Série phare de nos années ados (oui je parle de nous, trentenaires), Parker Lewis ne perd jamais date déjà de 25 ans. C’est toujours un plaisir immense d’avoir enfin en mains une trace de ces années-là, véritable vivier de créativité.

Parker Lewis est une série de Lon Diamond et Clyde Philips (Dexter, Don’t Feed The Beast) qui comporte 3 saisons. On se souvient de la série grâce au Club Dorothée mais surtout à ses rediffusions dans les émissions jeunesse de France télévision qui avait eu la judicieuse idée de proposer la série plus de dix ans après sa naissance. Cultissime par bien des aspects, Parker Lewis n’est pas seulement une série des années 90 marquée par son époque, mais également une série qui offre encore beaucoup de choses dans un paysage séries assez avare en délires visuels.

Condor et Showshank Films proposent enfin en France, la saison 1 de Parker Lewis ne perd jamais depuis le 24 juin 2016 en coffret 4 DVD. C’est toujours une sensation étrange de mettre un DVD dans son lecteur quand c’est une série qui a bercé notre adolescence et qui a été un modèle. On sent le poids des années et on se dit qu’en 2016, il manque une série aussi cool. Malcolm a été l’héritière et si Community pouvait se targuer aussi d’être un enfant de Parker Lewis, on cherche encore des séries décomplexées et artistiquement barrées.

La saison 1 est très bien ficelée proposant une mise en scène recherchée et très dynamique amenant la série vers des sentiers inconnus à l’époque. Les personnages sont aussi colorées que la mise en scène. Très esthétique, le cast apporte beaucoup à la série. On se souvient tous de Kubiac, de Jerry et ses gadgets, des apparitions fantomatiques de Lemmer et des redoutables Musso et Pankow. On en serait presque à vouloir remettre nos chemises improbables.

parker lewisparker lewis

L’édition propose la version originale et pour une série toujours connue en VF, c’est un plus non négligeable. Il y a des figures cultes qui l’ont été avec la VF. SOS Fantômes, Retour vers le futur, Maman j’ai raté l’avion sont les exemples les plus parlants en cinéma. A la télé, Parker Lewis avait une VF très bonne avec des voix vraiment bien vues et un ton fidèle à la série. La version originale nous prouve que le ton était bien celui d’origine et on ne peut que saluer le choix, certes normal, mais indispensable de proposer le VO de nos chères séries d’antan. La VF est un poil plus grave que la VO mais en stéréo, heureusement.

L’image subit un traitement un peu délicat. On sent une compression assez haute. Si le pilote fait son âge, on sent que les épisodes suivant ont eu une attention particulière à l’époque avec des teintes moins sombres. La qualité de l’image reste cependant très 90s avec un 4/3 peu définie mais au moins, nous n’aurons pas les défauts de nos bandes VHS. Cette fois-ci, l’image restera éternelle. Parker Lewis ne mourra jamais.

On retrouve le même problème dans les menus avec une compression trop forte mais aux couleurs de la série, colorée, fun et barrée. On aime la disposition des menus qui rappellent un peu Sauvés par le Gong. Niveau bonus, un documentaire datant de la sortie DVD américaine avec tout le casting de l’époque qui revient avec plaisir sur la série. On est ravis de voir que tout le monde a joué le jeu et on se prend d’intérêt à comprendre comment et pourquoi la série a marqué. Certaines anecdotes sur le casting ou la mise en scène sont un véritable bonheur. La série n’a duré que 3 saisons mais Parker Lewis reste une référence. Cette adaptation un peu décalée de Ferris Buller (le film de John Hughes) n’a pas vieilli, elle est juste marquée par son époque et a cette saveur indescriptible que n’auront pas la majorité des séries d’aujourd’hui quand on les reverra dans 20 ans.

Parker Lewis 3D (1)