Après Star Trek, qui a perdu Anton Yelchin il y a quelques semaines, c’est autour d’une autre saga intergalactique, Star Wars, de perdre un de ses acteurs emblématiques, en la personne de Kenny Baker, fidèle au rôle de R2-D2 dans les sept films.

Kenny Baker a donc assuré le rôle de R2-D2 dans la trilogie originale, avant de le reprendre dans la prélogie. Dans la troisième trilogie entamée avec Star Wars : Le Réveil de la Force, il n’a cependant qu’un rôle de consultant, sa condition physique ne lui permettant pas de tenir la distance et surtout l’énergie que dégage le personnage de R2-D2. Un rôle qu’il a probablement eu le temps de tenir dans Star Wars VIII, mais pas dans le IX. L’acteur, modèle de ténacité tant sa corpulence ne l’autorisait pas à penser à une vie aussi longue, conclue à 83 ans, était apparu affaibli, dans une chaise roulante, lors de la promotion de Star Wars VII, et aux conventions auxquelles il s’est rendu. Il y avait même un vrai doute sur sa participation à la nouvelle trilogie Star Wars au vu de sa santé fragile. Peter Mayhew, son ami de 40 ans, et compagnon à l’écran dans le rôle de Chewbacca, se remémorant tous ses souvenirs avec lui, s’est dit « très triste », sur les réseaux sociaux. En revanche, aucune réaction d’Anthony Daniels, l’interprète de C3-PO, avec qui il partageait l’écran depuis 40 ans. Et pour cause : les deux acteurs sont restés en très mauvais termes…

Kenny Baker, acteur depuis plus de 50 ans, outre sa participation à Star Wars, a également joué pour David Lynch (Elephant Man), Milos Forman (Amadeus), Terry Gilliam (Bandits Bandits), entre autres. Avec lui s’éteint symboliquement une première figure de la génération des « anciens » de Star Wars, génération qui a assuré la transition avec les différents ponts temporels de la saga. Il a rendu son personnage (lui se trouvait à l’intérieur du petit robot pour le contrôler) profondément affectueux et jouissif, maniant un R2-D2 célèbre pour ses bruits caractéristiques que personne ne comprenait, mais que tout le monde comprenait également. Attachant, R2-D2 faisait l’unanimité par la sincérité de son action, de sa fidélité au service des personnages (Anakin et Luke Skywalker notamment), et a à son actif quelques scènes cultes comme celle de la réparation du vaisseau de la princesse Amidala dans La Menace Fantôme, le coup de pouce à Luke face à Jabba dans le VI, par exemple, sans compter ses fameuses disputes affectueuses avec C3-PO. On devrait le revoir très vite sur grand écran, mais il est clair que le regard ne sera plus le même.