Clyde Phillips était présent à Series Mania en avril pour présenter Feed The Beast, sa nouvelle création.

Prévue sur AMC le 31 mai, Feed The Beast est une adaptation d’une série danoise, Bankerot, qui raconte comment un petit cocaïnomane roi des cuisines (Jim Sturgess, Las Vegas 21) sort de prison, retrouve les embrouilles et revoit son meilleur ami (David Schwimmer, Friends), vendeur de vin.

Les premières minutes utilisent ce bon vieux procédé de montage alternatif pour dresser le portrait des deux personnages. Dion sort de prison, sort avec son avocate et sort de la poudre de son couteau. Tommy sniffe du vin, sniffe la mort de sa femme et sniffe de ne pas voir son projet de restaurant se concrétiser.

Usant de ficelles tout à fait honorables mais néanmoins peu excitantes sur le papier, il faut attendre une bonne vingtaine de minutes pour que ce premier épisode prenne son envol sans être prenant. Il est vrai que cet épisode est purement introductif, mettant en place les enjeux et ne proposant rien d’autre qu’un épilogue pur et simple qui ne laissera rien présager de ce que proposera la série.

feed the beast

N’ayant aucune connaissance hormis le premier épisode de Breaking Bad, j’y ai trouvé beaucoup de similitudes dans la proposition. Un jeune, un moins jeune, une famille détruite, un trafic qui permettra de s’en sortir… et surtout on voit, on sent que ce projet sera le Breaking Bad de David Schwimmer. Il y a tout dans cette série pour que Schwimmer revienne en grâce avec Feed The Beast. Une barbe, un crane rasé et on aura sa WalterWhitisation attendue. Schwimmer est vraiment bon dans ce personnage, balafré par la tragédie familiale et qui ne demande qu’à devenir un personnage fort.

Jim Sturgess fait aussi plaisir dans son personnage un peu trop dans la caricature du paumé mais qui semble déjà détenir les clés d’un attachement sur la longueur. Au croisement de toutes les intrigues qui se présentent dans les dix dernières minutes, il sera la plaque tournante, le loser indispensable, celui par qui tout s’orientera pour offrir du bon drama mais aussi des situations comique, choses que cet épisode n’oublie pas. On sourit souvent ce qui confère un ton léger à Feed The Beast.

Légère, la série ne la sera pas sur la longueur, on ressent bien le poids des implications et la tournure que prendra la série même si la cuisine est une thématique qui semble vue et revue via les émissions TV et assez peu cinématographique.

Feed the Beast débarque sur AMC le 5 juin.