! Beerus n’est pas très content que Goku apprenne une chose aussi capitale ! Quoiqu’il en soit, il rencontre Zeno-sama par le biais du Kaioshin déjà rencontré dans la saga Buu. Tout le monde a peur de lui, sauf Goku. Et la scène où Zeno veut jouer avec le Saiyan était étonnamment touchante et très mignonne. Rien n’était niais ou inutile, ce qui est très rare concernant Dragon Ball Super… Goku est pressé et promet de revenir, cette fois-ci accompagné d’un ami pour Zeno.

 

dragon ball super

Toujours dans l’épisode 55, nous assistons à la lente dérive de Zamasu dans le côté obscur de la force. Exaspéré par la violence et la bêtise des habitants de Babari, il ose intervenir sans autorisation et se met même à tuer pour la première fois. Si Gawasu représente le dieu bienveillant et détaché, Zamasu se meut petit à petit en un ange destructeur. Cette évolution des personnages est étonnamment profonde pour un univers comme Dragon Ball Z. Il n’y a plus rien de manichéen, ce qui n’était jamais arrivé chez les méchants de la série. Car Zamasu CROIT faire le bien. Le monde serait bien plus parfait sans les humains, pense-t-il. Ce n’est pas qu’il a l’air méchant, c’est juste qu’il est trop perfectionniste. La tension est à son comble et on peut sentir qu’il devient de plus en plus dangereux et déterminé. On devine la suite.

dragon ball super

Episode 56 : Nous entrons enfin dans le vif du sujet avec Goku, Vegeta et Futur Trunks qui retournent dans le futur, grâce à la Machine à voyager dans le temps. Sur place, Goku et Vegeta découvrent la population locale, réfugiée dans un métro souterrain. Ces moments étaient vraiment touchants et bien réalisés, quand on connaît la gravité de la situation. Il n’y a plus qu’une poignée de survivants. Et Trunks retrouve enfin Mai, blessée mais vivante ! Vegeta réconforte tout le monde en apportant un festin à manger ( cadeau de Bulma ) et on découvre aussi que Yajirobé est toujours en vie. Le dessin est hélas très mauvais par moments, ( comme toujours ) mais c’était la catastrophe dans cette scène avec Yajirobé. Ils auraient dû plus recruter de dessinateurs durant les vacances.

 

dragon ball super

Le combat commence enfin entre Black et Vegeta. Mais ce dernier se fait poignarder direct du tranchant de sa main, ce qui était déjà une attaque de Zamasu visionnée dans l’épisode 55. Horreur : Black est bien plus fort et même le Super Saiyan Blue n’y change rien. Black dévoile aussi sa nouvelle transformation, en Super Saiyan Rosé. Oui, Rosé. Autant les transformations en Saiyan doré, rouge ou bleu étaient spectaculaires, autant la couleur rose… J’ai fait un blocage, je n’ai pas trop aimé. Même si le personnage de Black est vraiment génial de bout en bout, je ne comprends pas ce choix de couleur. Et après le rosé, ce sera un Saiyan Champagne, un Saiyan Whisky, un Saiyan Rouge Bordeaux pendant qu’on y est ? hihi. Les paris sont lancés !

dragon ball super

L’épisode 56 se termine sur un cliffhanger qui nous laisse tellement bouche bée que notre mâchoire tombe par terre. Zamasu débarque. Oui, il débarque. Et il N’EST PAS Black !!! Ça se complique carrément pour expliquer qui est ce double de Goku au final. Le mystère s’épaissit et aucune explication n’est encore possible. Pour notre plus grand bonheur.

dragon ball super

Episode 57 : Vegeta mis hors de combat ( mais ça va, il respire encore ) Goku se bat contre Black tandis que Trunks réussit à empaller Zamasu de son épée. Mais inutilement. Ce dernier cicatrise aussitôt de ses blessures… à la manière de Cell. Zamasu finit par expliquer qu’il est devenu un dieu immortel et que plus rien ne peut l’affecter. Détestant toujours les humains comme la peste, il n’a d’yeux que pour son monde parfait et sa volonté totalitaire de destruction. Il précise aussi que « Black est son âme sœur », ce qui ajoute encore plus de confusion. C’est à se demander si Black n’est pas la marionnette de Zamasu, quelque part. Et Black est totalement invincible de même, son corps de Saiyan devenant toujours plus fort face à la douleur. Goku et Trunks sont dans de beaux draps et suite à beaucoup de péripéties, ils doivent retourner dans le passé et sauver Vegeta. Ce dernier est décidément maudit au niveau des combats, se faisant toujours tuer ou presque tuer dès le début.

Sinon, dernière scène très importante pour la suite : Zamasu surprend Gawasu en train de regarder les combats du tournoi inter-univers à la télé, avec Goku se battant contre Hit. Enfin… c’est un genre de télé. C’est la chaîne « GodTube » si vous voulez. Bref. Zamasu se montre aussi méprisant avec les humains qu’il est fasciné par la force de Goku. Et c’est là qu’il en apprend plus sur les géantes Dragon Ball de l’univers 6, aussi grosses que des planètes. Dans le trailer de l’épisode 58, il semble avoir réussi à les rassembler et… Mais quel sera son souhait ? …

https://www.youtube.com/watch?v=_yZ9R1AkLIA

 

En conclusion, nous pouvons affirmer que l’Arc Black est le meilleur de la série Dragon Ball Super. Mystère très difficile à élucider, voyages dans le temps, présence de Futur Trunks qui demeure le personnage préféré de la série pour bien des fans, rebondissements, on peut dire que les épisodes ont gagné en qualité au niveau du scénario. L’antagoniste Zamasu atteint une profondeur psychologique jamais vue auparavant dans la saga, ce qui apporte un souffle de maturité bienvenu pour un dessin animé vieux de trente ans. On dirait que les scénaristes ont enfin entendu les fans, et qu’ils se sont calmés dans les scènes débilisantes au possible, « afin de plaire aux enfants ». Il ne faut pas oublier que la majorité des gens qui regardent Dragon Ball Super sont des trentenaires aujourd’hui, et qu’il ne faudrait pas non plus les décevoir. Cet univers se densifie, devient bien plus sombre, et ça lui va bien. On espère que ça continuera ainsi. On a hâte de voir l’épisode 58 pour en savoir plus et découvrir les secrets de Black, de Zamasu, et des différents univers.

dragon ball superdragon ball super